Index 
 Précédent 
 Suivant 
 Texte intégral 
Procédure : 2013/2111(INI)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : A7-0459/2013

Textes déposés :

A7-0459/2013

Débats :

PV 13/01/2014 - 25
CRE 13/01/2014 - 25

Votes :

PV 14/01/2014 - 5.14
Explications de votes

Textes adoptés :

P7_TA(2014)0014

Textes adoptés
PDF 160kWORD 69k
Mardi 14 janvier 2014 - Strasbourg
Protection sociale pour tous, y compris pour les travailleurs indépendants
P7_TA(2014)0014A7-0459/2013

Résolution du Parlement européen du 14 janvier 2014 sur une protection sociale pour tous, y compris pour les travailleurs indépendants (2013/2111(INI))

Le Parlement européen,

–  vu l'article 3, paragraphe 3, et l'article 6, paragraphe 3, du traité sur l'Union européenne (traité UE),

–  vu les articles 9, 53 et 151 à 157 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (traité FUE),

–  vu les articles 5, 15, 16, 27, 31, 34 et 35 de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne,

–  vu les articles 1, 2, 3, 4, 11, 12, 13, 19 et 23 de la Charte sociale européenne (révisée),

–  vu la convention n° 102 (1952) de l'Organisation internationale du travail (OIT) concernant les normes minimales de sécurité sociale,

–  vu la convention n° 117 (1962) de l'OIT sur la politique sociale (objectifs et normes de base),

–  vu les conventions de l'OIT n° 121 (1964) concernant les prestations en cas d'accidents du travail et de maladies professionnelles; n° 128 (1967) concernant les prestations d'invalidité, de vieillesse et de survivants; n° 130 (1969) concernant les soins médicaux et les indemnités de maladie; n° 168 (1988) concernant la promotion de l'emploi et la protection contre le chômage; et n°  183 (2000) concernant la révision de la convention (révisée) sur la protection de la maternité,

–  vu la recommandation de 2012 de l'OIT concernant les socles nationaux de protection sociale,

–  vu le rapport de l'OIT de 2010 intitulé "La sécurité sociale dans le monde (2010-2011): assurer une couverture sociale en temps de crise et au-delà"(1),

–  vu le rapport de l'OIT de novembre 2003 intitulé "Social protection: A life cycle continuum investment for social justice, poverty reduction and development’(2),

–  vu le règlement (CE) n° 883/2004 du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 sur la coordination des systèmes de sécurité sociale(3),

–  vu la directive 2010/41/UE du Parlement européen et du Conseil du 7 juillet 2010 concernant l'application du principe de l'égalité de traitement entre hommes et femmes exerçant une activité indépendante, et abrogeant la directive 86/613/CEE du Conseil(4),

–  vu la directive 2000/78/CE du Conseil du 27 novembre 2000 portant création d'un cadre général en faveur de l'égalité de traitement en matière d'emploi et de travail(5),

–  vu la recommandation du Conseil du 24 juin 1992 portant sur les critères communs relatifs à des ressources et prestations suffisantes dans les systèmes de protection sociale (92/441/CEE)(6),

–  vu la recommandation du Conseil du 27 juillet 1992 relative à la convergence des objectifs et politiques de protection sociale (92/442/CEE)(7),

–  vu les conclusions du Conseil du 17 décembre 1999 relatives au renforcement de la coopération en vue de moderniser et d'améliorer la protection sociale(8),

–  vu le rapport du 10 février 2011 du Comité de la protection sociale intitulé "SPC Assessment of the social dimension of the Europe 2020 Strategy"(9),

–  vu la communication de la Commission du 3 mars 2010 intitulée "Europe 2020 – Une stratégie pour une croissance intelligente, durable et inclusive" (COM(2010)2020),

–  vu la communication de la Commission du 16 février 2012 intitulée "Livre blanc – une stratégie pour des retraites adéquates, sûres et viables" (COM(2012)0055),

–  vu le rapport de la Commission du 8 janvier 2013 intitulée "Employment and Social Developments in Europe 2012"(10),

–  vu la communication de la Commission du 20 août 2012 intitulée "La protection sociale dans la coopération au développement de l'Union européenne" (COM (2012)0446),

–  vu le livre vert de la Commission du 22 novembre 2006 intitulé "Moderniser le droit du travail pour relever les défis du XXIe siècle"(COM(2006)0708),

–  vu l'avis du Comité économique et social européen du 29 avril 2010 sur les "Nouvelles tendances du travail indépendant: le cas particulier du travail indépendant économiquement dépendant"(11),

–  vu l'avis du Comité social et économique européen du 21 mars 2013 sur "L'abus du statut de travailleur indépendant"(12),

–  vu la communication de la Commission du 3 octobre 2008 sur une recommandation de la Commission relative à l'inclusion active des personnes exclues du marché du travail (COM(2008)0639) et sa résolution du 6 mai 2009 sur l'inclusion active des personnes exclues du marché du travail(13),

–  vu la communication de la Commission du 14 octobre 2009 (COM(2009)0545) et sa résolution du 20 mai 2010 sur la viabilité à long terme des finances publiques dans le contexte de la relance économique(14),

–  vu sa résolution du 6 juillet 2010 sur les contrats atypiques, les parcours professionnels sécurisés, la flexicurité et les nouvelles formes de dialogue social(15),

–  vu sa résolution du 15 mars 2006 sur la protection sociale et l'inclusion sociale(16),

–  vu sa résolution du 20 octobre 2010 sur le rôle du revenu minimum dans la lutte contre la pauvreté et la promotion d'une société inclusive en Europe(17),

–  vu sa résolution du 11 septembre 2013 sur la lutte contre le chômage des jeunes: solutions envisageables(18),

–  vu sa résolution du 9 octobre 2008 sur le thème "Intensifier la lutte contre le travail non déclaré"(19),

–  vu sa résolution du 23 mai 2007 sur le thème "Promouvoir un travail décent pour tous"(20),

–  vu ses résolutions du 11 juillet 2007 sur le thème "Moderniser le droit du travail pour relever les défis du XXIe siècle"(21),

–  vu sa résolution du 5 juillet 2011 concernant l'avenir des services sociaux d'intérêt général(22),

–  vu sa résolution du 15 novembre 2011 sur la plateforme européenne contre la pauvreté et l'exclusion sociale(23),

–  vu sa résolution du 21 mai 2013 intitulée "Une stratégie pour des retraites adéquates, sûres et viables"(24),

–  vu sa résolution du 12 juin 2013 sur la communication de la Commission intitulée "Investir dans le domaine social en faveur de la croissance et de la cohésion, notamment par l'intermédiaire du Fonds social européen 2014-2020"(25),

–  vu l'étude de la commission de l'emploi et des affaires sociales de mai 2013, intitulée "Social protection rights of economically dependent self-employed workers(26),

–  vu le rapport personnalisé de la Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail (Eurofound) de 2013 intitulé "Self-employed or not self-employed? Working conditions of ‘economically dependent workers’(27),

–  vu le rapport d'Eurofound du 2 mars 2009 intitulé "Self-employed workers: industrial relations and working conditions’(28),

–  vu le rapport comparatif d'Eurofound d'avril 2013 intitulé "Social partners' involvement in unemployment benefit regimes in Europe"(29),

–  vu l'article 48 de son règlement,

–  vu le rapport de la commission de l'emploi et des affaires sociales et l'avis de la commission des droits de la femme et de l'égalité des genres (A7-0459/2013),

A.  considérant que l'accès à la sécurité sociale est un droit fondamental conforme au droit communautaire et aux législations et pratiques nationales et qu'à ce titre, il est un élément essentiel du modèle social européen; considérant que l'Organisation internationale du travail (OIT) a adopté des recommandations concernant les socles nationaux de sécurité sociale qui visent à garantir le droit fondamental de toute personne à la sécurité sociale et à un niveau de vie conforme à la dignité humaine;

B.  considérant que la sécurité sociale est une compétence nationale coordonnée au niveau de l'Union;

C.  considérant que la protection sociale facilite l'adaptation à l'évolution du marché du travail, lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale, et assure l'intégration du marché du travail et constitue un investissement humain; considérant que la sécurité sociale joue un rôle de stabilisation de l'économie et est un facteur anticyclique grâce auquel la demande et la consommation intérieures augmentent;

D.  considérant que pour surmonter la crise, certains États membres ont réduit fortement leurs finances publiques au moment même où la demande de protection sociale a augmenté du fait de l'augmentation du nombre de chômeurs; considérant que les budgets nationaux de la couverture sociale ont été confrontés à une difficulté supplémentaire car les cotisations ont diminué après les pertes d'emplois touchant de nombreuses personnes ou la diminution des salaires, mettant ainsi réellement en péril le modèle social européen;

E.  considérant que la couverture de la protection sociale dans certains États membres de l'Union reste insuffisante et pourrait être améliorée; considérant qu'il existe encore des cas d'abus de travailleurs vulnérables dans l'Union;

F.  considérant que la plupart des modèles traditionnels de protection sociale et en particulier la sécurité sociale et les régimes de droit du travail, sont certes conçus pour garantir les droits sociaux et du travail des salariés, mais que le risque existe qu'avec les nouvelles formes d'emploi qui voient le jour et avec une augmentation du nombre de travailleurs indépendants, de nouveaux groupes de travailleurs aient à subir une réduction de leur protection sociale;

G.  considérant que les femmes qui choisissent de devenir entrepreneur indiquent, plus souvent que les hommes, que la principale motivation de leur décision est la perspective d'un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée et/ou une nécessité économique;

H.  considérant que les femmes exerçant une activité indépendante représentent une minorité parmi les travailleurs indépendants, mais qu'elles risquent davantage de basculer dans la pauvreté;

I.  considérant que le manque d'accès à des droits adéquats à la retraite, à des congés de maladie, à des congés payés et à d'autres formes de prestations sociales pour les travailleurs indépendants creuse davantage l'écart de rémunération entre les sexes, en défaveur des femmes exerçant une activité indépendante, notamment après qu'elles ont pris leur retraite;

J.  considérant qu'un nombre accru de travailleurs indépendants qui n'ont pas suffisamment de travail ou qui ont un travail peu rémunéré, en particulier des femmes, se retrouvent sous le seuil de pauvreté mais ne sont pas officiellement enregistrés comme chômeurs;

K.  considérant qu'il pourrait s'avérer utile de définir clairement le faux travail indépendant et prévenir d'éventuels abus afin d'éviter les violations des droits sociaux des travailleurs, les distorsions de la concurrence et le risque de dumping social;

L.  considérant que le faux travail indépendant constitue une forme fondamentale et difficilement détectable de fraude aux cotisations sociales qui met en péril la viabilité et l'adéquation des systèmes de retraites en les privant de ressources essentielles;

M.  considérant que le taux de chômage particulièrement élevé enregistré dans de nombreux États membres, parallèlement à la compression du coût du travail (diminution du coût unitaire du travail), crée des tendances ou des pratiques sur les marchés nationaux du travail qui favorisent encore plus le développement et l'intensification du phénomène du faux travail indépendant;

N.  considérant que l'évolution des conditions de travail des travailleurs indépendants économiquement dépendants ne diffère pas radicalement de celle des salariés, leurs droits à la sécurité sociale et du travail devraient, le cas échéant, ressembler davantage à ceux des salariés;

O.  considérant que les informations et les données fiables, précises et comparables sont trop peu nombreuses au sujet de la situation, des conditions de travail et des systèmes de sécurité sociale permettant aux travailleurs indépendants de concilier vie professionnelle et responsabilités familiales;

P.  considérant qu'en 2012 le travail indépendant représentait plus de 15 % de l'emploi total dans l'Union, alors que dans certains cas, le travail indépendant n'est pas le premier choix de la personne concernée, mais plutôt une nécessité faute d'autres possibilités d'emploi ou de modalités d'emploi suffisamment souples pour permettre de concilier vie professionnelle et soins aux personnes à charge; considérant que, dans de nombreux États membres, il est difficile pour les travailleurs indépendants d'acquérir des droits à pension suffisants, ce qui augmente le risque de pauvreté future des personnes concernées; considérant que les travailleurs indépendants économiquement dépendants sont rarement organisés ou représentés par des syndicats, même s'ils sont plus susceptibles d'être victimes d'infractions portant sur le temps de travail et d'autres infractions;

Sécurité sociale pour tous

1.  souligne la nécessité d'optimiser et de moderniser en permanence les systèmes de protection sociale au niveau des États membres afin de garantir une protection sociale solide, durable et adéquate pour tous, fondée sur les principes de l'accès universel et de la non-discrimination ainsi que sur la capacité de réagir avec souplesse aux évolutions démographiques et du marché du travail;

2.  invite les États membres à assurer le financement responsable et durable des systèmes de sécurité sociale, en particulier en période de crise économique, à développer le volet préventif des systèmes de sécurité sociale et à mettre davantage l'accent sur les mesures d'activation, sans oublier que l'un des facteurs les plus importants des investissements sociaux est qu'ils permettent de concilier les objectifs sociaux et économiques et qu'ils pourraient contribuer à la préservation et au développement de l'économie à long terme; estime, par conséquent, que les investissements sociaux devraient être considérés pour ce qu'ils sont: un investissement plutôt qu'une dépense;

3.  attire l'attention sur le fait que, dans certains États membres, le vieillissement de la population, la faible natalité et l'évolution des marchés du travail peuvent accentuer l'urgence de la réforme des systèmes de sécurité sociale, y compris des retraites, de façon à garantir leur pérennité; souligne que les femmes interrompent leur carrières ou occupent des emplois à temps partiel plus fréquemment que les hommes dans le but de s'occuper des enfants ou d'autres personnes à charge, ce qui peut avoir un impact négatif sur leurs droits à la retraite et les exposent davantage au risque de pauvreté; invite, dans ce contexte, les États membres à comptabiliser ces périodes d'interruption de carrière comme des périodes effectives d'assurance pour la détermination des droits à la retraite et leur calcul; souligne que les réformes devraient impliquer les partenaires sociaux, en accord avec la législation et les pratiques nationales, ainsi que les acteurs concernés, et faire l'objet d'une communication appropriée aux citoyens;

4.  invite les États membres à garantir le socle national de protection sociale qui assure la protection d'un revenu décent établi par chaque pays et garantit l'accès à des prestations sociales de base, en particulier en cas de maladie, chômage, maternité, handicap et retraite, etc., en vue de lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale dans les États membres; encourage également les États membres à élaborer des stratégies de développement de la sécurité sociale conformément aux propositions de l'OIT;

5.  souligne qu'une protection sociale efficace et de qualité devrait être fondée sur des mesures visant à encourager la participation à l'emploi, ce qui contribue à l'amélioration de la santé et de la sécurité au travail ainsi qu'à l'augmentation de la productivité, qui constitue un avantage concurrentiel important souligne qu'une réduction du niveau de protection sociale ne devrait pas être considérée comme un moyen de redynamiser l'emploi;

6.  invite la Commission et les États membres à garantir l'accès de tous les travailleurs salariés et travailleurs indépendants à la formation tout au long de la vie, en redistribuant les financements nationaux et européens existants qui sont destinés aux travailleurs salariés disposant de contrats à durée indéterminée uniquement à tous les travailleurs, y compris aux travailleurs indépendants, quel que soit leur type de contrat;

7.  invite les États membres à faire davantage d'efforts pour mettre en œuvre des réformes structurelles et des mesures qui permettront de créer des emplois pour les jeunes et à veiller à ce que les jeunes travailleurs ne soient pas discriminés par la restriction de leurs droits à la sécurité sociale; invite également les États membres, en collaboration avec la Commission, à veiller à fournir une protection sociale suffisante aux jeunes qui participent à des programmes de stage et d'apprentissage dans le cadre de l'acquisition d'une expérience professionnelle;

8.  affirme que les personnes âgées ne constituent pas une charge pour l'économie et la société, mais au contraire une chance du fait de l'expérience qu'elles ont acquise pendant leur vie et de leurs connaissances; estime qu'il y a lieu d'inciter ces travailleurs de plus de 60 ans, dans le cadre de la solidarité entre les générations, à rester disponibles sur le marché du travail pour transmettre leur savoir et leur expérience aux générations suivantes,

9.  invite les États membres à faire en sorte que des solutions de garde d'enfants et des établissements éducatifs soient disponibles à des coûts abordables et que les travailleurs indépendants bénéficient d'un accès aux services publics et aux avantages fiscaux et sociaux accordés dans le cadre de la garde d'enfants;

10.  demande aux États membres de donner la possibilité à tous les travailleurs, y compris aux travailleurs indépendants ainsi qu'à leur conjoint ou partenaire participant à l'activité, de concilier le travail et leurs responsabilités familiales, notamment en accélérant l'application des articles 7 et 8 de la directive 2010/41/UE du 7 juillet 2010 et en accordant aux travailleurs, à leur demande, des mesures de flexibilité portant sur les horaires de travail ainsi que la possibilité de télétravail et de travail à temps partiel pour pouvoir s'occuper de mineurs et de personnes à charge;

11.  souligne qu'il est nécessaire d'offrir des possibilités de formation continue et de reconversion aux travailleurs salariés, aux travailleurs indépendants et aux personnes qui quittent un emploi salarié pour un travail indépendant; invite les États membres, dans ce contexte, à supprimer les obstacles à la formation continue et à la reconversion, et à promouvoir l'apprentissage tout au long de la vie pour tous;

12.  invite les États membres à promouvoir et à faciliter l'auto-organisation des travailleurs indépendants, en particulier des femmes, afin de développer leur capacité à défendre leurs intérêts collectifs;

13.  invite les États membres à assurer une sécurité sociale adéquate également pour les groupes les plus vulnérables - les chômeurs, les handicapés, les familles monoparentales, les jeunes familles, les jeunes, les personnes âgées et les retraités; invite également les États membres à veiller à ce que les services sociaux deviennent plus accessibles pour l'ensemble des personnes les plus vulnérables et des personnes ayant besoin de soins à long terme, en particulier dans les zones rurales et les régions défavorisées;

14.  invite les États membres et la Commission, en fonction de leurs compétences, à prendre des mesures pour lutter contre toutes les formes de discrimination sur le marché du travail, notamment à l'égard des femmes, et à adopter des mesures de protection sociale pour que les salaires et les prestations sociales des femmes, y compris les retraites, ne soient pas inférieurs à ceux des hommes pour un même travail, et pour que la protection de la maternité soit assurée, ainsi que des mesures visant à empêcher le licenciement abusif des salariées pendant la grossesse et à protéger les femmes et les hommes ayant des personnes à charge contre les licenciements abusifs; invite également le Conseil à accélérer l'adoption de la directive concernant la mise en œuvre de mesures visant à promouvoir l'amélioration de la sécurité et de la santé des travailleuses enceintes, accouchées ou allaitantes au travail;

15.  souligne que la directive 2010/41/UE concernant l'application du principe d'égalité de traitement entre hommes et femmes exerçant une activité indépendante impose aux États membres de remédier à tous les obstacles empêchant que les femmes et leur conjoint ou partenaire reconnu par le droit national puissent bénéficier de la protection sociale que leur accorde ce droit;

16.  invite les États membres à pallier efficacement l'absence de protection sociale constatée dans le cas de proches, notamment d'époux (partenaires), qui travaillent dans de petites ou très petites entreprises familiales, en raison du manque de clarté et du caractère informel de ces relations de travail ou de leur qualité de travailleur indépendant;

17.  encourage les États membres à prendre des mesures concrètes pour lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale en assurant un revenu minimum adéquat et un système de sécurité sociale tenant compte des communautés marginalisées et des personnes menacées de pauvreté, conformément aux diverses pratiques nationales, y compris aux dispositions figurant dans les conventions collectives ou la législation nationale;

18.  invite les États membres à intensifier la lutte contre le travail non déclaré et précaire, y compris les faux emplois à temps partiel, et à garantir une protection sociale adéquate pour tous les travailleurs; déplore en outre l'utilisation abusive de contrats de travail atypiques dans le but de se soustraire aux obligations en matière de droit du travail et de protection sociale;

19.  invite les États membres à améliorer la collaboration administrative entre les différentes institutions (inspections du travail et administrations fiscales, municipalités, autorités de sécurité sociale) au niveau national et au niveau de l'Union, ce qui permettrait d'améliorer la mise en œuvre des dispositions du droit du travail de l'Union, de réduire le travail non déclaré et également de mieux résoudre les problèmes posés par les divergences entre les réglementations du marché du travail des différents États membres;

20.  invite la Commission à examiner la réglementation et à contrôler la mise en œuvre et la coordination des systèmes de sécurité sociale, le cas échéant, dans le respect du principe de subsidiarité, et attire l'attention des États membres sur le fait que des mesures discriminatoires de protection sociale ne doivent pas être appliquées aux travailleurs migrants de l'Union travaillant dans un autre État membre; estime que tous les travailleurs migrants de l'Union devraient disposer de droits adéquats à la sécurité sociale et d'une couverture sociale adéquate lorsqu'ils travaillent dans un autre État membre; estime que les travailleurs qui sont détachés dans le cadre de la libre circulation des services doivent être informés par leur employeur, avant leur détachement, des conditions salariales et autres conditions de travail applicables en vertu des dispositions de la directive 96/71/CE;

21.  invite la Commission et les États membres à assurer un juste équilibre entre la sécurité et la flexibilité sur le marché du travail, par exemple par une mise en œuvre globale des principes de flexicurité, et à s'attaquer à la segmentation du marché du travail, en fournissant à la fois une couverture sociale adéquate aux personnes en période de transition ou travaillant dans le cadre de contrats de travail temporaire ou à temps partiel, et l'accès aux possibilités de formation; souligne que le fait de n'être pas parvenu à garantir la flexicurité risque de porter atteinte à la viabilité des systèmes de sécurité sociale, à la qualité de leurs prestations, au revenu et à la productivité des travailleurs, à l'économie réelle et à la cohésion sociale, et, par voie de conséquence, d'hypothéquer les objectifs de la stratégie Europe 2020 relatifs au maintien et à l'augmentation des niveaux de l'emploi;

22.  invite la Commission à examiner, du point de vue de l'Union européenne, si, à la suite des changements récents survenus dans la législation du travail dans les États membres qui visaient à accroître la flexibilité du marché du travail, la sécurité sociale des employés n'a pas été réduite et si les principes de flexibilité et de sécurité n'ont pas été violés;

23.  approuve résolument la création proposée d'un tableau de bord des principaux indicateurs sociaux et en matière d'emploi, qui représenterait une première étape dans la définition de références concrètes;

24.  prie instamment la Commission d'inclure dans ses propositions, le cas échéant, les quatre objectifs fixés dans l'agenda de l'OIT concernant le travail décent, et d'inclure les objectifs fixés dans la recommandation de l'OIT sur les socles nationaux de protection sociale dans l'examen annuel de la croissance, afin que tous les travailleurs en Europe puissent bénéficier d'une protection sociale;

La sécurité sociale des travailleurs indépendants

25.  souligne que le travail indépendant doit certainement être reconnu comme une forme de travail favorisant la création d'emplois et la réduction du chômage, et que son évolution positive devrait être accompagnée de mesures adéquates de protection sociale des travailleurs indépendants, conformément aux législations nationales des États membres;

26.  invite les États membres à faciliter la conciliation de la vie professionnelle et de la vie privée, en offrant aux travailleurs la flexibilité nécessaire en matière d'horaires et de lieux de travail, afin d'éviter une situation dans laquelle ces travailleurs n'aient d'autre possibilité, pour disposer de cette flexibilité, que de recourir au travail indépendant économiquement dépendant;

27.  souligne la nécessité de disposer d'informations statistiques mises à jour et plus détaillées que celles actuellement disponibles, qui pourraient être utilisées pour analyser l'importance économique des travailleurs indépendants et de leurs différents groupes; demande également l'inclusion de questions relatives au travail indépendant dans l'enquête sur les forces de travail de l'Union européenne;

28.  attire l'attention sur le fait que l'absence de définitions claires du travail indépendant au niveau national augmente le risque de faux travail indépendant parmi les travailleurs de l'Union européenne et peut entraver leur accès à une sécurité sociale adéquate; constate que l'existence de différents statuts conférés aux travailleurs indépendants dans les États membres nécessite des solutions pour permettre une meilleure coordination de la sécurité sociale des travailleurs indépendants afin de ne pas restreindre la liberté de circulation des travailleurs;

29.  invite la Commission à promouvoir les échanges entre les États membres pour fournir des orientations concernant les différentes formes d'emploi atypique et du travail indépendant, afin d'aider les États membres à appliquer correctement les législations du travail et les mesures de protection sociale aux travailleurs concernés; estime qu'il est nécessaire également que les États membres identifient clairement le faux travail indépendant et sanctionnent les employeurs si de tels cas sont constatés et démontrés; souligne cependant que la définition du statut au regard de l'emploi devrait rester du seul ressort de l'État membre d'accueil sur le territoire duquel le travail est effectué;

30.  invite les partenaires sociaux européens, la Commission et les États membres à examiner le problème des travailleurs indépendants qui sont en fait économiquement dépendants et à y apporter des solutions concrètes, en particulier dans les secteurs où les activités transfrontalières jouent un rôle important et parmi les groupes vulnérables, tels que les travailleurs domestiques et les travailleurs peu rémunérés;

31.  prie instamment les États membres de veiller à ce que le travail indépendant ne devienne pas un moyen d'empêcher les travailleurs de bénéficier de la sécurité sociale et du travail ou un moyen pour les employeurs de contourner la législation du travail et la législation relative à la sécurité sociale; demande également que les travailleurs indépendants ne soient pas regroupés avec les salariés afin de préserver les avantages du travail indépendant et de ce type d'activité économique, et de contribuer au développement de l'esprit d'entreprise et de la qualité des services;

32.  invite les États membres à développer, si nécessaire, la protection sociale relative à la retraite, au handicap, au congé de maternité/paternité et au chômage, afin que les dispositions en matière de protection sociale des travailleurs indépendants soient mieux adaptées à leurs besoins;

33.  invite les États membres à encourager et à favoriser l'assurance de groupe pour les accidents et maladies professionnels; invite les États membres à garantir l'accès à des systèmes d'assurance et à des régimes de retraite, collectifs et solidaires, pour les travailleurs indépendants;

34.  invite les États membres à mettre à la disposition de tous les citoyens des informations concernant leurs droits à une protection sociale et à fournir à toutes les personnes souhaitant acquérir le statut de travailleur indépendant des informations adéquates sur les modifications de leur protection sociale et de leur droit du travail, ainsi que d'autres droits et obligations liés à leur activité économique, qui résulteront de l'acquisition de ce statut; invite également la Commission à informer les travailleurs indépendants et les travailleurs mobiles de leurs droits et de leurs obligations en cas de migration, d'immigration et de travail transfrontalier;

35.  invite les États membres et la Commission à associer les partenaires sociaux, conformément aux pratiques nationales, à un processus de développement et de modernisation de la protection sociale, et à développer le dialogue social au niveau de l'Union et au niveau national; invite également les partenaires sociaux à inscrire les questions liées aux droits du travail et à la protection social des travailleurs indépendants à l'ordre du jour de leurs travaux afin de mettre en place un cadre de protection sociale suffisante pour les travailleurs indépendants, fondé sur la réciprocité et le principe de non-discrimination et à examiner l'opportunité et la manière d'associer les travailleurs indépendants aux conventions collectives, notamment par des stratégies spécifiques visant à intégrer les préoccupations des travailleurs indépendants dans les cas où la législation nationale ne permet pas la représentation syndicale des travailleurs indépendants; encourage les partenaires sociaux à procéder à un échange de bonnes pratiques entre les syndicats et les associations professionnelles concernant les services proposés aux travailleurs indépendants, la lutte contre le faux travail indépendant et l'organisation des travailleurs indépendants;

o
o   o

36.  charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil et à la Commission, ainsi qu'aux parlements des États membres.

(1)http://www.ilo.org/global/publications/books/WCMS_142209/lang--fr/index.htm
(2)http://www.ilo.org/public/english/protection/download/lifecycl/lifecycle.pdf
(3)JO L 166 du 30.4.2004, p. 1.
(4)JO L 180 du 15.7.2010, p. 1.
(5)JO L 303 du 2.12.2000, p. 16.
(6)JO L 245 du 26.8.1992, p. 46.
(7)JO L 245 du 26.8.1992, p. 49.
(8)JO C 8 du 12.1.2000, p. 7.
(9)http://register.consilium.europa.eu/pdf/en/11/st06/st06624-ad01.en11.pdf
(10)http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=738&langId=fr&pubId=7315.
(11)JO C 18 du 19.1.2011, p. 44.
(12)JO C 161 du 6.6.2013, p. 14.
(13)JO C 212 E du 5.8.2010, p. 23.
(14)JO C 161 E du 31.5.2011, p. 112.
(15)JO C 351 E du 2.12.2011, p. 39.
(16)JO C 291 E du 30.11.2006, p. 304.
(17)JO C 70 E du 8.3.2012, p. 8.
(18)Textes adoptés de cette date, P7_TA(2013)0365.
(19)JO C 9 E du 15.1.2010, p. 1.
(20)JO C 102 E du 24.4.2008, p. 321.
(21)JO C 175 E du 10.7.2008, p. 401.
(22)JO C 33 E du 5.2.2013, p. 65.
(23)JO C 153 E du 31.5.2013, p. 57.
(24)Textes adoptés de cette date, P7_TA(2013)0204.
(25)Textes adoptés de cette date, P7_TA(2013)0266.
(26)http://www.europarl.europa.eu/committees/en/studiesdownload.html?languageDocument =EN&file=92570
(27)http://www.eurofound.europa.eu/publications/htmlfiles/ef1366.htm
(28)http://www.eurofound.europa.eu/comparative/tn0801018s/tn0801018s.htm
(29)http://www.eurofound.europa.eu/eiro/studies/tn1206018s/tn1206018s_3.htm

Avis juridique - Politique de confidentialité