Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 16 septembre 2020 - Bruxelles Edition provisoire

État de l'Union (débat d'actualité) (suite du débat)
MPphoto
 

  Arnaud Danjean (PPE). – Monsieur le Président, Madame la Présidente, à chaque débat, j’entends des collègues nous expliquer qu’ils ne sont pas anti-européens, mais que la seule Europe qui marcherait serait une somme d’États avec des coopérations minimales.

Cette Europe, chers collègues, nous l’avons eue au début de la crise sanitaire: l’Europe du chacun pour soi, du chacun chez soi, du repli et des coopérations minimales. Je ne crois pas que le bilan ait été très satisfaisant. Pour autant, il faut être lucide, Madame la Présidente, chers collègues: l’échec de cette Europe du repli n’a pas, comme par magie, rétabli la confiance dans l’Europe intégrée que vous nous proposez.

Mais aujourd’hui, je vous rejoins, il y a une opportunité historique pour que l’Europe prouve qu’elle peut être une ambition et une solution pour l’avenir, et pas une utopie du passé. Vous avez eu un discours volontariste, que je salue. Vous avez eu un discours avec beaucoup d’ambitions, dont beaucoup rencontrent celles de notre groupe. Notre rôle, désormais, va être de mettre en application cette feuille de route très ambitieuse. Attention, la tâche ne sera pas simple. Nos concitoyens attendent des actions concrètes, visibles, rapides et qui répondent à leurs préoccupations, et pas simplement de bonnes intentions.

Il nous faudra donc veiller d’abord à des budgets qui permettront d’atteindre ces ambitions en matière de solidarité et d’autonomie stratégique. Permettez-moi d’exprimer quelques doutes par rapport aux prévisions actuelles, qui dépendent d’ailleurs beaucoup des États membres. Je pense en particulier à la défense, qui, malheureusement, n’a pas été beaucoup abordée aujourd’hui. Je pense aussi à l’agriculture, qui n’a pas été beaucoup abordée autrement que par le pacte vert pour l’Europe, mais qui constitue le socle de notre autonomie alimentaire et c’est quelque chose que nous ne devons pas sacrifier.

Madame la Présidente, il va falloir aujourd’hui travailler à la mise en œuvre rapide de cette feuille de route et il faudra s’assurer que les budgets suivent et, je dois conclure là-dessus, que nous ne ferons pas une politique déconnectée des réalités. En effet, nous sommes dans une bulle institutionnelle, nous députés y compris, qui est parfois éloignée des préoccupations de nos concitoyens. Nous devons veiller à rapprocher les peuples de ces institutions.

 
Dernière mise à jour: 29 septembre 2020Avis juridique - Politique de confidentialité