Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 11 février 2020 - Strasbourg Edition provisoire

La nouvelle stratégie globale UE-Afrique (débat)
MPphoto
 

  Charles Goerens, au nom du groupe Renew. – Madame la Présidente, le Congo est le premier pays francophone au monde. Parmi les langues les plus parlées en Afrique figurent le portugais, le français et l’anglais. Par ailleurs, l’Union européenne est de loin le premier partenaire de l’Afrique en matière commerciale et dans le domaine du développement. Autant dire que nous avons, en tant qu’Union européenne, d’ores et déjà des liens extrêmement étroits.

Tabler sur le maintien du statu quo pourrait cependant s’avérer extrêmement contre-productif. Ce qu’il nous faut, c’est une stratégie globale couvrant tant les domaines politique, sécuritaire, développemental et économique que commercial. Une vraie stratégie de cette envergure se doit de fixer des objectifs clairs dans le temps, ainsi qu’une feuille de route pour les réaliser. En fait, c’est la transposition, d’une certaine façon, de la méthode Delors qui, dans les années 1990, a permis à l’Union européenne de faire des progrès considérables, dans nos relations avec le continent africain. De nos jours, le développement en Afrique est conditionné, de toute évidence, par les Africains eux-mêmes, mais aussi de plus en plus par la Chine, l’Inde et la Russie qui tissent des liens de plus en plus étroits sur le plan économique, politique et militaire. C’est sur cette toile de fond que doit s’affirmer la coopération de l’Union européenne avec l’Afrique.

Pourquoi n’avoir pas en commun une approche sécuritaire permettant à l’Union africaine de siéger au sein du Conseil de sécurité de l’ONU? Pourquoi ne pas s’entendre, dès à présent, sur une démarche commune en matière de changement climatique? Qu’est-ce qu’on attend finalement pour mettre sur les rails une coopération commerciale visant l’instauration d’une zone de libre-échange entre l’Union économique et l’Union africaine? L’Afrique doit se développer elle-même, bien évidemment, ce qui n’exclut aucunement un partage de nos expériences.

 
Dernière mise à jour: 12 mars 2020Avis juridique - Politique de confidentialité