Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 29 janvier 2020 - Bruxelles Edition provisoire

Les droits des peuples autochtones (débat)
MPphoto
 

  Stéphane Bijoux, au nom du groupe Renew. – Monsieur le Président, ici, dans notre Parlement européen, nous travaillons pour 500 millions de personnes. Mais partout sur la planète, il y a aussi 500 millions de femmes et d’hommes qui sont les derniers ambassadeurs de la force ancestrale des populations autochtones; et parmi eux, il y a des Européens: les Kanaks de Nouvelle-Calédonie, les Maohi de Polynésie; les Bushiningé et tous les autres sur les fleuves de Guyane et les Inuits du Groenland.

Alors, vous savez quand ils voient fondre leurs icebergs au Pôle Nord, comment ne pas comprendre qu’il y a une urgence absolue? Quand, dans leur forêt amazonienne, leurs rivières sont empoisonnées au mercure par des orpailleurs clandestins: il faut les protéger. Quand sur leurs îles dans le Pacifique, ils voient monter le niveau des océans, le Pacte vert européen doit intervenir.

Face au dérèglement climatique, nous cherchons des solutions. Eh bien, les populations autochtones ont des solutions, ce sont des savoir-faire ancestraux. Les protéger là-bas, c’est aussi sauver des vies ici.

 
Dernière mise à jour: 11 février 2020Avis juridique - Politique de confidentialité