Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
XML 1k
Mercredi 10 février 2021 - Bruxelles Edition révisée

État d’avancement de la stratégie de vaccination de l’Union contre la COVID-19 (débat)
MPphoto
 

  Antoni Comín i Oliveres (NI). – Monsieur le Président, Madame la Présidente, l’Union européenne devrait défendre la levée des droits de propriété intellectuelle des vaccins disponibles sur le marché, comme le permet l’accord de l’Organisation mondiale du commerce qui régit ces questions. Il y a deux bonnes raisons à cela.

La première, c’est que toutes les capacités de l’industrie pharmaceutique dans tous les pays du monde doivent être mobilisées afin d’accélérer le processus de vaccination au niveau mondial, parce que la crise sanitaire et la crise économique qui en découle sont mondiales. Cela n’aurait pas de sens de vacciner seulement une partie de la planète. Et les licences obligatoires au titre de l’article 31 de l’accord relatif aux aspects de propriété intellectuelle ne suffisent pas.

Mais il y a une deuxième raison. Manon Aubry en a parlé, ces vaccins ont été payés principalement par des fonds publics: 8 000 milliards de dollars sur les 14 000 milliards que leur développement global a coûté, et 2 000 par la philanthropie. Comme l’a dit Ellen T. Hoyn, il était imprudent de la part de nos gouvernements de remettre cet argent public sans conditions. La suspension du brevet aurait dû être une condition pour bénéficier de financements publics. Mais maintenant, nous pouvons corriger cette grave erreur si l’Union accepte la levée du brevet à l’Organisation mondiale du commerce et ne s’y oppose pas alors que les pays du Sud maintenant la réclament.

 
Dernière mise à jour: 14 avril 2021Avis juridique - Politique de confidentialité