Index 
 Précédent 
 Suivant 
 Texte intégral 
Procédure : 2010/2115(INI)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : A7-0210/2011

Textes déposés :

A7-0210/2011

Débats :

PV 05/07/2011 - 17
CRE 05/07/2011 - 17

Votes :

PV 06/07/2011 - 6.10
Explications de votes

Textes adoptés :

P7_TA(2011)0330

Textes adoptés
PDF 138kWORD 53k
Mercredi 6 juillet 2011 - Strasbourg
Les femmes et la direction des entreprises
P7_TA(2011)0330A7-0210/2011

Résolution du Parlement européen du 6 juillet 2011 sur les femmes et la direction des entreprises (2010/2115(INI))

Le Parlement européen,

–  vu la quatrième conférence mondiale sur les femmes qui s'est tenue à Pékin en septembre 1995, la déclaration et le programme d'action adoptés à Pékin ainsi que les documents en résultant adoptés lors des sessions spéciales des Nations unies Pékin + 5, Pékin + 10 et Pékin + 15 sur d'autres actions et initiatives visant à mettre en œuvre la déclaration et le programme d'action de Pékin, adoptés respectivement le 9 juin 2000,le 11 mars 2005 et le 12 mars 2010,

–  vu la convention des Nations unies de 1979 sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes,

–  vu la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948,

–  vu la charte des droits fondamentaux de l'Union européenne, en particulier ses articles 1, 2, 3, 4, 5, 21 et 23,

–  vu l'article 2 du traité sur l'Union européenne qui rappelle les valeurs communes des États membres, notamment le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l'égalité entre les femmes et les hommes,

–  vu l'article 19 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne qui fait référence à la lutte contre toute discrimination fondée sur le sexe,

–  vu le rapport de la Commission européenne sur les progrès réalisés en matière d'égalité entre les femmes et les hommes 2011,

–  vu la communication de la Commission, du 27 octobre 2010, intitulée «Vers un Acte pour le Marché unique, Pour une économie sociale de marché hautement compétitive, 50 propositions pour mieux travailler, entreprendre et échanger ensemble» (COM(2010)0608),

–  vu la communication de la Commission, du 21 septembre 2010, intitulée «Stratégie pour l'égalité entre les femmes et les hommes 2010-2015» (COM(2010)0491),

–  vu la communication de la Commission, du 6 juin 2010, intitulée «Le gouvernement d'entreprise dans les établissements financiers et les politiques de rémunération» (COM(2010)0284),

–  vu la communication de la Commission, du 5 mars 2010, intitulée «Un engagement accru en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes, Une charte des femmes» (COM(2010)0078),

–  vu le Pacte européen pour l'égalité entre les hommes et les femmes adopté par le Conseil européen en mars 2006, et le nouveau pacte européen pour l'égalité entre les hommes et les femmes adopté par le Conseil européen le 7 mars 2011,

–  vu la recommandation 96/694/CE du Conseil concernant la participation équilibrée des femmes et des hommes aux processus de décision,

–  vu la réunion annuelle du Forum Economique Mondial qui s'est tenue du 26 au 29 janvier 2011 à Davos et le programme intitulé «Women Leaders and Gender Parity»,

–  vu sa résolution du 11 mai 2011 sur la gouvernance d'entreprise dans les établissements financiers(1),

–  vu sa résolution du 8 mars 2011 sur l'égalité entre les femmes et les hommes dans l'Union européenne – 2010(2),

–  vu ses résolutions du 15 juin 1995 sur la quatrième conférence mondiale sur les femmes de Pékin: Lutte pour l'égalité, le développement et la paix(3), du 10 mars 2005 sur le suivi du programme d'action de la quatrième conférence mondiale sur les femmes (Pékin + 10)(4) et du 25 février 2010 sur Pékin + 15 – Programme d'action des Nations unies en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes(5),

–  vu l'article 48 de son règlement,

–  vu le rapport de la commission des droits de la femme et de l'égalité des genres (A7-0210/2011),

A.  considérant que l'égalité entre les femmes et les hommes constitue un principe fondamental de l'Union européenne, qui est consacré dans le traité sur l'Union européenne, qu'elle compte parmi les objectifs et les missions de celle-ci et que l'intégration du principe de l'égalité entre les femmes et les hommes dans l'ensemble de ses activités constitue une mission spécifique de l'Union,

B.  considérant qu'un des objectifs prioritaires de l'Union européenne devrait être de permettre à des femmes compétentes et qualifiées d'accéder à des postes aujourd'hui difficilement accessibles, en supprimant les obstacles et les inégalités qui perdurent entre les hommes et les femmes et qui empêchent ces dernières de faire progresser leurs carrières,

C.  considérant que l'égalité des genres en matière d'emploi doit promouvoir sans distinction les hommes et les femmes au sein du marché du travail et à tous les postes de direction, en vue d'une justice sociale et d'une utilisation de toutes les compétences des femmes pour ainsi renforcer l'économie et garantir l'épanouissement des femmes dans la même mesure que celui des hommes,

D.  considérant qu'en 2008, 59,5% des diplômes universitaires décernés dans l'Union l'ont été à des femmes; considérant que les femmes sont plus nombreuses que les hommes dans les écoles d'administration, de gestion et de droit; considérant toutefois que la proportion de femmes dans les organes de décision des plus grandes sociétés cotées en bourse atteignait péniblement 10,9% en 2009,

E.  considérant que les obstacles à la représentation des femmes peuvent également être imputés à une conjonction de discriminations fondées sur le sexe et de comportements stéréotypés qui ont tendance à persister au sein des entreprises et limitent l'existence de mentorats pour les dirigeantes potentielles,

F.  considérant que des études de la Commission européenne et du secteur privé ont démontré une corrélation entre les résultats économiques et financiers des entreprises et la présence des femmes au sein des instances décisionnelles de celles-ci; qu'il en ressort clairement qu'une représentation significative des femmes aux postes de direction constitue un véritable outil de performance et de compétitivité économique,

G.  considérant qu'il est à ce titre essentiel de continuer à mettre en place des méthodes telles que les études de cas et l'échange de bonnes pratiques dans ce domaine ainsi que des actions affirmatives afin d'obtenir une utilisation optimale des ressources humaines féminines à tous les niveaux de la vie des entreprises,

H.  considérant cependant que les femmes représentent aujourd'hui seulement 10 % des membres des conseils d'administration des plus grandes sociétés cotées en bourse dans l'Union européenne et seulement 3 % des présidents de ces conseils, tout en tenant compte des diversités entre les pays et des différents secteurs professionnels concernés, considérant que l'écart de rémunération entre les hommes et les femmes en Europe reste élevé - 17,5% dans l'ensemble de l'Union - et est constatée également au niveau des postes de direction,

I.  considérant que le nombre de femmes dans les conseils d'administration des sociétés n'augmente actuellement que d'un demi-point de pourcentage chaque année; considérant qu'à ce rythme, il faudra attendre encore cinquante ans avant que les conseils d'administration ne comptent au moins 40 % de représentants de chaque sexe,

J.  considérant que les chambres de commerce et d'industrie et les organisations qui représentent les syndicats et le patronat sont loin d'atteindre une représentation équilibrée entre les hommes et les femmes, reflétant la faible représentation des femmes dans les instances dirigeantes des entreprises; considérant pourtant que les chambres de commerce et d'industrie et les organisations qui représentent les syndicats et le patronat peuvent contribuer à la diffusion et à l'échange des bonnes pratiques en la matière,

K.  considérant qu'il est du ressort des responsables politiques, des États membres et des entreprises d'éliminer les obstacles à l'entrée des femmes sur le marché du travail en général et dans les instances dirigeantes en particulier, et d'offrir des chances égales aux femmes afin que celles-ci puissent accéder aux postes à responsabilité afin de garantir l'utilisation efficace de toutes les ressources existantes, d'optimiser le flux de compétences et de qualités féminines et d'exploiter au mieux le potentiel humain dont bénéficie l'Union européenne, et de défendre les valeurs fondamentales de l'UE au titre desquelles figure le principe d'égalité,

L.  considérant que les initiatives et les mesures proactives qui ont été prises par le secteur privé, avec pour ambition une représentativité accrue des femmes, telles que celles visant à une valorisation des ressources humaines au sein des entreprises en vue d'un meilleur suivi de la carrière des femmes, ou à la création de réseaux en dehors des entreprises encourageant la participation et la promotion des femmes et l'échange régulier de bonnes pratiques, se sont avérées utiles et encourageantes mais pas encore suffisantes pour inverser la donne au sein des entreprises, et que les femmes demeurent sous-représentées à la direction de celles-ci,

M.  considérant que la Commission a annoncé qu'elle présenterait des mesures législatives pour veiller à ce que les sociétés cotées en bourse prennent des mesures appropriées pour atteindre une représentation égale des hommes et des femmes dans les conseils d'administration, au cas où l'autoréglementation échouerait dans ce domaine dans les 12 prochains mois,

1.  accueille favorablement les mesures annoncées par la Commission le 1er mars 2011, notamment son intention de proposer une législation européenne en 2012 si les entreprises n'augmentent pas volontairement la proportion de femmes dans leurs organes de décision, notamment la fixation des objectifs réalistes de 30 % de femmes d'ici 2015 et de 40 % de femmes d'ici 2020;

2.  invite instamment les entreprises à atteindre le seuil critique de 30 % de femmes dans les instances dirigeantes d'ici 2015 et de 40 % d'ici 2020;

3.  constate un net progrès de la représentation des femmes en Norvège depuis l'adoption, en 2003, d'une législation imposant un seuil de 40 % de femmes et d'hommes au sein des conseils d'administration des entreprises cotées en Bourse et bénéficiant d'un effectif de plus de 500 salariés et qui prévoit de véritables sanctions en cas de non-respect;

4.  insiste sur le fait que les entreprises sont tenues de respecter l'égalité de traitement et l'égalité des chances entre les hommes et les femmes dans le cadre du travail et qu'à cette fin, elles doivent adopter des mesures destinées à éviter toute discrimination;

5.  accueille favorablement les initiatives des États membres tels que la France, l'Espagne et les Pays-Bas fixant un seuil de représentativité des femmes au sein des instances dirigeantes devant être respecté par les entreprises, et suit les débats relatif à la représentativité des femmes au sein des autres États membres tels que l'Allemagne et l'Italie; note que seule l'expression de la volonté politique permet l'accélération de la prise de mesures contraignantes visant à contribuer à une égale représentativité des hommes et des femmes au sein des instances dirigeantes des entreprises;

6.  se félicite du code finlandais de gouvernement des entreprises qui impose la présence de représentants des deux sexes dans les organes décisionnels des entreprises et une déclaration publique si cette règle n'est pas respectée; constate que ce code a, entre-temps, permis aux femmes de représenter 25 % des membres des organes décisionnels dans les entreprises finlandaises et que le pourcentage des sociétés cotées en Bourse où des femmes siègent au conseil de surveillance ou au directoire est, en deux ans, passé de 51 % à quelque 70 % depuis l'entrée en vigueur de ce code;

7.  insiste sur le fait que le recrutement aux postes au sein des instances dirigeantes des entreprises doit se fonder sur les compétences, les qualifications et l'expérience requises, et que les politiques de recrutement des entreprises doivent respecter les principes de transparence, d'objectivité, d'universalité, d'efficacité, de non-discrimination et d'égalité entre les hommes et les femmes;

8.  estime nécessaire d'envisager des règles efficaces concernant le non-cumul des mandats au sein des conseils d'administration afin de libérer des postes pour les femmes, mais aussi par souci d'efficacité et d'indépendance des administrateurs des moyennes et grandes entreprises;

9.  souligne que les entreprises publiques cotées en bourse devraient donner l'exemple et appliquer une représentation équilibrée des femmes et des hommes dans les conseils d'administration et dans les postes de d'encadrement à tous les niveaux;

10.  invite les États membres et la Commission à envisager de nouvelles politiques permettant une plus grande participation des femmes à la direction des entreprises, notamment par:

   a. l'ouverture d'un dialogue avec la direction des grandes entreprises et les partenaires sociaux sur les moyens, outre la fixation de quotas, d'augmenter la participation des femmes, qui pourrait avoir lieu chaque année;
   b. un soutien à des initiatives qui visent à évaluer l'égalité entre hommes et femmes au sein des comités de recrutement et dans des domaines tels que les différences de salaires, les classifications professionnelles, la formation ou les évolutions de carrière;
   c. la promotion de la responsabilité sociale de l'entreprise pour les entreprises européennes, avec l'engagement de garantir des responsabilités d'encadrement pour les femmes ainsi que des services adaptés aux besoins des familles;
   d. une action culturelle qui incite davantage les jeunes femmes à s'engager dans des études scientifiques et techniques, comme l'a également demandé le Conseil économique et social des Nations unies;
   e. la mise en place de mesures et dispositions spécifiques en vue d'une offre suffisante de services de qualité et à des prix abordables, par exemple pour la garde des enfants, des personnes âgées et autres personnes dépendantes, des incitations fiscales pour les entreprises ou d'autres compensations permettant la conciliation de la vie familiale et professionnelle des femmes et des hommes employés par les entreprises;
   f. le développement des capacités individuelles des femmes au sein de l'entreprise afin de les préparer de manière efficace à exercer des fonctions de direction au moyen de formations spécifiques et continues ainsi que d'autres mesures d'accompagnement professionnel, telles que des programmes de parrainage et de mise en réseau;
   g. le développement de la formation sur l'égalité entre les femmes et les hommes et sur la non-discrimination;
   h. la promotion d'engagements précis et quantifiables de la part des entreprises
   i. l'incitation de toutes les parties concernées à mettre en place des initiatives destinées à changer la perception des femmes et celle que les femmes ont d'elles mêmes dans le monde du travail de manière à permettre à un plus grand nombre de femmes d'assumer des postes à responsabilité dans le secteur d'exploitation de l'entreprise et non plus seulement au niveau administratif; estime que ces initiatives devraient encourager les jeunes filles et les jeunes femmes à envisager un éventail de carrières plus large, avec le soutien de leurs professeurs, de leurs familles et de divers modèles, et devraient présenter une image positive des femmes aux postes de direction dans les médias européens;
   j. le recensement des moyens permettant d'accroître la représentation des femmes venant de groupes particulièrement sous-représentés, comme les immigrés ou les minorités ethniques;

11.  insiste sur la problématique des écarts de salaires au sein des entreprises, et plus particulièrement des différences de salaires des femmes aux postes de direction par rappor à celui de leurs homologues masculins; invite les États membres et la Commission à prendre des mesures en vue de combattre ces inégalités salariales persistantes liées aux stéréotypes traditionnels affectant les évolutions de carrière et contribuant à la faible représentation des femmes au sein des instances dirigeantes des entreprises;

12.  estime en particulier que les entreprises soumises à l'obligation de présenter des comptes de profits et pertes non abrégés devraient parvenir à une représentation équilibrée des femmes et des hommes dans leurs conseils d'administration dans un délai raisonnable;

13.  encourage les entreprises à adopter et à mettre en œuvre des codes de gouvernement d'entreprise pour promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes dans les conseils d'administration, à recourir à la pression exercée par les pairs pour peser sur les organisations de l'intérieur et à intégrer la règle consistant à «se conformer ou se justifier», qui les obligent à préciser la raison pour laquelle il n'y a pas une femme au moins au sein du conseil d'administration;

14.  invite les États membres et la Commission à mettre en place des initiatives visant à établir un partage plus équitable des responsabilités et tâches familiales, non seulement au sein des familles mais également entre la famille et la société, et à réduire les écarts de salaires entre les hommes et les femmes pour une même quantité de travail. Des mesures spécifiques devraient être prises:

   a. pour s'atteler aux problèmes d'accès aux infrastructures d'accueil des enfants, qui doivent être abordables, responsables et locales,
   b. la flexibilité doit être conçue de manière à renforcer la capacité organisationnelle et à maximiser la contribution des femmes; la flexibilité des modes de travail doit emporter la reconnaissance et susciter la coopération du personnel; cela nécessite un certain sens de l'autorité pour lutter contre les attitudes culturelles et les principes traditionnels de bonne gestion des entreprises et pour prôner de nouveaux modes de pensée sur le rôle des hommes et des femmes dans la société, sur une planification durable des ressources humaines, sur le capital social et la responsabilité envers la communauté;

15.  encourage les dirigeants des entreprises à sensibiliser leur personnel sur les évolutions de carrières des hommes et des femmes et à s'engager personnellement dans les programmes de suivi et de soutien de carrière des femmes cadres au sein de leurs entreprises;

16.  invite la Commission:

   a. à présenter dans les meilleurs délais un état des lieux complet sur la représentation des femmes au sein des entreprises dans l'Union européenne, quelle que soit leur forme, ainsi que les mesures prises, tant à titre obligatoire que non obligatoire, par le secteur économique et les mesures récemment adoptées par les États membres afin d'accroître ladite représentation,
   b. à l'issue de cette étude, et en cas d'insuffisance des mesures volontaires prises par les entreprises et les États membres, à présenter, d'ici 2012, une proposition législative comportant des quotas, afin d'accroître la représentativité des femmes au sein des instances dirigeantes des entreprises en vue d'atteindre 30 % d'ici 2015 et 40 % d'ici 2020, tout en tenant compte des compétences des États membres ainsi que les particularités économiques, structurelles (taille des entreprises) juridiques et régionales de ceux-ci;

17.  invite la Commission à établir une feuille de route pour la fixation des objectifs spécifiques, mesurables, appropriés, réalistes et situés dans le temps, à atteindre pour arriver à une représentation équilibrée dans les entreprises, quelle que soit leur taille, et invite la Commission à concevoir un guide spécial destiné aux petites et moyennes entreprises;

18.  invite la Commission à mettre en place un site dédié aux bonnes pratiques dans ce domaine, destiné à la diffusion et à l'échange des meilleures pratiques; souligne l'importance de la mise en place d'une stratégie de communication visant à attirer effectivement l'attention de l'opinion publique et des partenaires sociaux sur l'importance de ces mesures; invite dès lors la Commission et les États membres à lancer des campagnes d'information ciblées;

19.  charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil et à la Commission ainsi qu'aux gouvernements des États membres.

(1) Textes adoptés de cette date, P7_TA(2011)0223
(2) Textes adoptés de cette date, P7_TA(2011)0085
(3) JO C 166 du 3.7.1995, p. 92.
(4) JO C 320 E du 15.12.2005, p. 247.
(5) JO C 348 E du 21.12.2010, p. 11.

Avis juridique - Politique de confidentialité