Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Lundi 13 janvier 2020 - Strasbourg Edition révisée

Écart de rémunération entre les hommes et les femmes (débat)
MPphoto
 

  Annika Bruna (ID). – Madame la Présidente, un homme et une femme réalisant les mêmes tâches et ayant les mêmes compétences doivent avoir le même salaire. À travail égal, salaire égal: ce principe simple doit prévaloir et c’est aux États souverains de le faire respecter.

Le problème est qu’aujourd’hui, le Parlement débat du concept de gender pay gap, c’est-à-dire des différences de rémunération entre hommes et femmes expliquées par les heures travaillées, l’expérience ou le poste occupé. Dans de nombreux cas, toutefois, ces différences relèvent du choix des femmes et de leurs priorités.

Nous devons défendre un salaire égal pour un travail égal et permettre aux femmes qui le souhaitent de pouvoir accéder aux mêmes postes et rémunérations que les hommes.

Cependant, certains concepts défendus ici sont issus d’une idéologie niant les différences entre hommes et femmes et d’une vision exclusivement mercantile, l’exemple ultime de cette dérive étant la congélation des ovocytes pour que les femmes décalent leur vie familiale au profit de leurs contraintes professionnelles. Les femmes ont aussi le droit de ne pas vouloir être des hommes comme les autres.

 
Dernière mise à jour: 7 mai 2020Avis juridique - Politique de confidentialité