Question parlementaire - E-2250/2003Question parlementaire
E-2250/2003

    Violation de la liberté de religion en Chine. Arrestation du père Lu Xiaozhou, prêtre de l'Église catholique "clandestine"

    QUESTION ÉCRITE E-2250/03
    posée par Maurizio Turco (NI), Marco Pannella (NI), Marco Cappato (NI), Benedetto Della Vedova (NI), Gianfranco Dell'Alba (NI) et Olivier Dupuis (NI)
    à la Commission

    Selon l'agence de presse catholique Uca News, un prêtre de l'Église catholique "clandestine", le père Lu Xiaozhou, a été arrêté le 16 juin dernier à Wenzhou (à 1 416 kilomètres au sud-est de Pékin), alors qu'il se rendait à l'hôpital pour y assister les malades. L'après-midi du même jour, les forces de sécurité ont effectué une perquisition à son domicile et tous ses biens ont été saisis. Le 17 juin, le père Lu Xiaozhou a été transféré au Bureau des affaires religieuses dans l'intention de lui faire signer une lettre, dans laquelle il déclare adhérer à l'Association catholique patriotique, reconnue par le gouvernement. L'agence de presse prétend que le prêtre ne sera probablement pas relâché tant qu'il n'aura pas signé ce document. Cette affaire se produit à quelques jours de l'arrestation de douze protestants de l'Église chrétienne clandestine dans un village de la province du Yunnan.

     

    À la lumière de ces faits, la Commission pourrait-elle répondre aux questions suivantes:

     

      de quelles informations dispose-t-elle sur cette énième violation du droit à la liberté de religion, reconnue à l'article 18 de la Déclaration universelle des droits de l'Homme?

     

      Que compte-t-elle faire pour obtenir la libération immédiate du prêtre catholique et des douze fidèles protestants arrêtés au mois de juin?

     

      A-t-elle l'intention de condamner officiellement les pratiques intimidatrices auxquelles a eu recours le gouvernement chinois par l'intermédiaire du Bureau des affaires religieuses, dans le but de contraindre les religieux appartenant aux Églises clandestines à renier leur foi et à adhérer aux Églises officielles reconnues par l'État?

     

     

    JO C 78 E du 27/03/2004