Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 12 février 2020 - Strasbourg Edition provisoire

Composition des commissions et des délégations
MPphoto
 

  Raphaël Glucksmann (S&D). – Madame la Présidente, oui, c’est un rappel au règlement. Je me réfère à l’article 10, paragraphe 4, qui dispose que lors des débats parlementaires, les députés s’abstiennent de tout propos offensant. Or hier, lors du débat sur la Syrie, un député du Rassemblement national, M. Mariani, a exhorté l’Europe à soutenir Bachar El-Assad pour ramener la paix en exterminant les rebelles. Je souligne: en exterminant les rebelles. Non pas les terroristes de l’organisation «État islamique», mais les rebelles. Non pas «combattre», mais «exterminer».

Cet appel à l’extermination est une offense. Ce langage, caractéristique du fascisme, n’a rien à faire dans cette enceinte. Nous ne pouvons pas laisser les petits télégraphistes de Vladimir Poutine, l’homme qui veut buter ses ennemis jusque dans les chiottes, importer son langage abject dans notre Parlement. Nous pouvons avoir des désaccords profonds, virulents, mais nous ne pouvons pas, dans notre enceinte, tolérer l’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité.

Ces propos constituent un discours haineux au sens de l’article 10, paragraphe 4, du règlement et je vous demande de les sanctionner. Cela ne doit pas passer et cela ne passera pas.

 
Dernière mise à jour: 5 mars 2020Avis juridique - Politique de confidentialité