Indekss 
 Iepriekšējais 
 Nākošais 
 Pilns teksts 
Debašu stenogramma
XML 18k
Ceturtdiena, 2020. gada 16. aprīlis - Brisele Pārskatītā redakcija

15. Koordinēta ES rīcība Covid-19 pandēmijas un tās seku apkarošanai (debates)
Visu runu video
Protokols
MPphoto
 

  Presidente. – L'ordine del giorno reca la discussione sulle dichiarazioni del Consiglio europeo e della Commissione su un'azione coordinata dell'UE per combattere la pandemia di COVID-19 e le sue conseguenze (2020/2616(RSP)).

 
  
MPphoto
 

  Charles Michel, président du Conseil européen. – Monsieur le Président, Madame la Présidente de la Commission, Mesdames et Messieurs les parlementaires, merci de me donner l’occasion de m’exprimer lors d’un débat qui est essentiel parce qu’il fait vivre la démocratie européenne, même quand nous sommes confrontés à des circonstances dont le caractère est sans précédent, dont le caractère est exceptionnel.

Comme vous l’avez fait, je voudrais également, naturellement, adresser mes premiers mots en soutien à celles et ceux qui, directement ou indirectement, sont affectés par cette crise, par ce virus qui frappe l’Europe mais qui frappe également le monde. Et, comme vous l’avez fait, exprimer aussi nos remerciements, notre gratitude pour toutes les citoyennes, tous les citoyens, notamment sur le plan européen, qui sont mobilisés pour accepter des restrictions tellement exceptionnelles à des libertés tellement fondamentales et tellement élémentaires, qui touchent très directement l’intime de chacune et de chacun d’entre nous.

Vous dire également que, dans un moment tel que celui-là, il ne peut y avoir le moindre doute, la moindre hésitation: la seule option possible est de se serrer les coudes, se serrer les coudes entre citoyens, entre pays, avec l’ensemble des régions dans le monde. C’est cela qui fonde la détermination et l’action que nous, institutions européennes, devons mobiliser les uns avec les autres.

Alors je voudrais partager avec vous quelques-unes des informations pour montrer de quelle manière, au départ du Conseil européen, avec les États membres, nous tentons également de prendre un certain nombre de responsabilités. Trois conseils européens tenus par vidéoconférence ont été consacrés à cette crise du coronavirus et à cette ambition de tenter d’améliorer, considérablement, jour après jour, la manière de coordonner les actions, la manière de coopérer entre pays européens.

Vous avez compris que la première ambition, lorsque nous avons mesuré l’ampleur prise par cette crise, a été de travailler pour réduire la propagation du virus et donc d’encourager la prise de mesures, avec des restrictions aux frontières, qui ont un impact sur le fonctionnement de l’Union européenne, singulièrement du marché intérieur, avec aussi la mobilisation pour tenter de soutenir nos chercheurs, faire en sorte que nous puissions être mobilisés sur les vaccins, sur les thérapies.

C’est dans ce sens-là que, dans le cadre du G7 et du G20, en pleine coopération avec la Commission européenne, nous tentons de mobiliser des efforts, d’encourager – au travers, par exemple, d’une conférence des donateurs – une mobilisation pour que nous puissions, le plus vite possible, être en mesure de détenir sur le plan scientifique les solutions au travers du vaccin et des thérapies.

Pour être très concret et très direct, le dernier Conseil européen a donné un double mandat à la présidente de la Commission et au président du Conseil européen: celui de travailler sur une Road Map qui porte à la fois sur la formulation de recommandations, de principes de bonnes pratiques, pour encourager une coordination maximum entre pays européens lorsque nous pourrons rentrer progressivement dans la phase d’exit, la stratégie de sortie progressive de ces mesures restrictives qui ont dû être décidées par la plupart des pays européens avec des intensités variables, mais toujours une approche qui est en réalité similaire.

La deuxième partie du mandat porte sur l’idée de proposer aux chefs d’État et de gouvernement une stratégie conjointe commune pour être en mesure progressivement, à court, moyen et long terme, de développer une stratégie de relance économique et, j’ai envie de dire aussi, de transformation économique. Parce que je suis convaincu, comme beaucoup, qu’il faudra tirer l’ensemble des leçons de cette crise et voir de quelle manière on peut aussi faire en sorte que demain il y ait plus de force, plus d’efficacité, plus de coopération plus de capacité de travailler ensemble.

I would like to share with you what are, in my opinion, the four chapters for which it is very important to open the debate and try to take some decisions, to take steps together. The first priority, in my opinion, in order to succeed in such a recovery strategy is certainly the single market: how is it possible to repair the single market as soon as possible?

But it is not only that: it’s also how is it also possible to strengthen, to deepen the single market? Because it’s our first strength at the European level and it will be essential to try to consider that the European Green Deal and the digital agenda will be, no doubt – in my opinion – the first priority. It will be a very strong leverage in order to be successful in the next months, in the next years.

I think also that it will be very essential to build a very strong industrial strategy and also, at the same time, to consider the network of the European SMEs as a very strong pillar. It’s important, it’s essential to continue to support our SMEs and to give them the possibility to build a strong strategy for the future.

Je pense aussi que la question de l’économie circulaire va devoir être développée davantage. Il y a des propositions très fortes, je le sais, qui ont déjà été débattues au Parlement européen, qui sont annoncées par la Commission européenne. Parce que cette force du marché intérieur, cette capacité aussi à développer davantage l’économie circulaire, à se fonder sur l’agenda digital, sur cette transformation au travers du changement climatique également, elle doit nous donner l’occasion d’avoir plus de capacité d’indépendance stratégique au départ de l’Union européenne.

C’est aussi pour cette raison que, selon moi, le rôle international de l’euro doit être pris en considération: plus d’actifs européens solides participent aussi à cette capacité d’avoir cette dimension internationale pour l’euro.

The second important point is, of course, the possibility to develop a very strong strategy in order to invest, to invest massively with the current approach, with a national dimension but also with a European ambition, and it’s certain that we will continue all our political efforts in order to reach an agreement on the next European budget. We had the opportunity to discuss a lot in the last two weeks, the last month, about this very difficult topic. But maybe it’s a unique occasion. The next seven years: how is it possible with this European budget, to give some tools, some possibilities in order to develop this strong strategy which we need for our common future?

La Banque européenne d'investissement est aussi un instrument que l'on doit utiliser. Vous savez que, il y a quelques semaines, dans la proposition de negobox, avant cette crise du coronavirus, j'avais plaidé fortement pour qu'on puisse augmenter le capital de la Banque européenne d'investissement pour accroître sa capacité de levier et de se concentrer sur des investissements.

Il est certain que, tant qu'il s'agit des investissements, il y a là une dimension de solidarité essentielle, en lien avec le marché intérieur d'ailleurs, parce qu'il va être important de garantir le level playing field et de garantir que tous les pays européens, que tous les États membres, que tous les citoyens européens puissent être emmenés avec la même ambition de réussir à faire en sorte que l'on puisse relever ce défi auquel nous sommes confrontés.

Le 3ème point que je voudrais mentionner, essentiel à nos yeux également, est l'action extérieure de l'Union européenne. L'ambition géopolitique de l'Union européenne est, plus que jamais, nécessaire pour promouvoir les valeurs auxquelles nous croyons profondément, pour défendre les intérêts qui sont mis à l'épreuve, nous le voyons bien, singulièrement ces dernières semaines.

Sur cette question de l'action extérieure, nous sommes très convaincus qu'un focus très spécifique en lien avec la relation avec le continent africain va être important. Je me réjouis que nous ayons pu, avec plusieurs leaders européens, avec plusieurs leaders africains, ces dernières heures, exprimer ensemble des ambitions très très fortes.

À court et moyen terme, il s'agit de soutenir davantage les systèmes sanitaires sur le continent africain, d'ouvrir à nouveau ce débat sur les dettes qui pèsent lourdement sur les capacités d'action au départ du continent africain, mais de faire aussi en sorte qu'à plus moyen et long terme, on ait une ambition d'investissement intelligent dans un partenariat d'intérêt mutuel avec le continent africain, dans des infrastructures en cohérence avec l'agenda digital, en cohérence avec le Green Deal, avec le changement climatique.

Il y a là, j'en suis totalement convaincu, un intérêt mutuel, une alliance objective que l'on doit pouvoir totalement mobiliser dans les prochains mois et dans les prochaines années.

Enfin, le 4ème point que je voudrais mentionner, c'est cette exigence de poser la question de la gouvernance européenne, poser la question aussi de la résilience européenne. Comment peut-on, avec le recul, tirer les leçons de cette crise pour être plus forts demain, pour améliorer des processus de décision, pour améliorer les processus de coopération?

Moi j'ai l'impression que ce qui a été annoncé – vous en avez beaucoup débattu –, cette conférence sur l'avenir de l'Europe, offrira, peut-être dans les prochaines semaines dans les prochains mois – quand il y aura la capacité de véritablement démarrer cette ambition-là – l'espace politique, l'espace démocratique, pour permettre, pas seulement aux institutions européennes mais aussi aux citoyens européens d'où qu'ils viennent d'être parties prenantes à cette ambition commune: comment tirer ensemble les leçons?

Et enfin, il est certain que, dans le cadre de cette ambition de réussir une stratégie de transformation, une stratégie de redressement, les valeurs qui ont fondé ce projet européen, ces valeurs d'unité, de solidarité et de liberté doivent être des points de repère, doivent être des phares qui éclairent le chemin. En effet, nous devons aborder cette crise, nous devons aborder cette situation, nous avons aborder aussi cette capacité de relever la tête, de sortir la tête hors de l'eau, en étant totalement mobilisés sur ces valeurs que l'on doit mettre en lumière, que l'on doit effectivement considérer comme étant centrales et comme étant des forces motrices.

Donc, vous le voyez, il y a beaucoup de défis et je pense que l'histoire européenne a montré que c'est lorsque nous sommes confrontés au plus difficile, que c'est lorsque l'on pense que l'obstacle est insurmontable que, bien souvent, on trouve la ressource pour se serrer les coudes, la ressource pour se rassembler, la ressource pour être engagés sur le terrain de l'unité, la ressource pour faire preuve de créativité.

Cela va être nécessaire. Nul doute qu'il y ait en Europe des sensibilités, des opinions, des idées différentes sur ce qu'il faut faire à court et moyen et long terme. Cependant je suis totalement convaincu qu'avec de l'optimisme, de la détermination et cette farouche envie de faire vivre ce coeur démocratique de l'Union européenne, de faire en sorte que l'on puisse faire fonctionner nos institutions parce qu'elles garantissent la légitimité de cette ambition européenne, il y aura là la capacité de progresser.

Vous pourrez en tout cas compter sur moi, sur le Conseil européen pour maintenir un dialogue étroit, Monsieur le Président, avec votre Assemblée et avec la Commission européenne. Merci pour cette proposition de résolution qui, effectivement, délimite bien le périmètre du travail qui va devoir être mis en oeuvre à court, moyen et long terme. Vous pouvez compter sur le Conseil européen, compte tenu aussi de la réalité du Conseil européen et des 27 États membres qui le composent, pour être partie prenante et tenter d'avancer dans la bonne direction.

 
Pēdējā atjaunošana: 2020. gada 20. jūlijsJuridisks paziņojums - Privātuma politika