Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Questions parlementaires
PDF 41kWORD 29k
26 juin 2012
E-006305/2012
Question avec demande de réponse écrite E-006305/2012
à la Commission
Article 117 du règlement
Christine De Veyrac (PPE)

 Objet: Présence de substances polluantes dans les vernis à ongles
 Réponse écrite 

Des études ont mis en avant un possible danger émanant de certains vernis à ongles pour les consommateurs européens.

D'après le dernier rapport du système d'alerte rapide pour les produits dangereux non alimentaires (Rapex) commandité par la Commission, certains vernis à ongles présents sur le marché contiendraient des produits toxiques, responsables de cancers.

Fin 2009, une enquête de l'organisme français DGCCRF (Direction du commerce et de la répression des fraudes) a été réalisée sur le marché national et révélait qu'on retrouve dans certains vernis des phtalates prohibés et des concentrations de formaldéhyde supérieures aux 5 % autorisés depuis 1996.

Selon Frédéric Vincent, porte-parole des questions de consommation et de santé à la Commission, «les phtalates interdits sont les substances le plus souvent identifiées dans ces produits. Ils proviennent surtout des États-Unis mais aussi d'Europe, notamment du Royaume-Uni».

Les risques auxquels sont exposés les consommateurs sembleraient alors bien établis. Certains chimistes environnementalistes du réseau santé-environnement relèvent que «le formaldéhyde est un cancérigène et les phtalates sont toxiques pour la reproduction. Ces substances dans les vernis peuvent traverser l'ongle et atteindre le métabolisme. Comme elles sont volatiles, on peut aussi les respirer».

Au vu de ces éléments, la Commission peut-elle indiquer si elle envisage de mettre en place des mesures destinées à renforcer l'information des consommateurs concernant la toxicité de certains vernis à ongles?

 JO C 183 E du 28/06/2013
Avis juridique - Politique de confidentialité