Index 
 Précédent 
 Suivant 
 Texte intégral 
Procédure : 2023/2587(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycles relatifs aux documents :

Textes déposés :

RC-B9-0170/2023

Débats :

Votes :

PV 16/03/2023 - 8.1
CRE 16/03/2023 - 8.1

Textes adoptés :

P9_TA(2023)0083

Textes adoptés
PDF 113kWORD 45k
Jeudi 16 mars 2023 - Strasbourg
Iran: en particulier l'empoisonnement de centaines d'écolières
P9_TA(2023)0083RC-B9-0170/2023

Résolution du Parlement européen du 16 mars 2023 sur l’Iran, en particulier l’empoisonnement de centaines d’écolières (2023/2587(RSP))

Le Parlement européen,

A.  considérant qu’en Iran, les femmes et les filles ont mené des manifestations pacifiques à grande échelle pour réclamer la démocratie et la fin des discriminations systémiques contre les femmes;

B.  considérant que les manifestations ont été organisées à l'initiative de femmes exigeant que des comptes soient rendus pour la mort de Mahsa Jina Amini et demandant qu'il soit mis fin à la violence et aux discriminations à l'égard des femmes en Iran, notamment sous la forme de l'obligation du port du voile;

C.  considérant que depuis novembre 2022, des milliers de femmes et de filles ont été victimes d’attaques perpétrées au moyen de produits chimiques toxiques dans l’ensemble de l’Iran, ce qui a empêché les filles d’aller à l’école; considérant que que Fatemeh Rezaei, âgée de 11 ans, serait décédée après avoir été empoisonnée au gaz dans son école;

D.  considérant que ces attaques se produisent alors que la répression à l’encontre des femmes qui exercent leur droit à la liberté est plus sévère que jamais;

1.  condamne avec la plus grande fermeté cette tentative atroce de réduire au silence les femmes et les filles en Iran; exprime sa profonde solidarité avec les étudiantes iraniennes victimes de ces empoisonnements ainsi qu’avec leurs familles;

2.  blâme une nouvelle fois les politiques du régime contre les femmes et les filles; réaffirme son soutien sans réserve à la revendication des femmes et des filles iraniennes d’abolir toutes les discriminations systémiques;

3.  prie instamment le Conseil des droits de l’homme des Nations unies de charger la mission d’enquête internationale indépendante d’une enquête indépendante sur les empoisonnements d’écolières; exige que les coupables répondent de leurs actes; exhorte les autorités iraniennes à accorder un accès total à la mission d’enquête internationale indépendante et au rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits de l’homme en République islamique d’Iran;

4.  rappelle que la République islamique d’Iran porte l’entière responsabilité du droit fondamental des femmes et des filles iraniennes à l’éducation; affirme que priver les filles d’éducation a une incidence dévastatrice sur leur avenir; prie instamment les autorités iraniennes de garantir aux filles un accès non discriminatoire à l’éducation et d’abroger toute législation discriminatoire à l’encontre des femmes et des filles;

5.  condamne le fait que le régime, pendant des mois, ait délibérément étouffé les rapports crédibles qui faisaient état d’empoisonnements systématiques d’écolières et ait refusé d’y réagir;

6.  dénonce toute procédure judiciaire animée par des motifs politiques à l’encontre des personnes qui ont fait état des empoisonnements, en particulier Ali Pourtabatabaei; insiste sur le respect du droit des Iraniens à la liberté d’expression et de réunion pacifique ainsi que de la liberté des médias; exige la libération immédiate et inconditionnelle de toutes les personnes emprisonnées ou poursuivies pour avoir exercé leurs droits fondamentaux ainsi que l’abandon de toutes les charges qui pèsent sur elles;

7.  demande une nouvelle fois au Conseil d’ajouter le Corps des gardiens de la révolution islamique sur la liste des organisations terroristes et d’étendre la liste des sanctions de l’Union, y compris dans le cadre des mécanismes mondiaux de sanctions de l’Union en matière de droits de l’homme, à tous les responsables de violations des droits de l’homme en Iran, y compris le Guide suprême Ali Khamenei, le président Ebrahim Raisi et le procureur général Mohammad Jafar Montazeri;

8.  invite une nouvelle fois la Commission et les États membres à accroître le soutien technique à la société civile iranienne et l’aide au renforcement de ses capacités; prie instamment les États membres de faciliter l’obtention de visas, du droit d’asile et de subventions d’urgence pour les personnes qui ont besoin de quitter l’Iran, en particulier les femmes et les filles;

9.  demande aux institutions européennes de réfléchir au mouvement de protestation des femmes iraniennes, qui est profondément enraciné; affirme que ce mouvement va au-delà de la défense des droits des femmes et qu’il plaide en faveur d’un État démocratique en Iran plutôt que d’une théocratie violente et réactionnaire;

10.  charge sa Présidente de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission et au vice-président de la Commission /haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, ainsi qu’à l’Assemblée consultative islamique et au bureau du Guide suprême de la République islamique d’Iran.

Dernière mise à jour: 7 septembre 2023Avis juridique - Politique de confidentialité