Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 7 octobre 2020 - Bruxelles Edition provisoire

Reprise des hostilités entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan en lien avec l'enclave du Haut-Karabakh (suite du débat)
MPphoto
 

  Geoffroy Didier (PPE). – Monsieur le Président, après la Syrie, la Libye et la Méditerranée orientale, le gouvernement turc poursuit méthodiquement son expansionnisme politique et culturel, cette fois dans la région du Haut-Karabakh. Le leader turc attise des tensions régionales déjà très fortes et provoque, un siècle après un génocide, de nouvelles victimes, notamment arméniennes.

Face à ces agissements je pose ici la question au Parlement européen: où est l’Europe, Monsieur le Commissaire? Quelles sont les réponses effectives de fermeté face à ce dirigeant nationaliste et conquérant qui, aux portes de l’Europe, est en train de bafouer nos valeurs et nos principes?

Avec, à mes côtés, de nombreux parlementaires et notamment de la délégation française du PPE je l’ai dit et je le redis ici, il n’est pas admissible que l’Europe n’ait toujours pas abandonné de manière définitive le processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Cet abandon, et non pas la seule suspension, est désormais une exigence et ce pour une raison simple: l’Europe n’est pas un jouet et nos valeurs, nos principes, ce qui fonde notre civilisation et notre héritage culturel, ne se négocient pas.

 
Dernière mise à jour: 12 novembre 2020Avis juridique - Politique de confidentialité