Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Compte rendu in extenso des débats
XML 1k
Mardi 12 septembre 2023 - Strasbourg Edition révisée

Accord UE-Tunisie - aspects liés à la politique migratoire extérieure (débat)
MPphoto
 

  Nadine Morano (PPE). – Monsieur le Président, «la morgue est saturée, le cimetière est saturé. Nous n’arrivons pas à faire face. Que l’Union européenne agisse. Et combien de délégations viennent ici et repartent sans que rien ne change?» Je n’oublierai jamais ce cri de colère du maire de Lampedusa, entendu en juin dernier lorsque j’y étais en mission parlementaire. Ce maire fait face quotidiennement à une submersion migratoire en provenance d’Afrique. Depuis le début de l’année, plus de 75 000 bateaux de migrants illégaux ont accosté en Italie, chiffre multiplié par deux en un an. Essentiellement des hommes. Plus de la moitié sont partis de Tunisie et notamment de Sfax, devenue malgré elle une plaque tournante de l’immigration irrégulière.

Alors oui, le volet migratoire de l’accord UE-Tunisie est une étape importante dans le partenariat stratégique et global engagé avec ce pays ami. Enfin, nous allons conditionner le versement des fonds européens en donnant davantage à un État africain qui s’inscrit dans un plan de développement économique massif et qui décide de mieux coopérer avec nous en matière migratoire. C’est la vision que les Républicains défendent dans cet hémicycle. Contrairement à la gauche, à l’extrême gauche, aux verts et aux amis de Monsieur Macron, notre priorité n’est pas de répartir les migrants dans nos États membres, mais de stopper l’immigration illégale et de protéger nos frontières extérieures.

 
Dernière mise à jour: 17 novembre 2023Avis juridique - Politique de confidentialité