Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Questions parlementaires
PDF 105kWORD 17k
24 février 2017
E-001240-17
Question avec demande de réponse écrite E-001240-17
à la Commission
Article 130 du règlement
Christel Schaldemose (S&D) , Frédérique Ries (ALDE) , Marc Tarabella (S&D) , Marisa Matias (GUE/NGL) , Bogdan Brunon Wenta (PPE) , Therese Comodini Cachia (PPE) , Pavel Poc (S&D)

 Objet:  Corrélation entre bisphénol A et diabète
 Réponse écrite 

Le bisphénol A (BPA) est l'une des substances chimiques les plus courantes dans les produits d'usage quotidien. Par conséquent, 95 % de la population présente, dans le corps, un taux de BPA faible, mais détectable.

De nombreuses études scientifiques font état d'une forte corrélation entre, d'une part, le BPA et d'autres perturbateurs endocriniens et, d'autre part, l'apparition du diabète, de l'obésité et d'autres maladies, et cela même à de faibles niveaux d'exposition (la dose journalière tolérable étant de moins de 4 μg/kg de poids corporel).

Les perturbateurs endocriniens pourraient être, avec les prédispositions génétiques et les changements de mode de vie, les causes principales de l'augmentation actuelle des cas d'obésité et de diabète. Le diabète est responsable, à lui seul, de 627 000 décès en Europe chaque année.

Tout en reconnaissant qu'il y a des incertitudes, à ce stade, quant aux risques liés au BPA, l'EFSA et l'administration américaine chargée des aliments et des médicaments (FDA) concluent cependant, de manière surprenante, que les niveaux actuels d'exposition au BPA ne présentent aucun risque pour la santé des consommateurs, quel que soit leur groupe d'âge.

La Commission est-elle consciente de la discordance entre les données scientifiques disponibles sur le BPA et la position adoptée par l'EFSA et la FDA?

Compte tenu des incidences potentielles sur la santé, quelles mesures la Commission envisage-t-elle de prendre pour développer la recherche, en Europe, sur le BPA et sur les autres perturbateurs endocriniens?

À la lumière des derniers progrès scientifiques dans le domaine, la Commission compte-t-elle accorder, à court terme, une attention particulière au BPA?

Langue originale de la question: EN 
Avis juridique - Politique de confidentialité