Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

Questions parlementaires
PDF 41kWORD 40k
17 janvier 2011
E-010989/2010
Question avec demande de réponse écrite E-010989/2010
à la Commission
Article 117 du règlement
Charles Tannock (ECR)

 Objet: Le cas de Karma Samdrup et du militantisme écologique au Tibet
 Réponse écrite 

La Commission a peut-être connaissance du cas de deux ressortissants tibétains, Rinchen Samdrup et Chime Namgyal, qui auraient été mis en détention par les autorités gouvernementales après avoir mené des actions militantes écologiques dans la région de Chamdo, au Tibet. Le 3 janvier 2010, leur frère Karma Samdrup a été emprisonné pour avoir acquis plusieurs objets «pillés» sur des sites archéologiques locaux. Des accusations fallacieuses similaires avaient déjà été formulées à son encontre voici douze ans, avant d'être retirées après que Karma eut prouvé qu'il possédait une licence gouvernementale pour le commerce de reliques culturelles. Beaucoup pensent que la détention actuelle de Karma serait imputable à ses tentatives infructueuses de garantir la libération de ses deux frères.

Depuis sa mise en détention, Karma aurait été victime de privation de sommeil, de coups et d'autres maltraitances physiques. Selon Human Rights Watch, ce cas témoigne d'une «violation grave et répétée du droit pénal national chinois». Depuis son arrestation il y a plus de six mois, Karma n'a pas eu le droit de voir sa famille ou son avocat. La Commission a-t-elle connaissance de cette affaire impliquant les trois frères, et peut-elle s'exprimer à ce sujet? De façon plus générale, étant donné l'importance du Tibet qui représente la source des dix plus grandes rivières chinoises, et en ces temps délicats de changements écologiques, quels efforts la Commission fournit-elle afin de garantir que l'importance fondamentale des actions des militants (tels que Karmaa Samdrup et ses frères) pour la protection de l'environnement et de la culture régionaux asiatiques soit reconnue?

Langue originale de la question: ENJO C 279 E du 23/09/2011
Avis juridique - Politique de confidentialité