Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Questions parlementaires
PDF 50kWORD 25k
7 mai 2013
E-005028-13
Question avec demande de réponse écrite E-005028-13
à la Commission
Article 117 du règlement
Agnès Le Brun (PPE)

 Objet:  Échalote de semis et échalote traditionnelle
 Réponse écrite 

Avec l'évolution de la création variétale à l'origine du développement de l'échalote issue de semis, de nombreux débats ont pris place ces dernières années, au niveau européen, autour de la défense de l'appellation «échalote».

L'inscription de variétés nouvelles d'échalotes aux catalogues nationaux puis européen est, depuis 2005, soumise à l'obligation de respecter un protocole technique, celui de l'OCVV (Office communautaire des variétés végétales, chargé de la protection communautaire des obtentions végétales). Ce cadre strict d'examen permet de différencier avec précision, en deux années de cultures, l'échalote de l'oignon, en s'assurant en particulier que le caractère aggrégatum propre à l'échalote (forte tendance à la division) est bien respecté.

Aujourd'hui, il semble que certaines variétés de semis n'ont pas respecté le protocole technique en question.

Des essais conduits en 2011 par le GEVES (groupe d'étude et de contrôle des variétés et des semences) prouvent que le caractère aggrégatum de certaines de ces variétés est inférieur au seuil fixé pour que celles-ci soient qualifiées d'«échalotes».

Plusieurs de ces variétés d'allium sont donc inscrites au catalogue officiel «échalote», alors qu'elles n'en sont pas, et commercialisées sous le nom d'échalote. Il s'agit des variétés Conservor, Picador, Armador, Camelot, Ambition et Obelisk.

1. Quel contrôle l'OCVV exerce-t-il sur l'inscription des variétés végétales? Cet éventuel contrôle fonctionne-t-il correctement?

2. La Commission a-t-elle été alertée de cette mauvaise application du protocole de l'OCVV? Mène-t-elle déjà des enquêtes?

3. Dans le cas où ces faits seraient avérés, quelles mesures rapides la Commission compte-t-elle mettre en œuvre pour faire cesser cette concurrence illégale, qui met en péril la filière de l'échalote traditionnelle?

 JO C 80 E du 19/03/2014
Avis juridique - Politique de confidentialité