Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Questions parlementaires
PDF 39kWORD 9k
25 février 2020
E-001137/2020
Question avec demande de réponse écrite E-001137/2020
à la Commission
Article 138 du règlement intérieur
Jérôme Rivière (ID)
 Réponse écrite 
 Objet: Cour européenne des droits de l’homme — mainmise de George Soros et adhésion de l’Union européenne

Dans un rapport publié en février 2020, le European Centre for Law and Justice a démontré la mainmise de George Soros et de ses réseaux d’organisations non gouvernementales sur la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Il ressort de cette enquête que le milliardaire impose à l’Europe son idéologie de la «société ouverte» visant à terme à l’établissement d’un «homme nouveau», véritable individu sans identité ni repères réduit à un rôle d’ultra-consommateur.

À la fin de l’année 2019, par un courrier cosigné par Frans Timmermans, toujours actuellement vice-président de la Commission européenne, la secrétaire générale du Conseil de l’Europe avait été informée du souhait de l’Union européenne de reprendre les négociations sur son adhésion à la Convention européenne des droits de l’homme. Et ce malgré l’avis négatif de la Cour de justice de l’Union européenne, rendu en 2014.

Au vu de ces dernières et graves révélations qui entachent sérieusement une institution déjà largement contestable, la Commission européenne envisage-t-elle de renoncer à relancer ces négociations d’adhésion?

Dernière mise à jour: 25 septembre 2020Avis juridique - Politique de confidentialité