Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

Questions parlementaires
PDF 48kWORD 10k
15 décembre 2020
E-006975/2020
Question avec demande de réponse écrite  E-006975/2020
au vice-président de la Commission/haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité
Article 138 du règlement intérieur
Mikuláš Peksa (Verts/ALE), Michaela Šojdrová (PPE), Patrick Breyer (Verts/ALE), Hannes Heide (S&D), Miriam Lexmann (PPE), Aušra Maldeikienė (PPE), Ivan Štefanec (PPE), Salima Yenbou (Verts/ALE), Francisco Guerreiro (Verts/ALE), Fabio Massimo Castaldo (NI)
 Réponse écrite 
 Objet: camps de travail chinois au Tibet

Les camps d’internement dans la région du Xinjiang ont, à juste titre, très largement attiré l’attention de l’Union. Le Parlement a déjà demandé que des sanctions soient prises en raison de cette violation flagrante des droits de l’homme. Or, nous ne devons pas oublier que des atrocités similaires sont commises à l’encontre de la population tibétaine.

Selon un rapport de la Jamestown Foundation, plus de 500 000 Tibétains ont été conduits dans ces camps de travail pour apprendre «la discipline de travail, la langue chinoise et l’éthique». Cette situation témoigne d’un mépris inacceptable des droits de l’homme et de la liberté religieuse, politique mais aussi personnelle des Tibétains. Dans ce contexte:

1. La Commission est-elle actuellement en train de plancher sur un régime de sanctions ou compte-t-elle prendre d’autres mesures concrètes à l’encontre des individus responsables des camps de travail au Tibet, y compris Chen Quanguo, l’architecte de ces camps?

2. Compte-t-elle tenir compte de ces camps de travail tibétains dans le cadre des pourparlers de coopération avec la Chine, par exemple lors de la négociation de l’accord global sur les investissements UE-Chine?

3. À la lumière de la déclaration publique que le président de la Commission a faite lors du dernier sommet UE-Chine, selon laquelle les droits de l’homme fondamentaux ne sont pas négociables, comment ces camps et les autres violations des droits de l’homme au Tibet seront-ils abordés lors du prochain dialogue (et sommet) UE-Chine sur les droits de l’homme?

Soutiens(1)

(1)Cette question est soutenue par d’autres députés que ses auteurs: Clara Ponsatí Obiols (NI), Carles Puigdemont i Casamajó (NI), Antoni Comín i Oliveres (NI)
Langue originale de la question: EN
Dernière mise à jour: 7 janvier 2021Avis juridique - Politique de confidentialité