Frédérique RIES
Frédérique RIES

Fractie Renew Europe

Ondervoorzitter

België - Mouvement Réformateur (België)

Geboortedatum : , Balen-Wezel

Schriftelijke stemverklaringen Frédérique RIES

Ieder lid kan een schriftelijke verklaring over zijn stem in de plenaire vergadering indienen. Artikel 194 van het Reglement

Resultaten van de modernisering van het Verdrag inzake het Energiehandvest (RC-B9-0498/2022, B9-0498/2022, B9-0502/2022, B9-0510/2022, B9-0513/2022, B9-0536/2022) FR

24-11-2022

Le Parlement européen a envoyé ce midi un message clair aux États membres sur le Traité sur la Charte de l’énergie: vous devez assurer une sortie coordonnée de cet accord international, plus en phase avec les engagements climatiques de l’UE de neutralité carbone 2050. J’ai soutenu cette ligne majoritaire comme 303 députés européens.
Le TCE, signé en décembre 1994, sur fond de guerre du Golfe présente un défaut originel : il contraint tout pays signataire qui veut s’en retirer de rester soumis à ses obligations pendant vingt ans, c’est la « clause de survie ». La proposition de modernisation mise sur la table par la Commission ne corrige pas ce déséquilibre puisque les investissements anciens dans les énergies fossiles seront toujours protégés, jusqu’en 2040, pour certaines infrastructures gazières.
Il est tout aussi vrai de reconnaître la difficulté de s’extraire d’un accord international, comme l’existence de 1 500 traités bilatéraux d’investissement, ratifiés par les États membres, qui protègent encore les investissements dans les combustibles fossiles. L’abstention aurait pu être un vote refuge, j’ai fait le choix de la majorité, celle des 70% de la population européenne représentée par les sept États membres qui ont déjà annoncé leur sortie du TCE.

De situatie van de mensenrechten in de context van het komende FIFA-wereldkampioenschap in Qatar (B9-0539/2022, B9-0541/2022, B9-0542/2022, B9-0543/2022, B9-0537/2022, RC-B9-0538/2022, B9-0538/2022) FR

24-11-2022

Si j'aurais pu soutenir de nombreux autres amendements déposés par le groupe The Left eu égard à leur contenu, l'attitude qui consiste à refuser de cosigner une résolution avant de l'amender à tout va nuit à la confiance et au travail parlementaire. Impossible de souscrire à ces pratiques, elles sapent notre mission qui consiste précisément à prendre ses responsabilités et rechercher des compromis - sauf à avancer chacun avec son propre texte pour aboutir à n'en adopter aucun.

Behoefte aan een dringend EU-actieplan om voedselzekerheid binnen en buiten de EU te waarborgen in het licht van de Russische invasie in Oekraïne (RC-B9-0160/2022, B9-0160/2022, B9-0162/2022, B9-0163/2022, B9-0164/2022, B9-0165/2022, B9-0166/2022, B9-0167/2022) FR

24-03-2022

Je me suis abstenue avec 48 députés sur cette résolution pour un plan d’action européen pour la sécurité alimentaire au regard de l’invasion russe de l’Ukraine.
Si l’Europe est presque autosuffisante en blé par exemple, certains pays comme l’Égypte, la Tunisie, le Yémen ou la Somalie dépendent jusqu’à 70% de l’Ukraine pour se ravitailler. Alors que la presque totalité des exports de céréales ukrainiennes passe par des ports désormais sous le joug de la Vladimir Poutine, les navires bloqués à quai menacent la sécurité alimentaire de nombreux pays.
L’Europe doit répondre à ces inquiétudes en garantissant une production suffisante pour nourrir sa population, mais aussi ouvrir de nouvelles voie d’approvisionnement à certains pays les plus dépendants aux importations.
La résolution telle qu’adoptée ce midi par 413 voix contre 120 avance de nombreuses fausses solutions. Revenir sur le Pacte Vert, la Politique agricole commune, détricoter les mesures de protection de la biodiversité, pourtant essentielle à des modèles agricoles durables, ne répondra pas au défi de la famine. Il faut au contraire accélérer la mise en œuvre de la Stratégie de la Fourche à la Fourchette, seule voie pour réduire notre dépendance aux engrais russes et nous rapprocher d’une souveraineté alimentaire durable.

Omgang met de uitdaging van de wereldwijde COVID-19-pandemie: de gevolgen van opheffing van de Trips-Overeenkomst van de WTO voor COVID-19-vaccins en de behandeling, uitrusting en vergroting van de productiecapaciteit in ontwikkelingslanden (RC-B9-0306/2021, B9-0306/2021, B9-0307/2021, B9-0308/2021, B9-0309/2021, B9-0310/2021, B9-0311/2021) FR

09-06-2021

Le Parlement européen s’est donc divisé sur la levée des brevets sur les vaccins Covid-19. Une voix a fait la différence pour envoyer un message erroné à la population mondiale en attente d’être vaccinée. J’ai comme beaucoup de députés européens dû me résoudre à voter contre la résolution finale, pour au moins trois bonnes raisons :
- le Parlement européen ne reconnaît pas par ce vote le caractère fondamental de la propriété intellectuelle comme bouclier de protection juridique pour les inventeurs et chercheurs, pour la recherche d’aujourd’hui comme celle du futur.
- la priorité n’est pas mise au déblocage des principaux goulets d’étranglement dans l’accès aux vaccins. Je pense à la disponibilité limitée de certains composants, tels les nanoparticules lipidiques, ou de certains équipements de production, comme les bioréacteurs.
- Le Parlement européen est clairement tombé dans le piège médiatique dressé par le Président Biden qui, plus d’un mois après son annonce appelant à une levée des brevets, n’a mis aucune proposition sur la table de l’OMC.
L’essentiel est ailleurs, dans la capacité des dirigeants politiques et ceux des firmes pharmaceutiques à mieux travailler ensemble pour vacciner toutes les personnes qui le veulent dans le monde, vite et bien !

Tenuitvoerlegging van de EU-waterwetgeving (B9-0401/2020) FR

17-12-2020

L’eau est un bien précieux, source de tension et de conflit dans le monde. Dans l’Union européenne nous avons la chance d’avoir un accès à l’eau potable bien réparti sur tout le territoire. Pourtant selon un rapport de l'Agence européenne de l'environnement publié en décembre 2019, moins de la moitié des 110 000 masses d'eau de surface analysées dans l'UE (rivières, lacs, estuaires, eaux côtières) sont en bon état.
Il y a donc de la marge pour améliorer la qualité de l’eau dans l’UE. C’est en substance le message délivré dans la résolution que j’ai soutenue ce midi sur la mise en œuvre de la législation européenne relative à l'eau. Le texte souligne que les objectifs de la directive-cadre sur l'eau (DCE) doivent être mieux intégrés dans les politiques sectorielles, en particulier dans les domaines de l'agriculture, 33% des dépenses en eau sont le fait des pratiques agricoles, c’est dire l’importance de réduire l’usage des intrants chimiques et des engrais pour dépolluer les sols et améliorer ainsi la qualité de l’eau. D’autres mesures supplémentaires sont nécessaires pour les députés européens : multiplier les installations de traitement des eaux usées urbaines et des politiques équitables de tarification de l'eau.

Tenuitvoerlegging van de Dublin III-verordening (A9-0245/2020 - Fabienne Keller) FR

16-12-2020

Même si l’actualité a fait passer au second plan la problématique de la gestion des flux migratoires, la réalité est que pendant la crise du Covid-19, des centaines de milliers de personnes continuent à fuir les zones de conflit, la pauvreté et la famine, les catastrophes naturelles, des êtres humains qui sont juste à la recherche d’une terre d’accueil. À ce titre, je me félicite de l’adoption du rapport Keller sur la mise en œuvre du règlement Dublin III qui esquisse des pistes intéressantes pour mieux gérer au niveau européen la politique d’asile. Le Parlement européen appelle à la mise en place d'un mécanisme fondé sur la solidarité afin de sauvegarder le droit fondamental d'asile dans l'UE et le partage des responsabilités entre les États membres. Le rapport souligne l'importance de la protection des enfants et le fait que nous devons donner la priorité au regroupement familial. Il est essentiel d’agir dès maintenant pour rendre la politique européenne d'asile plus humaine et plus efficace, en attendant la réforme nécessaire du pacte Asile-Migration et un improbable accord entre les 27 États membres.

Tenuitvoerlegging van de terugkeerrichtlijn (A9-0238/2020 - Tineke Strik) FR

16-12-2020

J’ai voté ce soir pour le rapport sur la mise en œuvre de la directive "retour" pour les ressortissants de pays tiers sans droit de séjour. Un texte qui reflète largement la position de Renew Europe. Le pic de migration dans les années 2015-2016 a mis en évidence les principales lacunes du régime d’asile européen commun. Cela est particulièrement vrai pour la politique de retour. Les États membres veulent renvoyer le plus grand nombre de personnes possible, mais ils n'investissent pas dans la qualité et la capacité des retours. La priorité devrait donc être donnée aux retours volontaires, en améliorant les relations avec les pays tiers et en gardant l'intérêt supérieur de l'enfant comme considération primordiale. Une logique «gagnant-gagnant» en somme!

Overgangsbepalingen voor steun uit het Elfpo en het ELGF in 2021 en 2022 (A9-0101/2020 - Elsi Katainen) FR

15-12-2020

J’ai voté le rapport Katainen qui couvre l’application des programmes FEAGA et FEDER pour la période transitoire 2021-2022. Ils représentent environ un tiers de la chaîne d’approvisionnement des produits alimentaires dans l’UE. Plus que jamais, les agriculteurs ont besoin d’argent frais pour continuer à mener leur mission première qui est de nous nourrir et de faire vivre nos territoires ruraux. La période économique et sanitaire est également très compliquée pour les filières agricoles, chiffres à l’export en baisse, auxquels s’ajoutent l’incertitude du « no deal » post Brexit. Le « verdissement » de la future PAC est également à prendre en considération dans les efforts nécessaires demandés au secteur agricole. Dans ce contexte, les 8 milliards d’euros supplémentaires attribués dans le plan de relance pour permettre au monde agricole de faire face aux conséquences de la pandémie sont un acte fort posé par l’Union européenne : l'agriculture reste le ciment du monde rural et participe à l’indépendance alimentaire européenne.

Europees Jaar van de spoorwegen (2021) (A9-0191/2020 - Anna Deparnay-Grunenberg) FR

15-12-2020

J’ai voté pour ce texte consensuel, voté à l’unanimité en commission TRAN le 12 octobre dernier. Ce texte est une décision du Parlement européen et du Conseil qui déclare 2021 comme étant l’année européenne du rail et définit les axes prioritaires sur les plans institutionnels, de la communication et de l’événementiel.
Le rapport invite la Commission à étudier la mise en place d'un indice de connectivité ferroviaire pour identifier les domaines où les investissements sont particulièrement nécessaires. Il plaide également pour que les activités de la « European Year of Rail » informent mieux les citoyens de leurs droits en tant que passagers ferroviaires.
Le rapport TRAN a également approuvé certaines recommandations de la commission du développement régional essentielles pour assurer l’égalité d’accessibilité au train pour les personnes âgées, les personnes handicapées et les personnes à mobilité réduite. D'autres mesures proposées dans le rapport, telles que la promotion des réseaux de trains de nuit de l'UE et le développement des réseaux ferroviaires dans les régions et les zones frontalières, répondent au double défi que l’UE doit relever, celui du désengorgement du trafic routier et de l’intermodalité.

Extra middelen in de context van de COVID-19-pandemie: React-EU (A9-0150/2020 - Andrey Novakov, Constanze Krehl) FR

15-12-2020

Depuis le début de la pandémie, l’UE a lancé toute une série d’initiatives pour soutenir les secteurs d’activités les plus affectés par la crise sanitaire. REACT EU est un des jalons importants de cette politique de soutien, un véritable ballon d’oxygène avec 47,5 milliards EUR de ressources supplémentaires allouées aux programmes existants de la politique de cohésion. Cette proposition s’inscrit dans le prolongement de deux propositions antérieures relatives à la politique de cohésion, l’initiative d’investissement en réaction au coronavirus (CRII) et l’initiative d’investissement+ (CRII+).
J’ai donc voté en faveur de l’accord issu des trilogues, qui répond à la situation d’urgence dans les différentes régions d’Europe. Il est important de souligner la flexibilité prévue pour les États membres dans l’allocation des ressources aux différents fonds (FEDER, FSE, FEAD, Interreg et l'Initiative pour l'emploi des jeunes); la possibilité de cofinancement par l'UE des investissements jusqu'à 100 % et l'éligibilité rétroactive des dépenses à compter du 1er février 2020 et jusqu’en 2023.

Contact

Bruxelles

Parlement européen
Bât. WILLY BRANDT
06M121
60, rue Wiertz / Wiertzstraat 60
B-1047 Bruxelles/Brussel
Strasbourg

Parlement européen
Bât. WINSTON CHURCHILL
M02098
1, avenue du Président Robert Schuman
CS 91024
F-67070 Strasbourg Cedex