Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 17 juin 2020 - Bruxelles Edition provisoire

Les manifestations antiracistes à la suite de la mort de George Floyd (débat)
MPphoto
 

  Younous Omarjee, au nom du groupe GUE/NGL. – Monsieur le Président, c’est l’honneur de notre Parlement européen d’ouvrir cette session plénière par ce débat et, au nom de tout notre groupe, je vous en remercie.

Un fait divers tragique est devenu un événement politique majeur. Les huit minutes glaçantes de l’assassinat de George Floyd ont mis en mouvement des centaines de milliers de personnes à travers le monde pour faire reculer le racisme structurel et les violences policières. Et notre indignation cet après-midi dit combien ces actes offensent les valeurs que nous partageons, et c’est pourquoi nous nous tenons aux côtés de ce mouvement et des victimes du racisme et des violences policières pour qu’une réponse concrète soit donnée aux demandes de respect et d’égalité.

Devant cet événement, nous devons aussi regarder avec lucidité notre histoire et nous devons voir que cet événement renvoie à des siècles de domination des Noirs aux États-Unis et d’inégalité des conditions en Europe. Gardons à l’esprit que notre histoire européenne a toujours oscillé comme un pendule entre la barbarie et la civilisation, que c’est en Europe, malgré la raison, malgré les Lumières, que les pires théories de hiérarchisation des races sont nées pour justifier les conquêtes, pour justifier l’esclavage, pour justifier la colonisation et pour justifier l’holocauste. C’est donc, si nous voulons extirper le mal, tout un continent mental qu’il faut continuer à déconstruire et c’est aussi tout un système de violences économiques qu’il faut combattre parce que, nous l’observons, les inégalités sociales continuent toujours de recouper des inégalités raciales.

Dans ce travail que nous devons accomplir, Monsieur le Président, les symboles, comme la mémoire, ont leur importance, et c’est pourquoi nous devons proclamer depuis ce Parlement européen, comme le demande notre résolution, que l’esclavage est un crime contre l’humanité, et ensemble, faire acte de civilisation.

 
Dernière mise à jour: 27 juillet 2020Avis juridique - Politique de confidentialité