Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 7 octobre 2020 - Bruxelles Edition provisoire

Situation en Iran (débat)
MPphoto
 

  Salima Yenbou (Verts/ALE). – Madame la Présidente, Monsieur Borrell, connaissez-vous madame Aras Amiri? Elle travaillait pour le British Council au Royaume-Uni, où elle s’occupait de faire connaître l’art et la culture de l’Iran.

En mars 2018, elle a été arrêtée à l’aéroport de Téhéran et condamnée à dix ans de prison. Monsieur Borrell, l’Union européenne doit la soutenir. Le cas d’Aras Amiri nous montre à quel point la culture fait peur aux régimes autoritaires.

Mme Amiri n’est malheureusement pas la seule citoyenne iranienne qui dérange son gouvernement par son engagement culturel. Rappelons-nous, en 2016, Golshifteh Farahani, qui incarnait si bien Anna Karénine au Théâtre de Paris, avait dû quitter son pays pour pouvoir continuer à exercer son art. Rendez-vous compte, un chef-d’œuvre de la littérature russe porté par une actrice iranienne à Paris. La culture dépasse ainsi les frontières et émeut au-delà des différences culturelles. La culture est un vocabulaire mondial, disait Marjane Satrapi.

Vous qui luttez tous les jours pour la liberté culturelle, n’oubliez pas, n’oubliez jamais à quel point les régimes vous craignent, n’oubliez jamais qu’en la culture réside votre pouvoir. Merci pour votre courage. Mamnounam

 
Dernière mise à jour: 12 novembre 2020Avis juridique - Politique de confidentialité