Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Questions parlementaires
PDF 99kWORD 16k
6 juin 2017
E-003747-17
Question avec demande de réponse écrite E-003747-17
à la Commission
Article 130 du règlement
Mady Delvaux (S&D)

 Objet:  Groupe européen d'éthique des sciences et des nouvelles technologies (GEE)
 Réponse écrite 

La Commission a récemment relancé le Groupe européen d'éthique des sciences et des nouvelles technologies (GEE) en désignant 15 membres. Le GEE conseillera la Commission dans tous les domaines éthiques, sociétaux et les questions relatives aux droits fondamentaux qui croisent le développement de la science et des nouvelles technologies.

Il est toutefois surprenant que les experts universitaires au sein du GEE aient une orientation principalement biomédicale. On constate un manque évident de compétences parmi les membres actuels dans le domaine des technologies nouvelles et émergentes (intelligence artificielle, mégadonnées, robotique, etc.), un domaine dans lequel surgissent les questions et les problèmes éthiques les plus controversés. De même, aucun élément n'est susceptible de prouver l'engagement de groupements d'intérêt public, ni de représentants d'autres aspects de la vie (publique) au sein des membres actuels.

La Commission estime-t-elle que les membres actuels parviendront à produire des avis faisant autorité sur des questions controversées, au vu des compétences limitées évoquées ci-dessus.

Quelle garantie la Commission offre-t-elle que les avis du GEE n'empièteront pas ou ne contrediront pas l'avis des comités d'éthique nationaux ou locaux en Europe ?

En cas de divergences de vues entre le GEE et les comités d'éthique nationaux ou locaux, quel avis devrait prévaloir pour fournir des orientations responsables aux chercheurs et praticiens ?

Langue originale de la question: EN 
Avis juridique - Politique de confidentialité