Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 11 février 2020 - Strasbourg Edition provisoire

Le trafic d’animaux de compagnie dans l’Union européenne (débat)
MPphoto
 

  Tilly Metz (Verts/ALE). – Madame la Présidente, chaque année, des milliers d’animaux de compagnie font l’objet d’un trafic illégal au sein de l’Union. Ces animaux sont mal nourris, séparés trop jeunes de leur mère, souvent malades et non soignés, puis vendus illégalement en Europe.

Au-delà du bien-être animal, c’est aussi une question de santé publique et de protection des consommateurs. Ces animaux ont parfois des maladies contagieuses et les consommateurs non avertis risquent de se retrouver avec des animaux condamnés, des factures impayées et un cœur brisé.

Pour faire cesser ce trafic illégal, nous demandons à la Commission, premièrement, d’améliorer la traçabilité en proposant un système harmonisé d’enregistrement des animaux. Deuxièmement, de mettre fin aux publicités illégales en ligne. Pour cela, nous exigeons l’identification systématique des vendeurs. Et troisièmement, d’améliorer la coopération entre les États membres pour arrêter ces trafiquants. Ces mesures sont urgentes et indispensables pour lutter contre ces réseaux criminels.

 
Dernière mise à jour: 12 mars 2020Avis juridique - Politique de confidentialité