Procédure : 2010/2738(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : RC-B7-0383/2010

Textes déposés :

RC-B7-0383/2010

Débats :

Votes :

PV 17/06/2010 - 12.2
CRE 17/06/2010 - 12.2

Textes adoptés :

P7_TA(2010)0245

PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE
PDF 138kWORD 78k
16.6.2010
PE441.965v01-00}
PE441.966v01-00}
PE441.969v01-00}
PE441.970v01-00}
PE441.972v01-00}
PE441.979v01-00} RC1
 
B7-0383/2010}
B7-0384/2010}
B7-0387/2010}
B7-0388/2010}
B7-0390/2010}
B7-0397/2010} RC1

déposée conformément à l'article 122, paragraphe 5, du règlement

en remplacement des propositions de résolution déposées par les groupes:

S&D (B7‑0383/2010)

ECR (B7‑0384/2010)

Verts/ALE (B7‑0387/2010)

PPE (B7‑0388/2010)

GUE/NGL (B7‑0390/2010)

ALDE (B7‑0397/2010)


sur la situation au Népal


Thomas Mann, Filip Kaczmarek, Cristian Dan Preda, Mario Mauro, Tunne Kelam, Bernd Posselt, Monica Luisa Macovei, Eija-Riitta Korhola, Elena Băsescu, Sari Essayah au nom du groupe PPE
Véronique De Keyser, John Attard-Montalto, Lidia Joanna Geringer de Oedenberg, Rovana Plumb au nom du groupe S&D
Niccolò Rinaldi, Marietje Schaake, Ramon Tremosa i Balcells, Kristiina Ojuland au nom du groupe ALDE
Jean Lambert, Heidi Hautala, Barbara Lochbihler, Raül Romeva i Rueda au nom du groupe Verts/ALE
Charles Tannock, Michał Tomasz Kamiński, Tomasz Piotr Poręba, Ryszard Antoni Legutko, Adam Bielan au nom du groupe ECR
Marie-Christine Vergiat, Helmut Scholz, Rui Tavares au nom du groupe GUE/NGL
Fiorello Provera

Résolution du Parlement européen sur la situation au Népal  

Le Parlement européen,

–   vu la déclaration universelle des droits de l'homme de 1948,

–   vu le Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966,

–   vu les Principes de base des Nations unies sur le recours à la force et l'utilisation des armes à feu par les responsables de l'application des lois de 1990,

–   vu la déclaration du Secrétaire général des Nations unies, M. Ban Ki-moon, du 29 mai 2010 sur la situation politique au Népal,

–   vu la déclaration du porte‑parole de la haute représentante, Mme Catherine Ashton, du 30 avril 2010 sur la situation politique au Népal,

–   vu l'article 122, paragraphe 5, de son règlement,

A. considérant que, le 21 novembre 2006, un accord de paix global (APG) entre l'alliance des sept partis et les maoïstes du PCUN-M, qui contrôlait de vastes zones du pays, a mis fin à une guerre civile qui durait depuis 10 ans et qui a coûté la vie à près de 13 000 personnes,

B.  considérant que cet accord historique à mis en lumière les résultats qui peuvent être obtenus lorsque les forces politiques négocient de bonne foi, et qu'il ouvrait la voie à l'élection d'une assemblée constituante, à la mise en place d'un gouvernement intérimaire associant les maoïstes, au désarmement des combattants maoïstes et à leur accueil dans des camps ainsi qu'au confinement de l'armée népalaise dans ses casernes,

C. considérant que les termes de l'accord de paix conclu en 2006 après plus de 10 ans de guerre civile entre les maoïstes et le gouvernement ne sont, pour bon nombre d'entre eux, toujours pas appliqués,

D. considérant qu'après l'élection de l'assemblée constituante qui a eu lieu le 10 avril 2008, dont la MOE de l'UE considérait qu'elle avait rempli un grand nombre, voire l'ensemble des normes internationales, et lors de laquelle le PCUN-M a remporté près de 40 % des suffrages, ladite assemblée a pris la décision d'abolir la monarchie, vieille de 240 ans, et de faire du Népal une république démocratique fédérale,

E.  considérant que, selon l'indice mondial de la paix (Global Peace Index, ou GPI), le Népal est devenu moins paisible ces dernières années, plus particulièrement en 2009 et en 2010,

F.  considérant que, en mai 2009, le premier ministre Pushpa Kamal Dahal (Prachanda) a présenté sa démission et que son parti, le PCUN-M, a quitté le gouvernement à la suite d'un différend avec le président (Congrès népalais) à propos de la destitution du chef de l'armée, qui s'était trouvé en conflit avec les maoïstes à propos de la réintégration d'anciens combattants de l'Armée de libération du peuple (ALP) au sein de l'armée népalaise,

G. considérant que, dans le contexte d'instabilité politique qui s'en est suivi, encore aggravé par les campagnes de déstabilisation sociale et institutionnelle, une fragile alliance anti-maoïste composée de 22 partis, menée par le premier ministre Madhav Kumar Nepal (PCN-MLU), s'est trouvée incapable de répondre aux deux attentes principales, à savoir, d'une part, la rédaction d'une constitution globalement acceptable pour la république fédérale avant l'échéance du délai de deux ans au 28 mai 2010 et, d'autre part, un accord sur la réintégration et la réhabilitation des quelque 200 000 anciens combattants de l'ALP,

H. considérant que les pourparlers formels entre les présidents de l'alliance des sept partis et du PCN(MLU) sur la formation d'un nouveau gouvernement ont repris après la conclusion d'un accord de dernière minute en trois points, qui prévoyait la prorogation de l'assemblée constituante pour une période d'un an, la formation d'un gouvernement d'union nationale, la démission du premier ministre Madhav Kumar Nepal "dans les meilleurs délais" ainsi que "des progrès en vue d'un accord de paix",

I.   considérant que la vidéo de Shaktikhor, qui semblait étayer les accusations de tromperie sur le nombre de combattants et sur les projets visant à recourir à la "démocratisation" afin de politiser l'armée nationale, soulève des questions légitimes que le PCUN-M n'a pas encore éclaircies,

J.   considérant que l'instabilité politique endémique pèse lourdement sur le développement social, économique et touristique du Népal, pays qui, de par sa situation entre l'Inde et la Chine, les deux principales économies mondiales dont la croissance est la plus rapide, a besoin de stabilité politique afin de valoriser sa situation stratégique,

K. considérant que le Népal est toujours victime d'un grave sous-développement économique et social; que plus de 30 % de la population vit en dessous du seuil absolu de pauvreté, que 16 % de la population souffre de malnutrition grave, que le taux d'analphabétisme y demeure le plus élevé de l'Asie du Sud-est et que le développement du pays est largement compromis par des pénuries de carburants de base, qui entraînent des coupures d'électricité, des restrictions dans les transports et des augmentations de prix des denrées alimentaires,

L.  considérant que la situation de nombreux réfugiés au Népal, en particulier des Tibétains, s'avère préoccupante,

M. considérant qu'il convient de féliciter les autorités népalaises pour leur respect de l'accord tacite sur les réfugiés tibétains,

N. considérant qu'aucun membre des forces nationales de sécurité ou de l'ALP n'a jusqu'à présent été reconnu pénalement responsable des violations graves et systématiques des lois de la guerre perpétrées durant le conflit,

O. considérant que la délégation pour les relations avec les pays d'Asie du Sud du Parlement européen a effectué une mission à Katmandou pendant une période cruciale, du 23 au 29 mai,

1.  exprime sa profonde inquiétude quant à l'absence d'une constitution reposant sur les valeurs démocratiques et les droits de l'homme et exprime sa solidarité envers le peuple népalais et toutes les familles qui ont perdu des proches à la suite des violences de ces dernières années;

2.  se félicite de la décision prise en dernière minute, le 28 mai, par les partis politiques en vue de prendre les mesures nécessaires pour proroger le mandat de l'assemblée constituante et salue notamment l'influence majeure des associations de femmes;

3.  prie instamment l'assemblée constituante et tous les acteurs politiques concernés de négocier sans conditions préalables, de se montrer flexibles, d'éviter toute manœuvre de provocation et d'œuvrer ensemble en faveur de l'unité nationale afin de doter la nouvelle constitution de contours clairs, d'instaurer une démocratie fédérale qui fonctionne et de respecter le nouveau délai d'une année supplémentaire accordé le 28 mai 2010;

4.  appelle toutes les parties à soutenir et à promouvoir les travaux des comités constitutionnels sur la future feuille de route dans le contexte de la reconduction du mandat de l'assemblée constituante;

5.  souligne la nécessité d'une communication claire et transparente de tous les points de l'accord et, par conséquent, accueille favorablement le livre blanc qui a été promis en vue d'expliquer à la population quels progrès ont jusqu'à présent été accomplis dans la rédaction de la constitution de la république fédérale; félicite les trois des onze commissions thématiques qui ont achevé leurs travaux;

6.  salue la décision du Congrès népalais du 31 mai 2010 de s'engager en faveur d'un gouvernement d'union nationale ouvert à tous les partis politiques, y compris au principal parti d'opposition, le PCUN-M;

7.  demande au PCUN-M d'œuvrer à une planification constructive et de chercher un moyen d'intégrer les combattants maoïstes au sein de la société, y compris ceux des groupes résidant dans les camps sous surveillance de l'UNMIN;

8.  demande à l'Union européenne et à ses États membres de soutenir tous les efforts du gouvernement népalais et des parties visant à remédier à l'intégration des anciens combattants maoïstes au sein de l'armée nationale ou d'autres forces de sécurité et à dégager d'autres solutions viables en faveur de ceux qui ne peuvent pas être intégrés au sein de ces organes;

9.  demande aux partis politiques, et notamment au PCUN-M, de contenir leurs mouvements de jeunesse militants et de cesser de recruter des enfants; demande au PCUN-M de s'assurer que les mineurs récemment libérés de leurs camps puissent pleinement bénéficier des programmes de réhabilitation;

10. demande directement aux Nations unies de mettre en place, idéalement en collaboration avec le gouvernement, des procédures visant à passer au crible les membres potentiels des forces de sécurité afin d'exclure de tout mandat au sein des forces de maintien de la paix des Nations unies ceux qui sont clairement coupables de violations des droits de l'homme; rappelle à l'armée népalaise que son professionnalisme et sa réputation sont malheureusement déjà mis en cause et que cette situation perdurera sans aucun doute aussi longtemps que les problèmes avérés d'impunité dans ses rangs ne sont pas résolus de manière objective, en l'occurrence par le pouvoir judiciaire;

11. exprime sa préoccupation quant aux nouveaux recrutements qui auraient lieu dans l'armée nationale; rappelle que la Cour suprême les a jugés compatibles avec l'APG pour autant que ces recrutements ne concernent que le personnel technique; fait néanmoins valoir qu'une telle campagne de recrutement peut aggraver les difficultés rencontrées au cours du processus de transition;

12. demeure profondément convaincu que, deux ans après l'abolition de la monarchie, l'armée devrait être placée sous un contrôle pleinement démocratique, y compris les aspects budgétaires; se déclare solidaire de l'assemblée constituante vis‑à‑vis de toute mesure qu'elle pourrait prendre à cet égard;

13. rappelle aux États membres de l'Union européenne que les exportations d'armes létales vers le Népal demeurent interdites en vertu de l'APG, et leur demande d'apporter un soutien financier et technique en faveur de solutions inventives dans le cadre de la restructuration de l'armée népalaise;

14. exprime son soutien plein et entier à l'UNMIN dans le rôle qu'elle joue et estime que son mandat devrait être prorogé au moins jusqu'à ce que le processus de paix soit entré dans une phase de consolidation;

15. s'inquiète de ce que les cas de torture et d'agressions violentes soient de plus en plus fréquents; salue, dans ce contexte, les travaux de la commission nationale des droits de l'homme du Népal; déplore néanmoins que son statut d'organisme indépendant n'ait pas été entériné par la loi;

16. s'inquiète de ce que le gouvernement népalais ait prorogé d'un an le mandat du HCDH des Nations unies sur la base d'un mandat révisé uniquement, tout en mettant progressivement fin à ses opérations régionales, ce qui ne permet pas d'espérer que sa fonction de contrôle du respect des droits de l'homme puisse être renforcée;

17. appelle de ses vœux la création d'une commission sur les disparitions, d'une commission de la vérité et de la réconciliation et d'un comité national pour la paix et la réinsertion, tels que définis dans l'APG;

18. regrette vivement qu'il n'y ait eu jusqu'à présent aucune poursuite devant les tribunaux civils pour aucun des graves crimes perpétrés par les deux parties durant le conflit;

19. prie instamment les parties et le gouvernement de mettre fin à l'ingérence politique dans les procédures pénales afin d'asseoir l'indépendance politique du système judiciaire dans le cadre du processus constitutionnel et d'envisager, dans un même ordre d'idées, la ratification du Statut de la cour pénale internationale;

20. se félicite de l'engagement pris par le Népal en 2009 de soutenir le projet de principes et de lignes directrices des Nations unies visant à éliminer la discrimination de caste, mais s'inquiète de la persistance du travail asservi, notamment sous forme de Kamaiya, Haruwa et Charuwa, ainsi que de la situation des millions de paysans sans terre, qui pourrait encore se détériorer en raison des conséquences du changement climatique; demande au gouvernement et aux parties de veiller au bon fonctionnement de la commission de la réforme agraire révolutionnaire;

21. demande au gouvernement népalais de résoudre le problème d'apatridie qui affecte 800 000 Népalais en simplifiant les procédures administratives et en réduisant les coûts des demandes de certificat de nationalité; estime qu'il est essentiel de tenir également compte de ces personnes au cours des négociations sur le processus de paix;

22. prie instamment le gouvernement népalais de veiller au respect des normes de protection de tous les réfugiés et de persévérer dans ses efforts visant à combattre et à éliminer l'apatridie, notamment des Bhoutanais, dans le respect des normes internationales; le prie également de signer la Convention sur les réfugiés de 1951 ou le protocole de 1967 à cette convention et de se conformer aux normes définies par le Haut‑Commissariat des Nations unies pour les réfugiés;

23. estime que la poursuite de la mise en œuvre pleine et entière de l'accord tacite sur les réfugiés tibétains par les autorités népalaises s'avère essentielle au maintien des contacts entre le Haut‑Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et les communautés tibétaines; se félicite, à cet égard, des possibilités d'accès au territoire prévues dans le cadre de l'accord tacite avec le Haut‑Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, et ouvrant la voie à des solutions plus durables;

24. demande à la haute représentante de l'Union européenne, par l'intermédiaire de sa délégation à Katmandou, de suivre de près la situation politique au Népal et d'user de son influence pour inciter les puissances voisines dans la région, plus particulièrement la Chine et l'Inde, à soutenir les négociations en vue de la mise en place d'un gouvernement d'union nationale;

25. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil et à la Commission, aux États membres, à la vice-présidente de la Commission/haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, au gouvernement du Népal, aux gouvernements et aux parlements de l'Inde et de la République de Chine, ainsi qu'au Secrétaire général des Nations Unies.

 

Avis juridique - Politique de confidentialité