Emmanuel MAUREL Emmanuel MAUREL
Emmanuel MAUREL

Euroopan yhtyneen vasemmiston ryhmä/Pohjoismaiden vihreä vasemmisto

Jäsen

Ranska - Gauche républicaine et socialiste (Ranska)

syntynyt : , Epinay sur Seine

Kirjalliset äänestysselitykset Emmanuel MAUREL

Jäsenet voivat antaa täysistuntoäänestyksestä kirjallisen selityksen. Työjärjestyksen 194 artikla

EU:n terveysalan toimintaohjelma kaudeksi 2021–2027 (”EU4Health-ohjelma”) (A9-0196/2020 - Cristian-Silviu Buşoi) FR

13-11-2020

Ce texte est la réponse du Parlement au nouveau programme de santé présenté par la Commission européenne pour 2021-2027. L’épidémie que l’Europe traverse depuis 2020 a transformé le programme et conduit à le présenter dans le cadre du plan de relance. Il vise à renforcer les systèmes de santé de l’Union en coordonnant certaines politiques, comme la mise à disposition des médicaments et la réponse aux menaces sanitaires transfrontalières. Je salue donc l’efficacité de ce texte en réponse à l’épidémie, même si je regrette que nous n’allions pas plus loin dans l’indépendance pharmaceutique et l’autonomie sanitaire. Le rapport fait aussi droit à des sujets que le Covid ne doit pas occulter : les inégalités régionales dans l’accès aux soins, les maladies non-transmissibles et les risques liés aux déterminants de la santé, la charge sanitaire croissante que causent la pollution et la dégradation de l’environnement. J’ai voté pour ce rapport, suffisamment lucide et ambitieux, qui se distingue notamment par un soutien à la proposition de la Commission de multiplier par 23 le budget de la santé.

Covid-19-toimenpiteiden vaikutus demokratiaan, perusoikeuksiin ja oikeusvaltioon (B9-0343/2020) FR

13-11-2020

Ce texte étudie l’impact des mesures prises pour lutter contre l’épidémie de la Covid-19 sur la démocratie, l’Etat de droit et les droits fondamentaux.
Cette résolution souligne tout d’abord avec raison le manque de contrôle démocratique et parlementaire des mesures mises en place pour lutter contre la pandémie.
Elle aborde ensuite plusieurs fois un élément essentiel. Le respect des droits de l’opposition parlementaire qui ont bien trop souvent été mis à mal durant cette période. Or ça n’est qu’à cette condition que l’on pourra construire les conditions de la confiance et du respect des mesures.
Enfin, elle rappelle que l’état d’urgence ne peut servir d’excuse pour mettre en place des « mesures controversées » sans rapport avec la crise.
J’ai naturellement soutenu cette résolution.

Euroopan unionin yleinen talousarvio varainhoitovuodeksi 2021 – kaikki pääluokat (A9-0206/2020 - Pierre Larrouturou, Olivier Chastel) FR

12-11-2020

Le budget 2021 est le premier de l’après-Covid. Il doit donc atténuer les effets de la crise économique consécutive à la crise sanitaire. À cet effet, les axes retenus sont déterminants, en particulier la relance par le Pacte vert (lutte contre le changement climatique, transition énergétique...), la transformation numérique (interconnectivité, intelligence artificielle...) qui compteront pour beaucoup dans le plan « Next Generation EU ». Dans l’immédiat, les programmes structurants de l’Union européenne comme Erasmus, Horizon Europe ou InvestEU, méritent une attention plus appuyée, car ils concourent à notre prospérité, notre bien-être et notre compétitivité en favorisant la culture, la science, la recherche et l’innovation. Le texte met également l’accent sur les travaux d’infrastructures (transports, espace avec Galileo et Copernicus...) ainsi que sur le soutien aux entreprises, notamment les PME et parmi elles celles appartenant aux secteurs les plus durement touchés par la crise du Covid, comme le tourisme. La résolution insiste sur la nécessité de s’assurer que les États-membres dépenseront les crédits conformément à ces grandes orientations, tout en promouvant une conditionnalité démocratique forte. Le respect de l’état de droit, des libertés fondamentales, la lutte contre les discriminations doivent devenir des conditions nécessaires pour prétendre aux crédits européens. Vote pour

EU:n ja Seychellien välinen kestävää kalastusta koskeva kumppanuussopimus ja sen täytäntöönpanoa koskeva pöytäkirja (2020–2026) (päätöslauselma) (A9-0184/2020 - Caroline Roose) FR

12-11-2020

Ce texte est une résolution du Parlement sur l’accord de pêche bilatéral entre l’Union européenne et les Seychelles, voté dans la même journée. Il reprend les principales critiques que l’on peut adresser à l’accord et freinait au sujet de sa reconduction. J’ai voté pour cette résolution critique, et contre le protocole d’accord qu’elle contredisait.

Poikkeuksellisten kaupan toimenpiteiden käyttöönotto Euroopan unionin vakautus- ja assosiaatioprosessiin osallistuville tai siihen yhteydessä oleville maille ja alueille (A9-0175/2020 - Emmanuel Maurel) FR

11-11-2020

Représentant 72% de leurs échanges extérieurs, l’Union européenne est de loin le premier partenaire commercial des Balkans occidentaux (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Monténégro, Macédoine du Nord et Serbie). Elle devance tous les autres acteurs économiques et politiques présents dans la région, comme la Chine, la Russie et la Turquie. Les mesures commerciales de l’Union européenne sont vitales pour l’économie des Balkans Occidentaux. Elles portent en effet sur une large gamme de productions agricoles, dont la part dans le PIB de ces pays demeure très importante. Frappés eux aussi par la crise sanitaire et économique, ils comptent sur les débouchés européens pour maintenir leur croissance et leurs emplois. Depuis 2010, leurs exportations vers l’UE ont progressé de 130%. Mais la prolongation de ces mesures n’est pas sans conditions. Le texte permet en effet à la Commission européenne de suspendre l’application de ces mesures en tout ou partie, en cas de violation des droits de l’homme ou de l’état de droit. Or les dernières évaluations concernant les Balkans occidentaux y font apparaître une détérioration de la situation. Les institutions européennes doivent donc faire preuve à la fois de solidarité et d’exigence à l’égard des pays des Balkans Occidentaux.

EU:n ja Senegalin välinen kalastuskumppanuussopimus: täytäntöönpanoa koskeva pöytäkirja (A9-0180/2020 - Izaskun Bilbao Barandica) FR

11-11-2020

Ce texte demande la reconduction de l’accord bilatéral sur la pêche signé entre l’Union européenne et le Sénégal. L’accord permet à 45 navires européens de pêcher au moins 10 000 tonnes de thon et 1 750 tonnes de merlu noir par an pour une contrepartie financière de 15 millions d’euros (10 milliards de francs CFA) sur cinq ans. Il est vrai que cet accord contribue de façon importante à l’approvisionnement du continent en thon. Pour autant, il est depuis son instauration fortement critiqué par les associations de pêcheurs artisanaux sénégalais, qui pointent le double-discours de l’UE : alors que l’accord est censé instaurer une limite entre les zones de pêche et des quotas, des dispositions permettent de les contourner dans les faits, faisant de l’accord un facteur de raréfaction des ressources halieutiques sénégalaises, et donc de fragilisation pour le secteur de la pêche artisanale. Considérant que cet accord n’est pas honnête, j’ai voté CONTRE.

EU:n ja Senegalin välinen kalastuskumppanuussopimus: täytäntöönpanoa koskeva pöytäkirja (päätöslauselma) (A9-0182/2020 - Izaskun Bilbao Barandica) FR

11-11-2020

Ce texte est l’avis donné par le Parlement sur l’accord bilatéral sur la pêche signé par l’Union européenne et le Sénégal. Il le loue vivement. Pourtant, cet accord ne prend pas réellement en compte les intérêts durables des pêcheurs sénégalais, en encourageant la raréfaction des ressources. Je suis sceptique face à ce système de quotas achetables qui permettent d’aller piller ailleurs ce que l’on épuise ici. J’ai voté CONTRE ce texte et regrette son adoption.

EU:n ja Seychellien välinen kestävää kalastusta koskeva kumppanuussopimus ja sen täytäntöönpanoa koskeva pöytäkirja (2020–2026) (A9-0185/2020 - Caroline Roose) FR

11-11-2020

Ce texte vise à installer le protocole de mise en œuvre de l’accord bilatéral sur la pêche signé par l’Union européenne et les Seychelles, pour la période 2020-2026. Il autorise les navires européens à prélever dans les eaux des Seychelles, en échange d’une contribution destinée à soutenir le secteur local de la pêche. Cet accord aurait dû être révisé de fond en comble car le bilan de la période précédente a montré qu’il n’avait pas permis un développement satisfaisant du secteur halieutique local tout en contribuant à la raréfaction des ressources en thon. Double peine, donc, pour les pêcheurs seychellois, d’autant que les scientifiques alertent sur le niveau d’alerte des stocks dans l’Océan indien. J’ai voté CONTRE cet accord, qui ne permet aucune avancée.

EU:n ja Kiinan välinen sopimus: maantieteellisiin merkintöihin liittyvä yhteistyö ja maantieteellisten merkintöjen suoja (A9-0199/2020 - Iuliu Winkler) FR

11-11-2020

L’objectif de cet accord est d’apporter un niveau de protection plus élevé contre l’imitation et l’usurpation de produits européens renommés comme la Mozzarella, le Champagne ou la Feta. Avec 175 indications géographiques protégées, cet accord représente une avancée importante pour l’Europe. Nous serons moins pénalisés par les très nombreuses entreprises chinoises qui ne respectent pas la propriété intellectuelle et qui fabriquent des produits contrefaits à échelle industrielle. Cet accord est donc un bon outil pour lutter contre la contrefaçon des produits agroalimentaires de haute qualité de l'UE. De plus, il a pour objectif de protéger les consommateurs et garantir aux producteurs des prix plus élevés et plus stables. En effet, la valeur moyenne des produits bénéficiant d’une dénomination protégée est deux fois supérieure à celle d’un produit sans certification. Autre avancée : la possibilité d’étendre le champ d’application de l’accord à d’autres catégories de produits, relevant notamment de l’artisanat. Mais le chemin reste encore long avant d’obtenir que la Chine respecte vraiment nos entreprises et leur production. Rappelons que selon l’Office Européen de la Propriété Intellectuelle, la contrefaçon, à 90% Made in China, représente une perte annuelle de PIB supérieure à 60 milliards d’euros et l’équivalent de 430.000 emplois.

EU:n ja Kiinan välinen sopimus: maantieteellisiin merkintöihin liittyvä yhteistyö ja maantieteellisten merkintöjen suoja (päätöslauselma) (A9-0202/2020 -Iuliu Winkler) FR

11-11-2020

L’objectif de cet accord est d’apporter un niveau de protection plus élevé contre l’imitation et l’usurpation de produits européens renommés comme la Mozzarella, le Champagne ou la Feta. Avec 175 indications géographiques protégées, cet accord représente une avancée importante pour l’Europe. Nous serons moins pénalisés par les très nombreuses entreprises chinoises qui ne respectent pas la propriété intellectuelle et qui fabriquent des produits contrefaits à échelle industrielle. Cet accord est donc un bon outil pour lutter contre la contrefaçon des produits agroalimentaires de haute qualité de l'UE. De plus, il a pour objectif de protéger les consommateurs et garantir aux producteurs des prix plus élevés et plus stables. En effet, la valeur moyenne des produits bénéficiant d’une dénomination protégée est deux fois supérieure à celle d’un produit sans certification. Autre avancée : la possibilité d’étendre le champ d’application de l’accord à d’autres catégories de produits, relevant notamment de l’artisanat. Mais le chemin reste encore long avant d’obtenir que la Chine respecte vraiment nos entreprises et leur production. Rappelons que selon l’Office Européen de la Propriété Intellectuelle, la contrefaçon, à 90% Made in China, représente une perte annuelle de PIB supérieure à 60 milliards d’euros et l’équivalent de 430.000 emplois.

Yhteystiedot

Bruxelles

Strasbourg