Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
XML 2k
Jeudi 10 juin 2021 - Strasbourg Edition provisoire

Autisme et emploi inclusif (débat)
MPphoto
 

  Anne Sander (PPE). – Monsieur le Président, Madame la Commissaire, chers collègues, l’autisme est un handicap qui touche près de 5 millions d’Européens. En France, ce sont environ 700 000 personnes qui sont atteintes d’un trouble du spectre autistique.

Mais bien au-delà de ces chiffres, ces personnes sont confrontées à de réelles difficultés: des difficultés dans leur vie quotidienne, des difficultés pour se former, des difficultés pour trouver un emploi. Et c’est vrai que la pandémie de COVID-19 a rendu encore plus urgente l’adaptation de l’apprentissage à distance afin de le rendre plus inclusif. Aujourd’hui, il n’y a pas de solution magique qui pourrait être mise en œuvre pour aider ces personnes, parce qu’il y a une grande diversité concernant les personnes qui se trouvent en situation d’autisme et elles ont des besoins différents.

Alors, je crois que nous devons concentrer nos efforts sur trois axes de travail.

Premièrement, je pense qu’il nous faut davantage de chiffres, des informations pour savoir qui sont les personnes et quels sont leurs besoins. Aujourd’hui, encore trop peu de recherches sont menées sur les handicaps invisibles, dont fait partie l’autisme.

Deuxièmement, le taux d’emploi de ces personnes est largement en dessous de celui des personnes en situation de handicap. Donc, nous devons faire mieux, adapter des postes par exemple.

Et troisièmement, je pense que nous devons tout faire pour lutter contre les discriminations en améliorant l’accès pour tous à l’éducation, à l’apprentissage et à la formation.

Enfin, je voudrais dire que durant cette semaine, dans cet hémicycle, le leitmotiv tout au long de nos derniers débats a été celui d’une Europe sociale et inclusive qui ne laisse personne sur le bord du chemin. Eh bien, mettons maintenant en œuvre toutes nos propositions.

 
Dernière mise à jour: 15 juillet 2021Avis juridique - Politique de confidentialité