Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
XML 3k
Mercredi 24 mars 2021 - Bruxelles Edition provisoire

Déclarations de la Présidence
MPphoto
 

  Maria Arena, présidente de la sous-commission «droits de l’homme». – Monsieur le Président, j’interviens en tant que présidente de la sous-commission «droits de l’homme».

Nous avons pris acte, à la sous-commission «droits de l’homme», de la décision des autorités chinoises d’imposer des sanctions à l’égard de notre assemblée, et ce en représailles à la décision du Conseil du 22 mars imposant des sanctions à quatre dignitaires chinois coupables de graves violations des droits de l’homme.

La sous-commission «droits de l’homme», comme vous le savez, a le devoir de suivre les situations de violation des droits de l’homme dans le monde, de promouvoir et de protéger tous ceux qui défendent ces droits – et ce, en conformité avec les traités européens. Je souligne d’ailleurs que toutes les institutions européennes, que ce soit la Commission ou le Conseil, ont le devoir et l’obligation de respecter ces traités. Je remercie le haut représentant et je salue son travail, plus particulièrement le mécanisme de sanctions pour violation grave des droits de l’homme qu’il a porté, et qui démontre aujourd’hui toute sa légitimité.

La réponse chinoise n’est ni plus ni moins qu’une attaque à notre démocratie, à nos valeurs et sans doute une volonté d’intimidation à l’égard de nos collègues sanctionnés et du travail de notre sous-commission «droits de l’homme». Cette sanction est inacceptable.

Si les autorités chinoises pensent qu’elles vont nous faire taire, je leur dis tout simplement qu’elles se trompent. Nous continuerons à donner la voix au mouvement pro-démocratie de Hong Kong. Nous continuerons à lutter contre ces camps de détention massive, contre le travail forcé et toute violation des droits imposée à la communauté ouïghoure, comme nous l’avons fait dès 2019 en donnant le prix Sakharov à Ilham Tohti, qui est un représentant de cette communauté.

Nous continuerons inlassablement à donner la parole à tous les défenseurs des droits de l’homme menacés, persécutés par le régime chinois. Nous condamnerons toutes les tentatives chinoises d’interférer dans la vie démocratique de l’Union européenne et de ses États membres. Nous continuerons à dénoncer activement les violations des droits humains où qu’elles se passent et nous travaillerons pour que toutes les institutions européennes remettent la question du respect des droits de l’homme à l’agenda de tous les instruments de politique étrangère.

Nous le savons, le monde entier regarde l’Europe comme étant une terre respectueuse des droits de l’homme, même si parfois certains Européens en oublient le sens. Il est de notre devoir de ne pas décevoir. Ne pas décevoir les citoyens européens que nous représentons et pour qui les droits humains constituent une valeur fondamentale. Ne pas décevoir les citoyens du monde, ceux pour qui il est impossible de s’exprimer librement, de croire ou de ne pas croire librement et parfois même d’aimer ou de vivre tout simplement. Pour ces citoyens du monde, nous représentons un phare, nous représentons une lumière, un espoir, et nous ne pouvons les abandonner.

 
Dernière mise à jour: 8 avril 2021Avis juridique - Politique de confidentialité