Marc BOTENGA Marc BOTENGA
Marc BOTENGA

Le groupe de la gauche au Parlement européen - GUE/NGL

Membre

Belgique - Parti du Travail de Belgique (Belgique)

Date de naissance : , Bruxelles

Explications de vote écrites Marc BOTENGA

Les députés peuvent expliquer par écrit leur vote en plénière. Article 194 du règlement intérieur.

Stockage du gaz (C9-0126/2022 - Cristian-Silviu Buşoi) (vote)

07-04-2022

Nous devons sortir de l’énergie fossile. Remplacer «simplement» la dépendance à l’égard de la Russie par de la dépendance à l’égard des États-Unis et du Qatar ne garantit non seulement aucunement une quelconque autonomie, mais pourrait causer en plus une hausse ultérieure des prix, et risque de sceller l’enterrement des ambitions climatiques. Sortir de la dépendance par rapport aux importations gazières doit aller de pair avec une stratégie énergétique qui fonctionne pour les travailleurs et la planète, c’est-à-dire non pas avec des importations massives de gaz de schiste américain, mais bien avec des investissements publics massifs dans les énergies renouvelables.

Droit à la réparation (B9-0175/2022) NL

07-04-2022

Dit dossier gaat over het recht op reparatie voor consumenten. De bedoeling van het dossier is dat er meer reparatiemogelijkheden komen voor consumenten bij een kapot product, terwijl zij nu vaak hoge kosten moeten maken bij de reparatie van producten of bij reserveonderdelen ter vervanging van een product. Ik ben het er volledig mee eens dat dit nieuwe recht op reparatie zowel voor de consument als voor het milieu voordelen oplevert. Daarnaast bepleit de tekst meer toegang tot informatie over producten en reserveonderdelen voor onafhankelijke reparateurs, aangezien veel grote merken dit tegenwoordig voor zichzelf houden. Ook vraagt de tekst om meer informatie aan de consumenten over de duurzaamheid en repareerbaarheid van producten op het moment van aankoop en om etikettering over de levensduur van producten. Deze toegang tot informatie en transparantie is zeker positief. Ik heb het rapport daarom gesteund, maar ook hoe we produceren is natuurlijk van belang. Vandaag verloopt de industriële productie nog steeds grotendeels op een lineaire manier. Bedrijven maken met eindige grondstoffen producten die na een vaak korte levensduur als afval verbrand of gestort worden. Met deze manier van produceren plegen we roofbouw op onze planeet: we nemen meer weg dan de aarde kan vernieuwen, we zorgen voor meer vervuiling dan die kan opvangen. We moeten de omslag maken naar een circulaire economie in plaats van een lineaire. Daarbij wordt afval weer als grondstof gebruikt, telkens opnieuw. En door producten modulair te ontwerpen, kunnen we ze gemakkelijker repareren. Dat spaart materialen uit, plus heel wat energie.

Situation en Afghanistan, en particulier la situation des droits des femmes (RC-B9-0198/2022, B9-0198/2022, B9-0199/2022, B9-0202/2022, B9-0204/2022, B9-0205/2022, B9-0206/2022)

07-04-2022

Depuis la reprise du pouvoir par les Talibans, la situation des femmes afghanes ne fait que se détériorer. Elles ne peuvent plus aller à l’école ni se déplacer à plus de 72 km de leur domicile et sont durement réprimées si elles osent manifester. Dans cette résolution, le Parlement européen condamne cela. Il défend le droit des Afghanes à l’éducation et à la santé et aux droits reproductifs, ainsi que leur participation à la vie publique. Il dénonce aussi la persécution des minorités ethniques et religieuses. De plus, il demande à tous les pays de cesser immédiatement de renvoyer des personnes en Afghanistan, regrette le manque d’investissement de l’UE en faveur du plan de soutien humanitaire des Nations unies pour le pays et rappelle que l’aide humanitaire ne doit pas être subordonnée à des conditions politiques. J’ai donc soutenu cette résolution. Je suis toutefois scandalisé que le Parlement n'émette pas la moindre critique vis-à-vis des 20 dernières années de guerre de l’OTAN et affirme même que « les droits et libertés fondamentaux dont le peuple afghan a joui au cours des vingt dernières années devraient être préservés ». C’est un total whitewashing de vingt ans d’occupation de l’Afghanistan par notamment ...

Protection accordée par l'Union européenne aux enfants et aux jeunes qui fuient en raison de la guerre en Ukraine (B9-0207/2022, B9-0212/2022, B9-0213/2022)

07-04-2022

Selon les Nations Unies, les horreurs de la guerre en Ukraine en poussé en un mois plus de 4 millions de personnes, dont près de 90 % sont des femmes ou des enfants et près de la moitié sont en âge d’être scolarisés. Ce texte demande que ces enfants et ces jeunes soient traités dignement, quels que soient leur origine sociale ou ethnique, leur sexe, leur orientation sexuelle, leurs aptitudes, leur nationalité ou leur statut migratoire. Cela me semble normal et j’ai évidemment soutenu ce texte. Grâce notamment aux amendements déposés par mon groupe, il transmet plusieurs messages importants. Tout d’abord, les autorités ne doivent pas compter uniquement sur les citoyens et les organisations de la société civile pour organiser l’accueil et la protection des enfants. En ce sens, la résolution demande à la Commission européenne d’accélérer l’accès des autorités locales aux fonds européens existants et elle appelle tous les pays de l’UE à se montrer solidaires des pays voisins de l’Ukraine en mettant en place des mécanismes de relocalisation. Un autre message essentiel et l’appel à ne pas oublier les leçons de la réaction à cette guerre et à aussi garantir l’accès à la protection pour les réfugiés et ...

Conclusions du Conseil européen des 24 et 25 mars 2022, y compris les dernières évolutions de la guerre en Ukraine et les sanctions de l'UE contre la Russie ainsi que leur mise en œuvre (RC-B9-0197/2022, B9-0197/2022, B9-0200/2022, B9-0201/2022, B9-0203/2022, B9-0210/2022, B9-0211/2022)

07-04-2022

Cela fait plus d’un mois que la guerre criminelle de la Russie en Ukraine dure. Cette guerre est une violation flagrante du droit international et de la Charte des Nations unies. En un mois, elle a déjà fait des milliers de morts et poussé à l’exil au moins 4 millions de réfugiés. Les images qui nous arrivent des zones de guerre sont terribles, particulièrement celles de Boutcha ces derniers jours. Cette guerre doit s’arrêter. Les bombes doivent cesser. Plus que jamais un cessez-le-feu est urgent, mais l’UE n’a même pas nommé de représentant spécial. J’ai donc déposé personnellement et avec mon groupe de la Gauche au Parlement européen plusieurs amendements pour demander à l’UE d’éviter toute action qui prolongerait le conflit, et de lancer une initiative diplomatique ambitieuse sous les auspices de l’OSCE, et d’organiser dès que possible une conférence pour négocier des solutions diplomatiques à long terme et un nouvel ordre de sécurité commun pour l’Europe, fondé sur les principes de l’Acte final d’Helsinki de 1975 et de la Charte de Paris de 1990. Mais la majorité du Parlement les a rejetés et a réclamé surtout plus de livraisons d’armes vers l’Ukraine. La majorité du Parlement a aussi rejeté...

Acte sur la gouvernance des données (A9-0248/2021 - Angelika Niebler)

06-04-2022

Le Data Governance Act (DGA) met en place les nouvelles règles européennes en matière de marché des données. C’est un texte important car c’est la première fois qu’une législation européenne encourage le partage de données à grande échelle et impose des règles pour le faire. En réalité, le texte vise surtout à faciliter le partage et la réutilisation de l’énorme masse des données publiques, générées par exemple par les services publics ou les autorités. En soi, dans l’absolu, cela a un potentiel pour la recherche et l’innovation, par exemple dans le domaine de la santé, des transports ou encore de l’agriculture. Je ne me suis pas opposé à ce texte car il introduit certaines règles en faveur du respect des données personnelles. Néanmoins le partage « à sens unique » des données du public vers le privé sans réciprocité, ni garanties de retour sur investissement, est un vrai problème. Il s’agit en fait d’une forme de subside au secteur privé et une vision de l’innovation qui promeut la privatisation des richesses crées et financées par le public, un peu mutatis mutandis comme nous le voyons plus directement avec les politiques européennes de recherche et d’innovation dans d’autres secteurs. Ce texte n’a pas qu’un but de partage et d’innovation, il vise aussi à permettre aux entreprises de maximiser leurs profits dans l’économie des données. Or, le fameux "Conseil de l'innovation des données" qui est mis en place par ce texte sera composé d'entités privées. Le conflit d’intérêt me semble clair. C'est une vraie menace non seulement de privatisation des données mais aussi pour la protection de nos données car les intérêts des entreprises – qui visent à tirer un maximum de profit de l’utilisation des données - sont clairement opposés à nos intérêts en tant qu'utilisateurs et citoyens. Nous devons gérer le partage de données pour créer le bien commun, pas pour assurer les profits privés. Pour ces raisons, j'ai choisi de m’abstenir plutôt que de soutenir ce texte.

Renforcement de l’application du principe de l’égalité des rémunérations entre hommes et femmes pour un même travail ou un travail de même valeur (A9-0056/2022 - Samira Rafaela, Kira Marie Peter-Hansen) NL

05-04-2022

De stemming werd afgedwongen door vooral rechtse parlementsleden. Zij hoopten de tekst te kelderen om de strijd voor gelijke lonen te saboteren. De tekst die gestemd werd is immers een stap vooruit tegenover de zeer beperkte ambitie van de Europese Commissie. Transparantieverplichtingen en betere rechtstoegang moeten de strijd tegen ongelijkheid en discriminatie vergemakkelijken. De tekst versterkt ook de rol die de vakbonden kunnen spelen. Ook dat is positief. Het gaat echt om een beperkte verbetering, die niet eens voor alle bedrijven geldt en zelfs niet tot doel heeft de loonkloof tussen mannen en vrouwen volledig te dichten. Maar zelfs deze kleine stappen voorwaarts zijn dus blijkbaar teveel voor rechts. Dat het Vlaams Belang zelfs (iets) meer loontransparantie en een (iets) gelijkere verloning mannen en vrouwen niet steunt, verrast geen kat. Maar de N-VA stemt als enige Belgische partij zelfs tégen, wegens "te links". Ongelooflijk.

Infrastructures énergétiques transeuropéennes (A9-0269/2021 - Zdzisław Krasnodębski)

05-04-2022

Ce règlement important encadre les gros projets d'infrastructure qui permettent de relier entre eux les systèmes énergétiques européens. Ce genre de projets devraient être un des piliers du Green Deal, puisque afin de pouvoir tirer un maximum de profit des énergies renouvelables, il est fondamental d'améliorer l'interconnectivité des systèmes de production d'énergie. Que l'électricité produite par le vent qui souffle sur les éoliennes de la Mer du Nord et de la Mer Baltique, puisse être consommée en Italie ou en Espagne. Que le courant généré par le généreux soleil méditerranéen, puisse être transporté jusqu'au Danemark ou en Pologne. Cette interconnectivité requiert des investissements publics massifs dans les smart grids, dans les capacités de stockage à l'hydrogène, etc. Malheureusement, ce règlement ne ferme pas du tout la porte aux énergies fossiles, laissant notamment la porte aux projets de pipelines de gaz polluant. Alors que le GIEC nous alerte qu'il ne nous reste que 3 ans pour réagir drastiquement, l'UE laisse la porte ouverte à des projets climaticides qui ont une durée de vie de 30 à 40 ans.
On ne peut dépenser chaque Euro qu'une seule fois. Consacrer de l'argent au gaz, polluant, plutôt qu'aux énergies renouvelables, est une façon d’enterrer les ambitions climatiques. Un large mouvement climatique sera là pour le rappeler aux décideurs européens quand les projets seront présentés.

Orientations pour le budget 2023 – Section III (A9-0062/2022 - Nicolae Ştefănuță)

05-04-2022

Il est assez étonnant que l'UE trouve toujours l'argent pour les projets d’armement, sauver les banques, aider les multinationales, mais quand il s’agit de soutenir les travailleurs, rien ne va plus. En quelques heures, on trouve des millions pour financer la guerre ou renflouer les banques. Mais lorsqu'il s'agit de prendre des mesures pour aider les gens à faire face à une crise comme celle que nous connaissons actuellement avec les prix de l'énergie, la Commission européenne met des mois à faire des recommandations qui ne sont même pas contraignantes. Une boîte à outils sans engagements après l’autre, mais aucune mesure forte depuis des mois. Que les commissaires européens aient des salaires de 25 000 euros par mois, la présidente von der Leyen empoche même 30 000 euros tous les mois, n’arrange rien. Comment peuvent-ils comprendre l’urgence sociale ou savoir ce que cela signifie de devoir choisir entre manger et se chauffer ? Ils sont totalement déconnectés de la vie quotidienne de – par exemple – une aide domestique qui doit renoncer à se rendre au travail parce que les trajets domicile-travail coûtent trop cher. Ils sont déconnectés de la réalité des travailleurs qui n'en peuvent plus. Il est temps de diminuer radicalement les salaires des commissaires européens afin qu’ils puissent au moins s’imaginer ce que vit un travailleur européen.

Utilisation plus souple des règlements FAMI à la lumière de la guerre en Ukraine (C9-0056/2022)

24-03-2022

Selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), depuis le 24 février, près de 4 millions de personnes ont déjà fui les horreurs de la guerre en Ukraine. Dans l’urgence, sans eau, sans nourriture ni vêtements chauds. Heureusement, une vague de solidarité traverse aussi l’Europe. Les gens offrent spontanément de l’aide, du transport, des vêtements ou un toit. Cela réchauffe le cœur. Avec ce texte, la Commission a proposé d’étendre d’un an, jusqu’à mi-2024, la durée d’utilisation de certains fonds européens afin de débloquer 420 millions d’euros de ressources non utilisées, que les pays de l’UE pourront investir dans l’accueil, la protection et l’intégration des réfugiés qui fuient la guerre en Ukraine. J’ai évidemment soutenu cela. Dans l’urgence, il est indispensable que tous les moyens financiers existants puissent être mobilisés rapidement. Je regrette toutefois que les amendements déposés par mon groupe n’aient pas été retenus. Nous voulions garantir que les fonds débloqués ne puissent en aucun cas être détournés par des États qui discriminent et trient des réfugiés sur base de la couleur de peau, ou repoussent violemment des personnes en danger aux frontières. Mais la majorité de droite du Parlement a refusé cela. Cela montre que le danger d’une solidarité sélective, d’une hospitalité modulée à la tête du client est bien réel. N’oublions pas les images de familles abandonnées dans le froid à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie en novembre dernier, la condamnation de l’État belge par le tribunal de première instance de Bruxelles pour sa mauvaise gestion de l’asile et de l’accueil des demandeurs d’asile au début de cette année, ou les récents témoignages d’étudiants d’origine africaine et indienne discriminés à la frontière alors qu’ils tentaient de fuir la violence de la guerre en Ukraine. L’impressionnante mobilisation sociale, notamment des associations et syndicats, restera donc fondamentale pour que les gouvernements fassent leur travail et que toutes les victimes, sans distinction de sexe, genre, origine ou couleur de peau, reçoivent la solidarité qu’elles méritent.

Contact

Bruxelles

Parlement européen
Bât. ALTIERO SPINELLI
04G351
60, rue Wiertz / Wiertzstraat 60
B-1047 Bruxelles/Brussel
Strasbourg

Parlement européen
Bât. SALVADOR DE MADARIAGA
G00003
1, avenue du Président Robert Schuman
CS 91024
F-67070 Strasbourg Cedex