L'unité Archives est le service d'archives officiel du Parlement européen. Elle gère et conserve les documents publics officiels du Parlement et d'autres fonds d'archives qui remontent, pour les plus anciens, jusqu'à 1952. Elle aide également les chercheurs qui s'intéressent à l'histoire du Parlement et de l'intégration européenne, publie des études et des articles sur ces thèmes et collabore étroitement avec le département "Archives historiques de l'Union européenne" de l'Institut universitaire européen ainsi qu'avec la Maison de l'histoire européenne.

Le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit, le Parlement européen et les droits de l’homme dans le monde

© Union européenne

Cette sélection de pièces d'archives écrites et audiovisuelles du Parlement européen retrace et illustre l'histoire du prix Sakharov depuis sa création en 1988. Ces documents montrent à quel point les députés européens, avant même leur élection directe en 1979, se sont fait les porte-voix des droits de l'homme et de la démocratie dans le monde. 

Depuis 1988, le Parlement européen attribue chaque année le prix Sakharov pour la liberté de l'esprit. Ce prix s'adresse autant à des individus qu'à des organisations citoyennes qui luttent dans le monde pour les droits de l'homme et la démocratie. Ce prix constitue la plus haute distinction accordée par l'Union européenne aux actions en faveur des droits de l'homme. Son nom est un hommage à l'ancien physicien et dissident politique soviétique Andreï Sakharov, lauréat en 1975 du prix Nobel de la paix.

Le prix Sakharov récompense une réalisation particulière (production intellectuelle ou artistique, engagement ou action) dans le domaine de la défense des droits de l'homme et des libertés fondamentales (en particulier le droit à la liberté d'opinion), de la protection des droits des minorités, du respect du droit international public, ou encore du développement de la démocratie et de la mise en place de l'état de droit.

Les lauréats du prix Sakharov sont originaires d'Europe, d'Asie, d'Afrique, du Proche-Orient et d'Amérique latine. On y compte des dissidents, des dirigeants politiques, des journalistes, des juristes, des militants de la société civile, des écrivains, des mères et des épouses, des porte-paroles de minorités, des activistes antiterroristes et contre la torture, des militants pour la paix, un auteur de bandes dessinées, des prisonniers d'opinion longuement détenus, un réalisateur de films, l'Organisation des Nations unies dans son ensemble, un médecin et même une enfant défendant le droit à l'éducation.


La Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne a 20 ans

Charte des droits fondamentaux de l'UE, 2000

Solennellement proclamée le 7 décembre 2000 lors du Conseil européen de Nice, la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne a vingt ans. Cela faisait longtemps que le Parlement européen demandait un tel document. En effet, pour les députés européens, il était important que chaque citoyen puisse connaître les droits et les libertés fondamentales qui lui sont garantis au sein de l'Union européenne et de ses États membres et qu'un système de recours permette d'en évoquer l'éventuelle violation.

Conçue comme un socle de référence et fruit d'une méthode de rédaction tout à fait originale au sein d'une Convention qui a permis au Parlement européen de jouer un rôle crucial, la Charte réunit dans un texte unique l'ensemble des droits civiques, politiques, économiques et sociaux des citoyennes et citoyens européens et de toute personne vivant sur le territoire de l'Union européenne. Ces droits se regroupent autour de principes essentiels : la dignité humaine, les libertés fondamentales, l'égalité entre les personnes, la solidarité, la citoyenneté et la justice.

Mais l'objectif de la Charte est aussi d'instaurer entre les peuples européens une union sans cesse plus étroite afin de partager un avenir fondé sur des valeurs communes. Depuis 2009, les droits fondamentaux sont élevés au rang des traités avec la référence à la Charte des droits fondamentaux dans le traité de Lisbonne. Elle est donc annexée aux traités et désormais appliquée par les juridictions de l'Union européenne.

Un nouveau site web pour découvrir la Maison Jean Monnet

Le nouveau site web de la Maison Jean Monnet est en ligne. 

Retrouvez des nombreux approfondissements sur la vie et l'œuvre de l'architecte de l'Europe unie et toutes les informations concernant les activités organisées dans ce berceau de la construction européenne, propriété du Parlement européen depuis les années 80.

Expositions en ligne, actualité, matériel pédagogique pour les classes : même pendant le confinement la Maison Jean Monnet continue à accompagner les citoyens dans la découverte de l'Europe et son histoire. 

Visiter la Maison Jean Monnet, c'est s'immerger dans le lieu où l'idée d'une Europe unie a fait ses premiers pas vers la réalité. C'est ici qu'a été rédigée la Déclaration du 9 mai 1950, texte fondateur de la construction européenne, rendue publique par Robert Schuman, alors ministre des Affaires Étrangères. Jean Monnet a toujours été inspiré par le projet de fédérer les peuples d'Europe, convaincu que l'Union des hommes est le seul moyen d'assurer une paix durable. Sa méthode est pragmatique : sortir de chez soi, convaincre avec des idées simples, faire ressortir l'intérêt commun. 

Retrouvez dans sa maison de Houjarray l'héritage laissé par Jean Monnet à tous les citoyens européens et reparcourez l'histoire de l'Europe unie jusqu'à nos jours. 

C’était il y a 30 ans. Le Parlement européen, la chute du Mur de Berlin et la réunification allemande

La foule rassemblée devant le Reichtag à Berlin pour célébrer la réunification de l’Allemagne, 1990 @Union européenne

Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1989, s'ouvre dans une totale impréparation le Mur de Berlin en même temps que s'écroule le gouvernement communiste de la République démocratique d'Allemagne (RDA). La Guerre froide touche à sa fin ; une page capitale dans l'histoire de l'Europe se tourne. Un mois plus tard, la libre circulation entre les deux Allemagnes est définitivement rétablie avec l'ouverture officielle de la Porte de Brandebourg. Dès le 3 octobre 1990, l'unification allemande est chose acquise. L'avenir de l'intégration européenne s'en trouve profondément modifié. Face à ces événements politiques, et malgré la rapidité du processus, le Parlement européen joue pleinement son rôle et multiplie les interventions. Pendant plusieurs mois, il offre une tribune aux leaders européens chargés de préparer l'unification de l'Allemagne. Soucieux des conséquences politiques, économiques et institutionnelles de ce moment historique sur la Communauté européenne, les députés européens soutiennent la réunification allemande en multipliant les prises de position favorables à la démocratisation et au respect des droits de l'homme en Europe centrale et orientale.

Penchons-nous un instant sur les documents, photos, vidéos et autres merveilles historiques de notre institution

Le 9 juin nous fêterons la Journée internationale des archives: l'occasion rêvée de se plonger dans les riches collections historiques du Parlement européen !
Les activités des Archives du Parlement Européen comprennent la préservation de documents, réalie par l'unité des archives du Cabinet du Secrétaire général et la gestion de l'importante collection de photos, de vidéos et d'enregistrements audio de la médiathèque du Parlement, qui relève de l'unité de l'audiovisuel de la DG COMM.

Toutes les équipes du PE contribuent évidemment à ces collections.

Toutes les pièces conservées retracent les activités du Parlement, de véritables souvenirs de ses activités législatives et administratives depuis 1952. Rassemblés et mis en contexte par des chercheurs, des historiens et des spécialistes des médias, ils contribuent à cimenter l'identité et la culture du PE.

Les ancêtres du Parlement

Les archives contiennent des documents extrêmement importants pour l'histoire du Parlement - ou plutôt, sa préhistoire...

Le 10 septembre 1952, l'Assemblée commune de la Communauté européenne du charbon et de l'acier tient sa première session, ouverte par Antonio Boggiano Pico, en sa qualité de « Président d'âge » (membre le plus âgé de l'Assemblée à sa constitution). Son allocution fait le point sur le « long chemin » parcouru depuis la déclaration de Robert Schuman, un peu plus de deux ans auparavant.

L'Assemblée commune est devenue l'Assemblée parlementaire européenne (qui deviendra le « Parlement européen » en 1962). Lors de sa session constitutive du 19 mars 1958, le président d'âge Granzotto Basso conclut son discours en formulant le vœu que les travaux de la nouvelle Assemblée aboutissent à « l'unification politique de l'Europe pour le bien-être de nos enfants et des générations à venir. »

Retour sur image

Bâtiment Schuman du Parlement à Luxembourg, où quelques sessions plénières se sont tenues entre 1973 et 1979 © Communautés européennes 1979


Cet édifice construit entre 1970 et 1973 contient un hémicycle de 120 places. Dans l'hémicycle, représentatif des courants architecturaux de l'époque, on peut notamment admirer un bas-relief en zinc. Autour du bâtiment, des champs à perte de vue, qui ont aujourd'hui laissé place aux constructions modernes du Kirchberg.

La puissance des mots

Simone VEIL en tant que présidente du PE © Communautés européennes 1979

Les archives du Parlement, ce ne sont pas que des piles de papiers. Pour preuve, cette vidéo historique du discours poignant prononcé par Simone Veil à l'occasion de son élection à la fonction de présidente du premier Parlement européen élu au suffrage universel direct, le 17 juillet 1979.
Ses mots, forts, sont toujours valables aujourd'hui : « Le Parlement européen, maintenant élu au suffrage universel, est désormais porteur d'une responsabilité particulière. Pour relever les défis auxquels l'Europe est confrontée, c'est dans trois directions qu'il nous faudra l'orienter: l'Europe de la solidarité, l'Europe de l'indépendance, l'Europe de la coopération. »

70e anniversaire de la déclaration Schuman. 9 Mai 1950

Robert Schuman qui livre sa déclaration dans le salon de l’Horloge du ministère français des affaires étrangères à Quai d’Orsay à Paris le 9 mai 1950 © Union européenne, 2020

Cette année, le 9 mai, nous commémorons le 70e anniversaire de la Déclaration Schuman.

Alors que l'Union européenne affronte aujourd'hui des défis majeurs, il a semblé important pour le Parlement européen de revenir sur cette initiative révolutionnaire qui, le 9 mai 1950, a servi de point de départ à la construction de l'Europe communautaire.

Il faut en effet ne pas oublier tous les efforts qui ont été nécessaires - en pleine Guerre froide - pour poser les premiers jalons d'un processus d'intégration qui a tant marqué l'histoire de notre continent.

Round table: “40 years since the first European elections: the making of a new institution”

© European Union 2019 - Source : EP

Available only in English

The Historical Archives of the European Parliament from the European Parliamentary Research Service (DG EPRS) together with the Former Member's Association (FMA) and the European University Institute (EUI) organised on 03 April 2019 a round table on the development of the European Parliament as a new institution following the first direct election by universal suffrage in 1979.

The round table brought together in a first panel researchers who have written substantial studies of different aspects of the European Parliament's role and development during the first two legislatures as directly elected Parliament: Professors Birte Wassenberg, Wolfram Kaiser, and Laurent Warlouzet.

A second panel, included actors in the making of the new institution: former European Parliament Presidents Hans-Gert Pöttering, Enrique Barón Crespo, Pat Cox, and Klaus Hänsch, and former Vice President Charlotte Cederschiöld. Each of these former Members of the European Parliament made statements in support of the European Parliament ahead of the elections.


Il était une fois au PE

Septembre 2021

http://www.epgencms.europarl.europa.eu/cmsdata/upload/bc734919-143a-4691-9d13-6b88858f906f/PrixNobel1977.pdf

© Union européenne 1978 - PE

Le 17 septembre 1981, le Parlement européen adopte une résolution sur le programme pour l'année 1981 de la Commission pour la réalisation de l'union douanière et dans laquelle il demande notamment la simplification des procédures aux frontières intérieures et la création d'une administration douanière communautaire.