Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
XML 1k
Jeudi 17 décembre 2020 - Bruxelles Edition provisoire

Le travail forcé et la situation des Ouïgours dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang
MPphoto
 

  Raphaël Glucksmann (S&D). – Madame la Présidente, j’accuse. J’accuse les dirigeants du parti communiste chinois du pire crime contre l’humanité du XXIe siècle: la déportation et l’éradication du peuple ouïgour.

J’accuse. J’accuse la communauté internationale de consentir à ce crime par son silence et sa passivité.

J’accuse. J’accuse les dirigeants de nombreux pays musulmans, du Pakistan à l’Arabie saoudite, qui brandissent d’un côté leur foi en étendard et de l’autre soutiennent la politique chinoise de destruction des mosquées et de profanation des cimetières.

J’accuse. J’accuse les patrons cupides de Nike, de Zara et de tant d’autres multinationales qui bénéficient de la réduction en esclavage d’un peuple.

J’accuse enfin les dirigeants européens de lâcheté et de veulerie. Ces dirigeants, nous les avons exhortés, il y a un an déjà, à prendre des actions pour faire fermer ces camps. Qu’ont-ils fait depuis un an? Rien. Rien du tout. Un footballeur comme Griezmann ou des milliers de jeunes sur les réseaux sociaux ont plus fait en un an pour les Ouïgours que tous nos dirigeants réunis.

Alors, que les choses soient claires: si ces dirigeants s’assoient sur la résolution que nous votons aujourd’hui, s’ils refusent de sanctionner les dirigeants chinois, l’histoire les jugera complices de crime contre l’humanité et nous les jugerons avant elle.

 
Dernière mise à jour: 3 février 2021Avis juridique - Politique de confidentialité