Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
XML 1k
Mardi 8 juin 2021 - Strasbourg Edition révisée

Certificat COVID numérique de l'UE - citoyens de l'Union - Certificat COVID numérique de l'UE - ressortissants de pays tiers (débat)
MPphoto
 

  Michèle Rivasi (Verts/ALE). – Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, chers collègues, je trouve que ce règlement sur les certificats européens COVID est en fait une fausse bonne idée parce qu’il ne résout pas grand-chose.

Il installe au contraire un faux sentiment de sécurité et ouvre de nouveaux risques en matière de traçabilité et de protection des données personnelles. Malgré les efforts et la vigilance du Parlement européen, ce texte, qui préserve quand même la liberté de manœuvre des États membres et qui accepte de rendre les tests payants, confirme les craintes de discriminations économiques et sanitaires et installe un système à deux vitesses. D’un côté, les privilégiés testés ou vaccinés qui vont se croire à l’abri du virus et des variants, et de l’autre, les familles qui n’auront pas les moyens de se faire tester, qui ne peuvent être vaccinées ou qui refusent de voir leurs précieuses données de santé fuiter dans des bases de données qui se révèlent être de vraies passoires.

Enfin, on le voit en France: les premiers stress tests indépendants faits sur l’application «TousAntiCovid» montrent que la vérification des certificats numériques ne respecte pas la minimisation des données et la confidentialité des données garanties par le règlement européen. Et alors? Et alors rien. On va laisser faire, car le règlement sur les certificats ne prévoit aucune sanction en cas d’écarts, d’abus ou de dérives. Donc, pour l’instant, je voterai contre.

 
Dernière mise à jour: 20 septembre 2021Avis juridique - Politique de confidentialité