Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
XML 2k
Mercredi 15 janvier 2020 - Strasbourg Edition révisée

COP15 à la convention sur la diversité biologique - Kunming (2020) (débat)
MPphoto
 

  Agnès Evren, au nom du groupe PPE. – Monsieur le Président, l’ONU a proposé lundi de protéger 30 % de la planète d’ici 2030.

Pour la COP 15, 17 objectifs sont ainsi avancés pour valoriser le vivant, réduire notre impact sur la nature ou encore relier climat et biodiversité, qui sont les deux faces d’une même pièce: celle de la survie de notre planète. Je souscris à la totalité de ces objectifs. Contrairement à ceux d’Aichi, qui sont restés des vœux pieux hélas, cette ébauche présente enfin des objectifs précis et chiffrés avec des moyens de suivi.

C’est aussi ce que nous défendons dans notre résolution, mais allons encore plus loin: nous souhaitons que ces objectifs soient juridiquement contraignants afin qu’ils ne restent pas lettre morte. Faisons de la COP 15 l’équivalent de l’accord de Paris pour le climat et, dès maintenant, agissons concrètement sur le territoire européen.

J’invite la Commission européenne dans la stratégie qu’elle présentera en mars à prendre elle-même de tels objectifs contraignants et à intensifier les efforts dans l’ensemble de ses politiques. Augmentons nos zones protégées, développons un soutien accru à la recherche et à l’innovation, soutenons massivement nos agriculteurs, nos pêcheurs et notre secteur forestier dans la transition vers des pratiques plus durables. La responsabilité revient également aux États membres, mais aussi à chaque collectivité territoriale. N’attendons pas octobre, c’est maintenant qu’il faut agir.

 
Dernière mise à jour: 8 avril 2020Avis juridique - Politique de confidentialité