Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
XML 2k
Jeudi 20 mai 2021 - Bruxelles Edition provisoire

Les lourdes conséquences des récentes gelées printanières pour les producteurs de fruits et les viticulteurs (débat)
MPphoto
 

  Anne Sander (PPE). – Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, depuis plus d’un an, les obstacles s’accumulent pour nos agriculteurs européens: guerre commerciale avec les États-Unis, pandémie et maintenant, terribles épisodes de gel.

En France, de nombreuses régions ont été impactées par cette vague de froid exceptionnel, causant d’importants dégâts dans nos cultures de fruits et de vin, et se traduisant par une perte sèche de revenus pour les producteurs. Les soutiens nationaux sont insuffisants pour pallier ces calamités agricoles. La situation actuelle montre, une fois de plus, l’importance d’outils de gestion des risques forts et capables d’aider nos agriculteurs face à ces pertes importantes.

La réforme de la politique agricole commune permettra d’avancer sur ces sujets, en donnant plus de flexibilité aux États membres, mais également en consolidant les avancées obtenues dans le cadre du règlement Omnibus et dans le règlement de transition.

Toutefois, ces avancées sont trop timides et la boîte à outils de gestion des risques de la PAC restera facultative pour les États membres. Je déplore, à ce titre, les résistances de certains d’entre nous sur les bancs de notre hémicycle qui nous empêchent d’aller plus loin, et ce d’autant plus que le réchauffement climatique sera malheureusement propice à la répétition de ce type d’événement. Je regrette également que les États membres ne soient pas plus ambitieux dans la mise en place d’une véritable réserve de crise.

Nous devons nous doter des moyens nécessaires pour accompagner nos producteurs dans ces pires moments, mais aussi pour leur donner les moyens de faire évoluer leur production vers plus de résilience lorsque cela est nécessaire.

 
Dernière mise à jour: 29 juin 2021Avis juridique - Politique de confidentialité