Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

Questions parlementaires
PDF 36kWORD 16k
2 mars 2007
E-0996/07
QUESTION ÉCRITE E-0996/07
posée par Adriana Poli Bortone (UEN) , Cristiana Muscardini (UEN) , Roberta Angelilli (UEN) , Umberto Pirilli (UEN) , Romano Maria La Russa (UEN) , Salvatore Tatarella (UEN) , Alessandro Foglietta (UEN) , Sergio Berlato (UEN) et Sebastiano (Nello) Musumeci (UEN)
à la Commission

 Objet: Dossier Mitrokhine
 Réponse écrite 

Le dossier Mitrokhine a révélé l'existence en Italie d'un réseau clandestin d'agents secrets liés à l'ancienne Union soviétique dont la mission était de créer des équipes de sabotage politique, mettre en place des opérations spéciales et permettre l'utilisation d'immeubles par les agents du KGB pour s'y cacher ou y dissimuler des installations d'écoute de grande dimension.

En 2002, une commission parlementaire était constituée en Italie sous la présidence de M. Guzzanti avec pour objet d'évaluer les affirmations contenues dans le dossier Mitrokhine, ainsi que les éventuelles implications et responsabilités de nature politique ou administrative.

Le 26 novembre 2006, dans un entretien exclusif avec M. Limarev, ancien agent du KGB et expert consulté par Mario Scaramella à l'époque de la commission parlementaire, le quotidien Repubblica a publié la liste des personnes ayant servi d'informateurs dans les présumés rapports entretenus par le KGB entre l'Union soviétique et l'État italien.

Parmi ces noms figure notamment celui de l'actuel candidat de centre-gauche à la mairie de Lecce, Antonio Rotundo.

La Commission pourrait-elle:

faire toute la lumière sur les noms qui figurent sur ladite liste, en particulier celui du candidat Rotundo, de façon à dissiper définitivement toutes les équivoques et faire cesser la perplexité;
donner son appui aux commissions rogatoires internationales que le gouvernement italien a adressées à l'Angleterre et à la Russie afin d'accéder à la documentation originale;
constituer une commission d'enquête au niveau européen sur le dossier Mitrokhine?

Langue originale de la question: ITJO C 293 du 05/12/2007
Avis juridique - Politique de confidentialité