Questions parlementaires
PDF 20kWORD 24k
18 octobre 2012
O-000171/2012

Question avec demande de réponse orale O-000171/2012

au Conseil

Article 115 du règlement

Nathalie Griesbeck, Renate Weber, Sir Graham Watson, Cecilia Wikström, Nils Torvalds, Baroness Sarah Ludford, Marielle de Sarnez, Sonia Alfano, Ramon Tremosa i Balcells, Edward McMillan-Scott, Marietje Schaake, Metin Kazak, Jan Mulder, Stanimir Ilchev

au nom du groupe ALDE


  Objet:  Préparation de l'Union à un éventuel afflux de demandeurs d'asiles originaires de Syrie

Les promesses européennes de soutien aux personnes en quête d'un abri ont été testées à deux reprises au cours des dernières années. L'Union européenne a collectivement échoué à ce test:

     700 000 personnes ont fui les violences en Libye l'année dernière; beaucoup d'entre elles ont fini dans des camps de réfugiés des pays voisins. D'après la commissaire Cecilia Malmström, parmi les 8 000 personnes identifiées par les Nations unies comme ayant particulièrement besoin d'aide, les États membres de l'Union n'ont accepté d'en accueillir que 400; la Norvège, qui n'est pas membre de l'Union, en a accueilli presque autant à elle seule.

     En 2011, plus de 50 000 migrants ont essayé de traverser la mer Méditerranée dans de frêles embarcations pour atteindre l'Union européenne; beaucoup d'entre eux sont morts lors de la traversée, certains sont arrivés jusqu'à l'île italienne de Lampedusa ou jusqu'à Malte. Les autres pays de l'Union ne se sont pas montrés à la hauteur de la situation: seuls 300 réfugiés ont été réinstallés dans d'autres États membres depuis Malte.

En Syrie, 230 000 réfugiés ont fui vers les pays voisins depuis le début des combats il y a 18 mois. La violence ne semble pas vouloir prendre fin et il n'y aucun espoir que le conflit soit résolu rapidement. La Turquie doit maintenant faire face à l'arrivée de 80 000 réfugiés; 10 000 de plus attendent à la frontière et ont urgemment besoin d'une protection et de soins médicaux.

L'Union européenne devrait rester fermement attachée à ses valeurs de solidarité et d'ouverture et venir en aide aux Syriens persécutés au lieu de laisser les pays de la région gérer seuls un possible afflux de demandeurs d'asile.

Quelles mesures le Conseil prend-il pour préparer un possible afflux de demandeurs d'asiles originaires de Syrie?

Dépôt: 18.10.2012

Transmission: 19.10.2012

Echéance: 9.11.2012

Langue originale de la question: EN
Avis juridique - Politique de confidentialité