Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Jeudi 30 janvier 2020 - Bruxelles Edition provisoire

Programme de travail de la Commission pour 2020 (débat)
MPphoto
 

  Karima Delli (Verts/ALE). – Madame la présidente, Monsieur le vice—président, mes chers collègues, comme j’ai pu le rappeler hier, dans cet hémicycle et à maintes reprises, l’urgence climatique est là. Elle n’est pas là pour 2025 ou pour 2030. L’action relative à cette urgence climatique doit être prise en compte maintenant. On ne sauvera pas la planète avec un catalogue de belles paroles, je le dis. Nous ne pouvons plus donc attendre une année de plus: nous devons commencer cette année avec des mesures fortes, notamment dans le secteur des transports.

Ce secteur représente 30 % des émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit du seul secteur en Europe qui ne réduit pas ces émissions. C’est la raison pour laquelle, Monsieur le vice—président, je voudrais que l’on boucle le dossier, notamment sur la redevance «poids lourds». Le Parlement a adopté une position ambitieuse lors du dernier mandat et l’on pourrait penser que nous serions conformes aux principes «pollueur/payeur» et «utilisateur/payeur» pour ces poids lourds. Et bien non! Le Conseil, incapable de parvenir à un accord, a torpillé le texte, et c’est inacceptable. En conclusion, je somme la Commission de présenter une nouvelle proposition forte pour avoir une redevance «poids lourds» à la hauteur.

 
Dernière mise à jour: 11 février 2020Avis juridique - Politique de confidentialité