Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : RC-B6-0338/2008

Textes déposés :

RC-B6-0338/2008

Débats :

PV 09/07/2008 - 11
CRE 09/07/2008 - 11

Votes :

PV 10/07/2008 - 5.5
CRE 10/07/2008 - 5.5

Textes adoptés :


PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE
PDF 98kWORD 57k
7.7.2008
PE410.710v01-00}
PE410.721v01-00} RC1
 
B6‑0338/2008}
B6‑0346/2008} RC1
déposée conformément à l'article 103, paragraphe 4, du règlement par
   Jorgo Chatzimarkakis, Marco Cappato, Marco Pannella, au nom du groupe ALDE
   Daniel Cohn-Bendit, Monica Frassoni, Eva Lichtenberger, Helga Trüpel, au nom du groupe Verts/ALE
en remplacement des propositions de résolution déposées par les groupes suivants:
   ALDE (B6‑0338/2008)
   Verts/ALE (B6‑0346/2008)
sur la Chine

Résolution du Parlement européen sur la Chine 

Le Parlement européen,

–  vu ses résolutions antérieures sur le Tibet, en particulier celle du 15 février 2007 sur le dialogue entre le gouvernement chinois et les envoyés du Dalaï Lama, et celle du 10 avril 2008,

–  vu sa résolution du 13 décembre 2007 sur le sommet UE-Chine et le dialogue UE-Chine concernant les droits de l'homme,

–  vu sa résolution du 22 mai 2008 sur la catastrophe naturelle en Chine,

–  vu sa résolution du 10 avril 2008 sur le Tibet,

–  vu l'article 103, paragraphe 4, de son règlement,

A.  considérant que les relations entre l'UE et la Chine devraient se fonder sur des valeurs communes,

B.  considérant que les valeurs démocratiques et le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales doivent constituer le socle fondamental des relations entre l'UE et la Chine,

C.  considérant que la Chine a connu une croissance économique exceptionnelle, en vertu de laquelle son influence dans le monde s'est considérablement développée ces dix dernières années, et que ce pays a parallèlement apporté certaines améliorations à son système politique,

D.  considérant que l'on constate que la répression politique se poursuit, ainsi que le recours fréquent à la peine de mort et la répression systématique de la liberté de culte, d'expression et de liberté des médias,

E.  considérant que les jeux olympiques de Pékin devraient offrir une occasion unique de déclencher des réformes démocratiques en Chine et de réaliser des progrès importants, notamment en ce qui concerne la situation des minorités ethniques telles que les Tibétains et les Ouïghours,

F.  considérant que, contrairement à ce qu'affirment les autorités chinoises, la situation au Tibet est loin d'être normale et que l'accès à la région est toujours interdit aux médias internationaux et aux organismes de contrôle internationaux, tandis que l'information est soumise à des restrictions sévères;

G.  considérant qu'à la suite des manifestations, quelque 40 personnes ont été pour l'instant condamnées pour troubles à l'ordre public, pillage et destruction de bâtiments des autorités locales et attaques contre la police; que les condamnations ont été prononcées à huis clos, malgré l'annonce de procès publics, et sont disproportionnées au regard des délits commis, allant de trois ans d'emprisonnement à la perpétuité; que les délibérations n'ont pas été transparentes et que les accusés n'ont pas eu droit à une véritable défense,

H.  considérant que la flamme olympique a parcouru le 21 juin 2008 les rues de Lhassa sous la protection de soldats équipés pour la lutte anti-émeute et que des mesures strictes de sécurité avaient été prises; que seuls quelques correspondants étrangers sélectionnés, représentant environ 30 agences de presse internationales, ont été autorisés à pénétrer dans la ville pour suivre le passage de la flamme; que, selon certains d'entre eux, tous les individus présents dans la foule étaient munis d'un badge, ce qui semblerait indiquer que les spectateurs avaient été spécialement sélectionnés pour la cérémonie,

I.  considérant que Zhang Qingli, secrétaire du Parti communiste au Tibet, a donné publiquement un caractère politique à l'événement, en déclarant lors de la cérémonie du passage de la flamme olympique à Lhassa que "pour glorifier davantage l'esprit olympique, nous devons anéantir les complots que fomentent la clique du Dalaï Lama et les forces étrangères hostiles de l'intérieur et de l'extérieur pour nuire aux jeux olympiques de Pékin",

J.  considérant que, dans le plan d'action olympique de Pékin, la Chine avait promis des jeux olympiques libres et ouverts; que la répression brutale au Tibet va à l'encontre de la promesse du gouvernement chinois de permettre aux journalistes étrangers de circuler librement dans toute la Chine et d'accorder à la presse une plus grande liberté dans la période précédant les jeux olympiques,

K.  considérant que le Comité international olympique (CIO) escomptait que l'octroi des jeux olympiques 2008 à la Chine favoriserait l'ouverture du pays et améliorerait la situation des droits de l'homme; que le président du comité d'organisation des jeux olympiques de Pékin avait promis publiquement le 27 septembre 2006 de respecter les engagements pris dans la candidature à l'organisation des jeux olympiques en vue d'améliorer la situation des droits de l'homme,

L.  considérant que les membres la minorité musulmane ouïghoure, dans la province du Xianjiang, sont victimes de graves violations de leurs droits fondamentaux, en application de politiques officielles visant à éradiquer un séparatisme et un extrémisme religieux présumés,

M.  considérant que le dialogue UE-Chine concernant les droits de l'homme établi en 2000 n'a jusqu'à présent pas donné de résultats tangibles; que cette absence de résultats est également la conséquence de la politique étrangère commune, non coordonnée et inefficace, menée par l'UE vis-à-vis de la Chine,

1.  prend acte de l'évolution des relations entre l'UE et la Chine et du renforcement de leur coopération sur une large série de questions;

2.  invite les deux parties à intensifier leurs efforts pour résoudre les problèmes liés à l'énergie, au changement climatique et à l'environnement, afin de garantir une croissance mondiale durable et un développement social;

3.  salue le fait que les relations entre l'UE et la Chine se caractérisent depuis quelque temps par un esprit d'ouverture, une plus grande transparence et une coopération plus étroite;

4.  regrette que les importantes avancées qu'ont connu les relations avec la Chine en matière commerciale et économique n'aient pas été accompagnées de résultats tangibles en ce qui concerne les droits de l'homme et la démocratie;

5.  déplore que la situation des droits de l'homme en Chine demeure une source de préoccupations compte tenu de la violation systématique et répandue des droits de l'homme; rappelle les engagements pris par la Chine en matière de droits de l'homme lorsque ce pays s'est vu confier l'organisation des jeux olympiques;

6.  condamne le recours fréquent à la peine de mort et appelle les autorités chinoises à décréter un moratoire sur les exécutions;

7.  salue le renouement du dialogue entre la Chine et Taiwan et se déclare convaincu que Taiwan devrait avoir le droit de participer à certaines organisations internationales;

8.  salue la réouverture du Tibet aux étrangers mais se déclare préoccupé s'agissant du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, notamment en ce qui concerne la situation des manifestants se trouvant toujours en détention;

9.  souligne qu'il est important d'envoyer des observateurs internationaux indépendants afin d'évaluer la situation des droits de l'homme au Tibet et dans la région autonome du Xinjiang; appelle, à cet égard, les autorités chinoises à adresser une invitation permanente au Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme et aux mécanismes des Nations Unies;

10.  salue la tenue du septième cycle de négociations entre les autorités de Pékin et les représentants du Dalaï Lama les 1er et 2 juillet 2008; espère que les négociations déboucheront sur des résultats substantiels et tangibles avant les jeux olympiques et prie les autorités chinoises d'inviter le Dalaï Lama à la cérémonie d'ouverture des jeux, en signe de leur bonne volonté;

11.  reproche au Comité international olympique son silence lors de la mise en scène du passage de la flamme dans les rues de Lhassa, alors que le Tibet est de facto sous le coup de la loi martiale et coupé du monde extérieur; déplore les déclarations de Zhang Qingli lors de la cérémonie du passage de la flamme à Lhassa; estime que le CIO a la responsabilité d'exercer des pressions sur le gouvernement chinois pour qu'il autorise les médias étrangers à avoir accès à toutes les étapes du passage de la flamme et à toute autre manifestation olympique sans subir de restrictions pesantes; estime que le CIO devrait en toute occasion défendre les valeurs olympiques;

12.  demande la libération de Huang Qi, ainsi que de Zhang Mingxuan et de son interprète; réitère sa demande en faveur de la libération de Hu Jia, pressenti pour recevoir le prix Sakharov de la liberté de pensée en 2007, et de Yang Cunlin, de Gao Zhisheng et des autres défenseurs des droits de l'homme qui ont été détenus, arrêtés, emprisonnés ou harcelés pour avoir exprimé leur désaccord quant aux jeux olympiques de Pékin, protesté contre des expulsions forcées en vue de construire les sites olympiques ou défendu des manifestants; exprime l'inquiétude que lui inspire la situation de la cyberdissidente Zeng Jinyan, épouse de Hu Jia, et de leur fille de six mois, qui sont actuellement constamment surveillées et harcelées par la police;

13.  appelle le Conseil à inviter le Dalaï Lama à une réunion du Conseil "Affaires générales" afin qu'il y présente son analyse de la situation au Tibet et qu'il explique aux 27 ministres des affaires étrangères son approche de la voie médiane et son concept d'autonomie véritable pour tous les Tibétains au sein de la Chine;

14.  appelle à nouveau le Conseil, à cet égard, à nommer un envoyé spécial pour les questions tibétaines chargé de favoriser le dialogue entre les parties et de suivre attentivement les négociations, lorsque que celles-ci auront repris;

15.  appelle le Conseil à adopter une position commune en ce qui concerne la présence des chefs d'État ou de gouvernement et de Javier Solana, Haut Représentant de l'UE pour la politique étrangère et de sécurité commune, à la cérémonie d'ouverture des jeux olympiques;

16.  charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil et à la Commission, ainsi qu'aux parlements des États membres, au Président et au Premier ministre de la République populaire de Chine et au Comité international olympique.

Avis juridique - Politique de confidentialité