Please fill this field
Hélène LAPORTE Hélène LAPORTE
Hélène LAPORTE

Groupe «Identité et démocratie»

Membre

France - Rassemblement national (France)

Date de naissance : , Villeneuve-sur-Lot

Accueil Hélène LAPORTE

Membre

BUDG
Commission des budgets
FISC
Sous-commission des affaires fiscales
DLAT
Délégation à l'Assemblée parlementaire euro-latino-américaine

Membre suppléante

ECON
Commission des affaires économiques et monétaires
BECA
Commission spéciale sur la lutte contre le cancer
D-MX
Délégation à la commission parlementaire mixte UE-Mexique
DASE
Délégation pour les relations avec les pays de l'Asie du Sud-Est et l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE)
DACP
Délégation à l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE

Dernières activités

Stratégie de cybersécurité de l’Union pour la décennie numérique (B9-0305/2021)

10-06-2021
Explications de vote écrites

En décembre 2020, la Commission et le haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité ont présenté une nouvelle stratégie de cybersécurité de l'UE. Cette stratégie, qui constitue un élément clé de la stratégie « Façonner l'avenir numérique de l'Europe », du plan de relance pour l'Europe et de la stratégie de l'UE pour l'union de la sécurité, vise à préserver un internet ouvert et mondial tout en prévoyant des garde-fous, non seulement pour garantir la sécurité. Le texte de la résolution prend en compte et analyse les points suivants: les vulnérabilités cybernétiques de certains secteurs critiques (notamment des soins de santé) et dépendance aux technologies numériques mises en évidence par la crise de la COVID-19 ; l’état de préparation en matière de cybersécurité et la sensibilisation des entreprises, en particulier des PME, rendent nécessaire un meilleur soutien aux microentreprises, aux petites et moyennes entreprises (formation et accès à des financements dédiés pour la sécurité de ces entités); ou le soutien à la recherche et à l’innovation dans le domaine de la cybersécurité, en particulier sur les technologies perturbatrices. J’ai voté en faveur de ce texte qui apporte un cadre à la cybersécurité.

Situation de l’état de droit dans l’Union européenne et application du règlement (UE, Euratom) 2020/2092 relatif à la conditionnalité (B9-0317/2021, B9-0319/2021, B9-0320/2021)

10-06-2021
Explications de vote écrites

L’état de droit est un concept instrumentalisé politiquement depuis trois ans maintenant par les institutions européennes, qui veulent punir la Hongrie et la Pologne pour ne pas avoir accepté la répartition des migrants après la crise de 2015. La volonté de faire plier les États qui résistent au diktat bruxellois avait déjà entrainé le lancement des procédures prévues par l’article 7 du TUE. Cette voie légale étant totalement bloquée faute de preuves crédibles, la Commission et la majorité du Parlement tentent une nouvelle méthode : frapper au portefeuille en instaurant un mécanisme de conditionnalité de l’état de droit pour obtenir l’accès aux fonds européens. En instrumentalisant l’état de droit à des fins politiques, le Parlement soutient le coup d’état des juges contre la volonté des peuples. J’ai donc voté contre ce texte.

Contrôle du Parlement sur l'évaluation en cours, par la Commission et le Conseil, des plans nationaux pour la reprise et la résilience (RC-B9-0331/2021, B9-0331/2021, B9-0333/2021, B9-0334/2021, B9-0335/2021, B9-0337/2021, B9-0338/2021)

10-06-2021
Explications de vote écrites

La facilité de reprise et de résilience (RRF) est le cœur financier du Plan de relance de l’UE. Le règlement UE 2021/241 du 12 février 2021 en fixe les règles, et confie à la Commission le soin d’examiner les plans de relance nationaux, afin de s’assurer de leur compatibilité avec les critères établis. Il repose sur 6 objectifs et sur des obligations chiffrées : 37% doit aller au climat, 20% au digital. La résolution commune proposée entend associer d’avantage le Parlement aux travaux d’évaluation, en demandant un niveau d’information proche de ceux dont bénéficient les Etats, ce tout au long de la procédure, afin de comprendre les critères d’analyse et de décision sur lesquels se fonde la Commission. Le législateur a voulu que les discussions autour de la validation des plans de relance nationaux soient une discussion entre les services de la Commission et les gouvernements des Etats, aussi il n’y a pas lieu de modifier l’équilibre trouvé voilà à peine 6 mois. Les résolutions présentées aujourd’hui ajoutent de nouvelles règles qui rendraient parfois trop complexe la mise en œuvre de la RRF, en multipliant les obligations de communication. J’ai donc voté contre cette résolution.

Hélène LAPORTE
Hélène LAPORTE

Sur EP NEWSHUB

A voté 🗳 https://t.co/dJi3uVz3X7 

RT @MLP_officiel: 🗳 A voté, à #HéninBeaumont 😉 #Régionales2021 #Départementales2021 https://t.co/q7SqTrXkRO 

📣 « Nos travaux confirmeront, je pense, le sentiment d’une grande inquiétude des Européens sur la question de l'immigration et cette conférence devra faire l’objet d’un vrai débat dépassionné sur le sujet. » Retrouvez mon intervention à la Conférence sur l'avenir de l'Europe : https://t.co/KHYIoI3n4H 

Contact

Bruxelles

Strasbourg