Indeks 
 Poprzedni 
 Następny 
 Pełny tekst 
Pełne sprawozdanie z obrad
XML 35k
Piątek, 18 grudnia 2020 r. - Bruksela Wersja poprawiona

2. Przyszłe stosunki między UE a Zjednoczonym Królestwem (debata)
zapis wideo wystąpień
Protokół
MPphoto
 

  Il-President. – Il-punt li jmiss fuq l-aġenda huwa d-dibattitu dwar id-dikjarazzjoni tal-Kunsill u tal-Kummissjoni dwar Ir-relazzjonijiet futuri bejn l-UE u r-Renju Unit (2020/2922(RSP)).

Nixtieq ninforma lill-onorevoli Membri li, għad-dibattiti kollha ta' din is-sessjoni parzjali, mhux se jkun hemm proċedura "catch-the-eye" u mhux se jiġu aċċettati karti blu.

Barra minn hekk, huma previsti interventi mill-bogħod mill-Uffiċċji ta' Kollegament tal-Parlament fl-Istati Membri.

 
  
MPphoto
 

  Maroš Šefčovič, Vice—President of the Commission. – Madam President, honourable Members of the European Parliament, I welcome this debate that gives us – Michel Barnier and myself – the opportunity to update you on both the ongoing negotiations on the possible future deal and the Withdrawal Agreement implementation. Let me start with a letter.

As I previously mentioned to this House, Deal or No Deal, it was of utmost importance to ensure that the Withdrawal Agreement will be operational in time, as of 1 January 2021. This was a matter of trust and mutual respect of international law obligations. Yesterday, we held the fifth regular meeting of the EU—UK Joint Committee on the Withdrawal Agreement. This meeting marked an important milestone. It followed the bilateral agreement in principle that I had reached with the UK Co—Chair, Chancellor Michael Gove, last week and reported immediately back to the UK Coordination Group of the European Parliament.

In the meantime, the Member States have managed to swiftly approve the relevant decisions, and today I am therefore pleased to confirm that we have officially endorsed the necessary formal decisions and practical solutions for the timely implementation of the Withdrawal Agreement and that of its Protocol on Ireland and Northern Ireland by the end of the transition period.

In relation to the Protocol implementation, this means that we have delivered on our overarching objective: to protect the Good Friday Belfast Agreement, avoid a hard border on the island of Ireland, and thereby contribute to maintain peace, stability and prosperity on that island. This was only possible thanks to the dedication and solution—driven approach on both sides. This is also a testament to our shared commitment to the Good Friday Belfast Agreement. These solutions provide businesses and people in Northern Ireland with the necessary clarity and stability, while upholding the integrity of our single market.

As far as the EU is concerned, we have achieved our two main priorities. First, to obtain robust working arrangements for an EU presence in Northern Ireland so that our representatives can effectively carry out their tasks on the ground. In particular, I welcome that the UK has finally agreed to provide adequate equipment and facilities, as well as continuous real—time access to the relevant IT systems and databases both on the ground and remotely. Our EU representatives will thus be able to carry out their monitoring tasks on site at all places where goods and animals enter or exit Northern Ireland through ports or airports. This is key to ensure that the Protocol is implemented correctly by the UK authorities in Northern Ireland, thereby protecting the integrity of the EU single market.

Second priority: to make sure that the UK Government not only continues to actively engage in the timely implementation of the Withdrawal Agreement, in the Joint Committee framework, but also commits to withdrawing all contentious parts of its Internal Market Bill and refraining from introducing any similar parts in its taxation bill. This it finally did last week, as part of our bilateral agreement in principle.

Given these reassurances, we were also able to find workable solutions for a number of areas. In detail, the Joint Committee adopted five decisions – four decisions on the Protocol on Ireland and Northern Ireland: the evaluation decisions on the practical arrangements for the Union presence in Northern Ireland; a decision on goods not at risk of entering the EU single market; a decision on the exemption of agricultural and fish subsidies from state aid rules; and a decision to correct some technical errors and omissions in Annex II of the Protocol. And one decision on the extension of social security coordination to the European Economic Area and Switzerland, as of 1 January 2021.

The Joint Committee also took note of the list of 25 persons, including five chairpersons, to serve as arbitrators for the Dispute Settlement Mechanism under the Withdrawal Agreement. This decision will be adopted shortly.

In addition to these decisions, we have adopted a set of unilateral declarations to set out pragmatic and time—limited solutions where the UK was not fully ready for the end of the transition period, whilst ensuring credible pathways to full compliance in the forthcoming months. These solutions concern a number of areas: temporary border control posts specifically for checks on animals, plants and derived products; export declarations; the supply of medicines; the supply of chilled meat and other food products to the supermarkets; and clarification on the application of state aid rules under the terms of the Protocol.

I underline again that these temporary solutions are subject to strict conditions to ensure that all relevant stakeholders will be in a position to fully comply with the Protocol in the course of 2021.

Last but not least, we also agreed to pursue our joint efforts in assuring that during the grace period until 30 June 2021 and beyond, the rights of our citizens and UK nationals are effectively protected. The Joint Committee thus endorsed and agreed to publish the Second Joint Report on the implementation of residents’ rights prepared by the respective specialised committee. This report provides an update on national residency schemes in the UK and in the European Union. It also outlines outreach and assistance measures to support EU citizens and UK nationals, including vulnerable groups, and to inform important stakeholders such as employers.

Much remains to be done, but yesterday marked an important first and decisive step in living up to the commitments of the Withdrawal Agreement. Before passing the floor to our chief negotiator, Michel Barnier, I want to underline that we will need to continue paying full attention to the implementation of the Withdrawal Agreement in 2021. We will focus on how our mutually—agreed solutions will actually work on the ground. To this end, we also agreed yesterday that the Joint Committee will meet at least quarterly during the upcoming year.

I want to thank you, honourable Members of the European Parliament, for your support in this endeavour. I will of course continue to keep this House regularly abreast of, and closely associated with, all upcoming developments on the Withdrawal Agreement implementation front.

 
  
MPphoto
 

  Michel Barnier, chef de la task-force pour les relations avec le Royaume-Uni. – Madame la Présidente, bonjour à chacune et chacun d’entre vous, dans cette très longue et extraordinaire négociation que j’ai l’honneur d’animer au nom de la Commission et en votre nom depuis maintenant plus de quatre ans, après avoir réussi ensemble, avec le Parlement et le Conseil, à préparer un traité de retrait de l’Union européenne pour le Royaume-Uni, comme il le souhaitait.

C’est de ce traité dont vient de parler Maroš Šefčovič, que je veux remercier personnellement et devant vous pour sa ténacité et l’efficacité avec laquelle lui et notre équipe ont réussi à organiser, enfin, toutes les dernières modalités concrètes et opérationnelles, pour que ce traité ratifié l’année dernière par votre Parlement et par le Parlement britannique soit mis en œuvre, comme nous nous y attendions et comme c’est normal et nécessaire pour la paix en Irlande, l’économie de toute l’île et la protection du marché intérieur, et qu’il soit opérationnel en temps voulu, dans quelques jours.

Ce dont il s’agit en ce moment, devant vous, c’est d’une deuxième négociation. Au-delà de la sortie de l’Union européenne, il s’agit de savoir si le Royaume-Uni sort dans une dizaine de jours du marché unique et de l’union douanière avec un accord ou sans accord. Nous sommes à un moment de vérité. Il nous reste très peu de temps utile – quelques heures – dans cette négociation, si nous voulons que cet accord entre en vigueur le 1er janvier. Comme vous l’a dit il y a deux jours, ici même, notre présidente Ursula von der Leyen, la possibilité d’un accord est là – je le pense en tant que négociateur –, mais le chemin est très étroit. À l’heure où nous devons prendre des décisions, ce sera aussi l’heure pour chacun de prendre ses responsabilités. Moi, je prendrai les miennes, comme je l’ai fait tout au long de mon engagement public, dans le respect du mandat qui m’a été fixé par les 27 États membres de l’Union européenne et qui a été soutenu et confirmé par l’immense majorité des groupes politiques du Parlement à travers vos résolutions.

Je veux aujourd’hui rappeler trois éléments fondamentaux dans cette négociation. Ce sont les Britanniques qui ont fixé le délai très court auquel nous sommes désormais contraints. En refusant au mois de juin toute forme de prolongation de la transition qui aurait été possible, qui leur était proposée et avec laquelle nous étions d’accord, ils ont fixé le délai du 31 décembre pour ce moment de vérité. Doivent-ils sortir, comme nous le souhaitons, avec un accord, ou vont-ils sortir sans accord du marché unique et de l’union douanière? Ce sont les Britanniques qui ont choisi ce délai.

Le deuxième point, c’est qu’il s’agit d’une négociation extraordinaire, conduite en neuf mois, comme jamais nous n’en avons vue dans le passé, sur autant de sujets qui sont au cœur de vos résolutions et du mandat. Même si nous regrettons que les Britanniques n’aient pas eu la volonté d’aller plus loin, notamment par un accord de politique étrangère, de défense et de coopération, que nous étions prêts à négocier, c’est leur choix. Il faut être deux pour négocier et pour trouver un accord. Néanmoins, ce qui reste et ce sur quoi nous avons travaillé depuis neuf mois est considérable, puisque cela couvre tous les sujets, ou pratiquement tous les sujets, pour établir une nouvelle coopération sous d’autres formes, dans un nouveau cadre, après le départ des Britanniques, dans les domaines où nous avions avec eux, depuis 47 ans, un travail et une action commune dans le cadre de l’Union. Et voilà pourquoi ce partenariat-là est sans précédent: à la fois par le temps utile pour la négociation – je rappelle qu’il a fallu quatre ou cinq ans pour négocier un accord plus modeste avec le Canada ou avec le Japon – et par l’ampleur des sujets que nous devons traiter.

Enfin, troisième point: dans un tel accord – c’est votre mandat, c’est votre résolution –, tout forme un ensemble cohérent et il n’y a d’accord sur rien tant qu’il n’y a pas un accord sur tout. Nothing is agreed until everything is agreed. Donc ce n’est pas surprenant que, dans les dernières heures où nous sommes, se concentrent aussi les très grandes difficultés de la négociation, les points les plus difficiles et les plus durs, comme je l’ai souvent dit devant le groupe de coordination du Parlement européen qu’anime David McAllister, et hier encore devant les présidents de vos groupes.

Les Britanniques ont fixé, depuis le début de cette négociation – c’est même la raison d’être du Brexit –, une exigence fondamentale: ils veulent retrouver leur totale souveraineté. En même temps, ils doivent respecter la souveraineté des États membres de l’Union, qui forment un ensemble solidaire à travers l’Union européenne. Et nous, nous avons une exigence fondamentale: cette Union de 27 États membres, qui fonctionne démocratiquement sur une base volontaire et sous le contrôle et l’impulsion de votre Parlement, est fondée sur des valeurs, des politiques communes, un fondement économique et social qui est le marché unique, bien davantage qu’une zone de libre-échange, un écosystème; et nous demandons à préserver ces valeurs, ces principes et ce marché unique. Nous voulons une coopération commerciale et économique ouverte et ambitieuse, mais elle doit être juste et équitable, free and fair, fair and free. Elle doit être fondée sur ce qu’on appelle un level playing field – je préfère dire «compétition équitable», «fair competition» –, c’est-à-dire des règles de concurrence loyale et des standards élevés notamment en matière de normes sociales, d’environnement et de climat. Et si le Royaume-Uni souverain souhaite diverger à l’avenir, c’est son droit, mais cela ne peut pas être sans conséquences lorsqu’il s’agit d’avoir accès à nos marchés sans tarifs et sans quotas.

Le Royaume-Uni souhaite aussi retrouver sa souveraineté s’agissant de la pêche, pouvoir contrôler l’accès de ses eaux. Comme je l’ai dit souvent et je le répète devant vous, nous l’acceptons et nous le respectons. Mais si le Royaume-Uni veut, après une période d’ajustement crédible et suffisante, pouvoir couper l’accès à ses eaux pour les pêcheurs européens à n’importe quel moment, l’Union européenne doit avoir aussi un droit souverain de réagir ou de compenser, en ajustant alors les conditions d’accès à son marché pour l’ensemble des produits, et notamment pour les produits de pêche. C’est là que se trouve une des grandes difficultés actuelles de la négociation sur ce dossier de la pêche, qui fait partie de l’ensemble de notre partenariat économique. Mesdames et Messieurs les députés, je pense personnellement qu’il ne serait ni juste ni acceptable que les pêcheurs européens n’aient dans les eaux britanniques que des droits transitoires qui s’évaporeraient un jour, alors que tout le reste de l’accord, notamment pour les entreprises britanniques, resterait stable. Ce ne serait ni acceptable ni juste.

Voilà les points principaux qui nous séparent aujourd’hui. Naturellement, vous le savez, il y a bien d’autres dimensions très importantes dans le partenariat que nous négocions. Je pense à une très large coopération économique à travers un accord de libre-échange ambitieux, unique, tel que nous n’en avons jamais offert à aucun pays tiers et qui offre un accès sans tarifs et sans quotas avec les règles que j’évoquais concernant le level playing field. Je pense à la connectivité en matière de transport aérien et routier et d’énergie, ou encore à la coopération en matière de sécurité sociale. Je pense aussi à notre partenariat en matière de sécurité intérieure, de sécurité des citoyens, et Dieu sait si tout ce qui se passe autour de nous sur le plan géopolitique nous appelle à coopérer, à travailler pour cette sécurité des citoyens avec les Britanniques. C’est pourquoi nous nous sommes déjà mis d’accord dans cette négociation sur une coopération étroite dans huit domaines spécifiques, sur lesquels beaucoup d’entre vous travaillent dans leurs commissions: Europol, Eurojust, Prüm, l’extradition, l’échange d’informations sur les registres criminels ainsi que le gel et la confiscation des actifs. Cette coopération pour la sécurité des citoyens est fondée sur deux préalables qui sont aujourd’hui acceptés: le respect des droits fondamentaux, notamment tels qu’ils sont inscrits dans la Convention européenne des droits de l’homme, et la protection des données personnelles.

Voilà où nous en sommes. Les points qui restent ouverts dans ces heures cruciales sont des points fondamentaux pour l’Union. Nous ne demandons rien de plus qu’un équilibre entre les droits et les obligations ainsi que la réciprocité s’agissant de l’accès à nos marchés et à nos eaux. Rien de plus, mais rien de moins. S’il est évident que nous voulons un accord, il est aussi évident que nous ne ferons pas cet accord à n’importe quel prix. À l’heure où je vous parle, très sincèrement – et je vous ai toujours parlé en vérité et sincèrement –, je ne peux pas vous dire quelle sera l’issue de cette dernière ligne droite de la négociation. Voilà pourquoi nous devons être prêts à tous les scénarios, et voilà pourquoi aussi est soumise à votre vote une série de textes comportant des mesures de contingency pour nous préparer à un éventuel no deal.

Je voudrais sur ce point vous remercier, ainsi que tous les services et les acteurs du Parlement européen, pour votre célérité et votre disponibilité pour adopter ces mesures dans un temps très rapide, ce qui permettra leur entrée en vigueur, s’il n’y a pas d’accord, le 1er janvier prochain. Nous travaillons aussi parallèlement pour opérationnaliser, dans les meilleurs délais, le nouveau Brexit adjustment reserve.

Je vous quitte très vite – je vous demande pardon –, puisque la négociation va reprendre. Comme me l’a demandé la présidente de la Commission, nous allons reprendre ce matin la négociation avec David Frost et son équipe pour une dernière tentative de trouver un accord acceptable, notamment sur la question de la pêche. Nous ne sommes pas sûrs d’y parvenir si chacun ne fait pas un effort réel et concret pour trouver un compromis.

Je souhaite à ce stade vous remercier pour votre soutien, pour votre confiance qui n’a jamais été démentie depuis le début de notre parcours en commun. Cette confiance est fondée sur une méthode que j’ai proposée dès le premier jour et qui était soutenue par le président Juncker et par la présidente Ursula von der Leyen ensuite, qui est celle du dialogue et de la transparence permanente. Je sais – je pense notamment au président de la commission INTA – qu’il y a des demandes supplémentaires. Nous essayons d’y répondre. Il y a aussi l’équilibre général de cette négociation qui n’est pas terminée. Nos services, l’équipe de la task force et moi-même avons essayé d’être les plus disponibles possible pour vous apporter, tout au long de cette longue négociation, les éléments dont vous aviez besoin. Je pense que c’est la raison d’être de cette confiance que vous m’avez toujours témoignée et dont je veux vous remercier.

Je connais, Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs les députés, les contraintes qui sont les vôtres pour l’examen démocratique auquel vous avez droit et qui est normal: j’ai été membre de votre assemblée, j’ai été très longtemps parlementaire national. Cette question démocratique est au cœur de cette négociation qui doit être connue, détaillée et approuvée dans les parlements nationaux et le Parlement européen. Les acteurs économiques doivent avoir les moyens de se l’approprier, parce qu’elle est très importante, et – si je puis dire en conclusion – beaucoup plus importante que la seule relation entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. C’est le projet européen qui est en cause. Tout au long de cette négociation, j’ai gardé en mémoire trois points de perspective et de référence pour essayer de mettre les choses dans la durée.

Le premier point a été la paix en Irlande. Ça a été et ça reste un point fondamental pour moi, et voilà pourquoi j’ai remercié Maroš du travail qui a été fait pour garantir les conditions de la stabilité en Irlande.

Le deuxième point est évidemment notre Union. J’ai été mandaté pour défendre les intérêts de cette Union: le marché unique, les consommateurs et les citoyens, les entreprises dans tous les secteurs.

Et puis le troisième point de perspective: ne l’oublions pas, au-delà du Brexit, le Royaume-Uni est un grand pays que nous respectons, un pays partenaire, voisin, ami, allié avec lequel nous devons avoir, d’une manière ou d’une autre – si ce n’est pas aujourd’hui parce que nous ne parvenons pas à un accord, ce sera plus tard –, un lien fort et une coopération extrêmement ambitieuse. C’est tout l’objet de cette négociation et du moment grave, très grave, où nous nous trouvons pour son éventuelle conclusion. Merci de votre attention, merci de votre confiance.

 
  
MPphoto
 

  David McAllister, on behalf of the PPE Group. – Madam President, as we have just heard, in less than two weeks the United Kingdom will leave the single market and the customs union and yet, until now, both sides have not been able to agree on our future partnership as of 1 January. The negotiations have indeed been intense and tough. They take place in an unprecedented environment and under extreme time pressure. The European Union has never negotiated an agreement with a third country of such scope, and only in nine months.

Let me first of all thank Vice—President Maroš Šefčovič and our chief negotiator, Michel Barnier, and their two teams, for their tireless work and the very good close and regular cooperation with the European Parliament, in particular during the recent weeks. The best solution for both sides would certainly be to reach a comprehensive agreement before the end of the year. This would provide clarity and this would provide predictability to citizens and businesses.

Yesterday, the Conference of Presidents emphasised that we, as the European Parliament, stand ready to organise an extraordinary plenary session towards the end of December, in case an agreement is finalised by midnight this Sunday. We stand ready to debate the outcome of the negotiations intensively as soon as possible, and we stand ready to thoroughly scrutinise the final text. But, one thing has to be very clear: this would be a unique scenario and cannot and will not serve as a precedent for future agreements.

There is a narrow path to an agreement, Commission President Ursula von der Leyen said on Wednesday here in the plenary. Indeed, I welcome the substantial progress made on many issues. However, as we heard this morning, differences remain to be bridged, in particular on fisheries, and we all know this will be very challenging.

Since it is still not clear whether there will be an agreement in the end, we simply have to be prepared for all scenarios. The four targeted and time—limited contingency measures we will adopt today aim at limiting some of the most severe consequences in areas where no fall—back solutions exist.

Disruption will happen with or without an agreement. This is the natural consequence of the British decision to leave the European Union and to no longer participate in our single market and customs union. I remain convinced that it is in our mutual interest to agree on a sustainable, a trustful and a balanced partnership with the United Kingdom, which is one of our closest partners and an ally.

 
  
MPphoto
 

  Iratxe García Pérez, en nombre del Grupo S&D. – Señora presidenta, tras cuatro años agónicos en nuestras relaciones con el Reino Unido, hoy habríamos querido debatir y adoptar un tratado que nos permita construir la mejor relación para la ciudadanía y las empresas de ambos lados del canal de la Mancha.

Desafortunadamente, la retórica populista, que atrapa a la derecha británica desde hace una década, lo impide hasta ahora. No debemos ocultar que la formalización de las medidas de contingencia nos hace sentir la gravedad del momento. Pero la ciudadanía puede estar tranquila. Gracias a los planes de contingencia seremos capaces de minimizar el inminente caos que tendría lugar en caso de ruptura en el transporte aéreo, ferroviario y por carretera, así como en el sector pesquero. Los planes de contingencia también deben servirnos para enviar a Londres un aviso claro: la Comisión, los 27 Estados miembros y este Parlamento mantendremos nuestra cohesión hasta el final.

Somos conscientes de que la ausencia de un acuerdo en las circunstancias actuales de pandemia sería muy negativa para ambas economías. Pero también sabemos que el Reino Unido sufriría incluso más si no se llega a un acuerdo. No cedamos en un momento en el que el señor Johnson se encuentra cada vez más solo. El coste de un Brexit sin acuerdo representaría otro duro golpe a la economía británica después del provocado por la pandemia. Las grandes empresas británicas le presionan para que haya un acuerdo, y su padrino antieuropeo, Donald Trump, pronto será historia.

Por supuesto que debemos seguir buscando un acuerdo antes que una mala ruptura. Y no podemos sino continuar agradeciendo el compromiso encomiable del equipo negociador, liderado por el señor Barnier, para alcanzar el mejor acuerdo. Pero, para lograrlo, también se debe escuchar la voz del Parlamento. La aplicación provisional del acuerdo antes de que el Parlamento haya manifestado su consentimiento no es aceptable. Ello pondría en riesgo el examen riguroso y democrático que la ciudadanía europea merece.

Por ello, señor Barnier, esperamos que la Comisión nos remita el texto provisional del acuerdo cuanto antes. Necesitamos tiempo. Así lo hemos acordado los líderes de manera consensuada. Solo debatiremos el resultado de las negociaciones antes de que termine el año si se alcanza un acuerdo antes de la medianoche de este domingo 20 de diciembre. El espíritu de cooperación entre la Comisión y el Parlamento también debe guiar a los Estados miembros. No permitamos que la estrategia de Londres de dejar pasar al final de la negociación el acuerdo pesquero nos divida. Un acuerdo pesquero justo garantizaría a la vez el derecho de los pescadores europeos a faenar en aguas británicas y las exportaciones pesqueras del Reino Unido en la Unión Europea.

Nuestra línea roja debe seguir siendo la defensa del mercado único. Bajo ninguna circunstancia podemos permitir al Reino Unido un acceso libre al mercado único si el Gobierno Johnson no se compromete a cumplir con los mismos estándares normativos para Europa. Si el Gobierno británico abandona su maximalismo nacionalista y regresa al pragmatismo, todavía hay tiempo.

La negociación de un tratado no implica la pérdida de soberanía. Y el Reino Unido y la Unión Europea negociamos como partes soberanas en pie de igualdad, porque queremos garantizar la prosperidad de unos pueblos unidos por unos lazos históricos que siempre nos acompañarán.

 
  
MPphoto
 

  Nathalie Loiseau, au nom du groupe Renew. – Madame la Présidente, cher Michel, John le Carré vient de nous quitter. Chacun sait ce qu’il pensait du Brexit. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas été écouté. Mais aujourd’hui, il ne sert à rien de ruminer le passé. L’heure est venue de construire l’avenir des relations entre le Royaume-Uni et notre Union et cette heure a sonné. Nous pouvons bâtir une relation où nos souverainetés seront respectées et où nos intérêts seront préservés.

Nous faisons face aux mêmes défis. Le changement climatique, la COVID, la crise économique, le terrorisme, un monde instable et imprévisible, des attaques répétées contre nos démocraties sont des menaces aussi bien à Londres et à Paris qu’à Berlin ou à Bruxelles. Ces menaces ignorent les frontières et aucun pays ne peut les affronter seul.

Dans le passé, l’aventure du splendide isolement a tourné court et a cédé la place à l’entente cordiale. C’est une nouvelle entente cordiale que l’Union européenne propose au Royaume-Uni.

Elle passe par un accord comme jamais l’Europe n’en a signé avec aucun pays, un accord sans précédent pour un partenaire sans équivalent. Un accord où nous choisirions souverainement, de part et d’autre, de permettre l’accès à nos marchés et l’accès à nos eaux. Un accord où nous choisirions souverainement de continuer à nous montrer ambitieux en matière d’environnement, de protection de nos travailleurs, de protection de nos données. Un accord qui nous permettrait de poursuivre les échanges entre nos polices, nos justices, nos chercheurs, nos étudiants. Un accord où nous choisirions de nous concentrer sur la réalité de ce qui nous rapproche plutôt que sur l’illusion de ce qui nous divise.

Pourtant, quelques jours avant la fin de l’année, cet accord n’est pas encore conclu et nous votons aujourd’hui des mesures destinées au cas où les négociations échoueraient. Nous ne souhaitons pas l’échec de ces négociations, mais c’est notre devoir d’être prêts à tous les scénarios. C’est surtout notre devoir commun de choisir librement de cheminer côte à côte plutôt que de nous tourner le dos.

 
  
 

(Id-dibattitu ġie sospiż)

 
Ostatnia aktualizacja: 18 lutego 2021Informacja prawna - Polityka ochrony prywatności