Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Questions parlementaires
PDF 104kWORD 22k
18 octobre 2016
E-006455/2016(ASW)
Réponse donnée par M. Moscovici au nom de la Commission
Référence de la question: E-006455/2016

Au deuxième trimestre de 2016, la croissance en volume du PIB de la France a été stable par rapport au premier trimestre de l'année. Ce chiffre du deuxième trimestre peut s'expliquer par une baisse de la production liée aux grèves de mai et juin 2016 et par un ralentissement marqué de la consommation privée. Toutefois, cette stagnation du PIB fait suite à une forte croissance, de + 0,7 %, au cours du premier trimestre de 2016. La consommation a été particulièrement dynamique au premier trimestre, stimulée par les ventes de tickets de l'Euro de football et le renouvellement des téléviseurs, lesquels ont fait l'objet d'un changement de normes. Dans l'ensemble, la croissance au cours du premier semestre 2016 a été légèrement supérieure aux prévisions de printemps 2016 de la Commission. Par conséquent, au-delà des variations à court terme de la croissance trimestrielle, les dernières données économiques tendent à confirmer l'évaluation de la Commission selon laquelle globalement, la reprise économique va se poursuivre à un rythme modéré en France.

Les recommandations de 2016 adressées par le Conseil à la France(1) dressent une liste de mesures visant à améliorer la situation des finances publiques ainsi que la situation sur le marché du travail, notamment en renforçant les liens avec le secteur de l'éducation, à réformer le système d'assurance-chômage pour encourager davantage le retour au travail, à créer un environnement plus favorable à l'activité des entreprises et à améliorer le fonctionnement du système fiscal. Prises ensemble, les mesures figurant dans les recommandations de 2016 adressées par le Conseil à la France ont pour objectif ultime de renforcer la croissance économique en France et, par effet d'entraînement, dans les autres États de l'Union.

(1)Recommandation du Conseil du 12 juillet 2016 concernant le programme national de réforme de la France pour 2016 et portant avis du Conseil sur le programme de stabilité de la France pour 2016 (2016/C 299/27).

Avis juridique - Politique de confidentialité