Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Questions parlementaires
PDF 42kWORD 25k
20 novembre 2012
E-010593-12
Question avec demande de réponse écrite E-010593-12
à la Commission
Article 117 du règlement
Marc Tarabella (S&D)

 Objet:  Financement Erasmus en péril
 Réponse écrite 

Alors que l'absence de mobilité des salariés d'Europe est pointée du doigt, celle des étudiants pourrait connaître un brusque arrêt.

Plus de 100 personnalités européennes du monde de l'éducation, de l'art, de la littérature, de l'économie, de la philosophie et des sports ont signé une lettre ouverte en soutien au programme d'échange d'étudiants Erasmus.

Parmi les signataires originaires de tous les États membres de l'Union Européenne, on compte le réalisateur espagnol Pedro Almodovar, le président du FC Barcelone Sandro Rosell, le lauréat du prix Nobel d'économie Christopher Pissarides. En Belgique, Axelle Red, Kevin et Jonathan Borlée et Lien Van de Kelder se sont mobilisés.

Une bonne éducation est fondamentale car notre jeunesse se prépare à vivre dans un monde en mutation accélérée, et de plus en plus mobile, interdépendant et multiculturel. Le programme Erasmus risque d'accuser un déficit de 90 millions d'euros cette année et la situation pourrait empirer en 2013. Si les budgets 2012 et 2013 de l'UE ne sont pas suffisants, le nombre de places disponibles ainsi que les bourses pourraient se voir fortement réduits. Un nouveau programme de financement appelé «Erasmus pour tous», étendra, à partir de 2014, les avantages du programme actuel à des millions d'autres jeunes Européens. Il coûterait moins de 2 % du budget total de l'Union.

1. Des rencontres sont-elles prévues avec les États membres pour boucler le financement?

2. La Commission a-t-elle un plan B en cas de refus de la part des États? La France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Finlande, la Suède, les Pays-Bas et l'Autriche ont refusé de financer le budget présenté par la Commission européenne pour l'année 2013, qui s'élève à 138 milliards d'euros.

3. Si la Commission n'obtient pas l'argent demandé, concrètement, quelles seront les conséquences? Sur quels domaines en particulier vont peser ces restrictions budgétaires?

 JO C 317 E du 31/10/2013
Avis juridique - Politique de confidentialité