Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
XML 2k
Mardi 8 juin 2021 - Strasbourg Edition révisée

État des lieux sur la mise en œuvre de la feuille de route pour les ressources propres (suite du débat)
MPphoto
 

  Pierre Larrouturou (S&D). – Monsieur le Président, mes amis, le 7 avril dernier, Joe Biden annonçait sa volonté d’un taux minimum d’impôt sur les bénéfices des grandes entreprises au niveau international. Et le 5 juin, juste deux mois plus tard, nous avons applaudi un premier pas du G7. Un accord sans doute insuffisant – le taux doit monter dans les prochaines années –, mais un accord historique, en deux mois seulement.

Et l’Europe? Que fait l’Europe pour trouver plus d’argent pour la santé, pour le climat, pour l’emploi? C’est en 2011 que la Commission Barroso a proposé de créer une taxe sur la spéculation et, dix ans plus tard, elle n’existe toujours pas. Pourtant, depuis le mois de février, la négociation a repris pour arriver à un accord en coopération renforcée au 30 juin. Pas besoin de l’unanimité. Mais la France bloque. C’est hélas la France qui bloque encore. Pourtant, sans taxer la spéculation, on aurait de l’argent pour rembourser le plan de relance, on n’aurait pas besoin de la réforme des retraites que veut faire Bruno Le Maire. On aurait plus d’argent pour la santé, on aurait plus d’argent pour le climat et l’emploi.

Joe Biden restera dans l’histoire comme un leader qui a aidé à construire un monde plus juste. Il ne reste que quelques jours à Bruno Le Maire et Emmanuel Macron pour montrer qu’ils ne sont pas les défenseurs du vieux monde. J’aime mon pays, j’aime ce que Jacques Delors et d’autres Français ont apporté à l’Europe, mais j’ai honte aujourd’hui des blocages d’Emmanuel Macron et de...

(Le Président retire la parole à l’orateur)

 
Dernière mise à jour: 20 septembre 2021Avis juridique - Politique de confidentialité