Please fill this field
Nathalie COLIN-OESTERLÉ Nathalie COLIN-OESTERLÉ
Nathalie COLIN-OESTERLÉ

Grupo do Partido Popular Europeu (Democratas-Cristãos)

Membro

França - Les centristes (França)

Data de nascimento : , Ollioules

Página inicial Nathalie COLIN-OESTERLÉ

Vice-Presidente

BECA
Comissão Especial sobre a Luta contra o Cancro

Membro

ENVI
Comissão do Ambiente, da Saúde Pública e da Segurança Alimentar
D-IL
Delegação para as Relações com Israel
DMED
Delegação à Assembleia Parlamentar da União para o Mediterrâneo

Membro suplente

LIBE
Comissão das Liberdades Cívicas, da Justiça e dos Assuntos Internos

Últimas atividades

Criação de um mecanismo da UE para a democracia, o Estado de direito e os direitos fundamentais (A9-0170/2020 - Michal Šimečka) FR

07-10-2020
Declarações de voto escritas

J’ai voté en faveur du rapport proposant la création d’un mécanisme de l’Union pour la démocratie, l’état de droit et les droits fondamentaux. Aujourd’hui, nos libertés civiles, la liberté des médias et le pluralisme sont soumis à d’immenses pressions dans certains États membres.
Ce rapport permettra de créer un mécanisme permanent et annuel de suivi de l'État de droit et des valeurs de l'Union européenne dans chaque État membre. Ce mécanisme sera coordonné par le Parlement européen, la Commission et le Conseil avec un groupe d’experts indépendants. Le texte voté va dans le bon sens : il supprime les outils existants pour n'en créer qu'un seul et milite en faveur de l'octroi de financements européens à la condition du respect de l'État de droit. Je regrette toutefois que les règles de majorité s’appliquant aux procédures de sanction des violations de l'état de droit soient modifiées via une majorité qualifiée inversée.
Je resterai particulièrement vigilante au respect des valeurs qui fondent notre engagement européen.

Lei Europeia do Clima (A9-0162/2020 - Jytte Guteland) FR

07-10-2020
Declarações de voto escritas

La lutte contre le changement climatique ne peut plus attendre, c’est pourquoi j’ai soutenu la loi européenne sur le climat, malgré mon opposition à l’objectif adopté de faire baisser de 60% d’ici 2030 les émissions de gaz à effet de serres par rapport aux taux observés en 1990. Alors que nous traversons une crise économique sans précédent la surenchère purement politique en matière de pourcentage me semblait incohérente. J’ai pour ma part soutenu l’objectif de 55%, objectif déjà ambitieux et basé sur l’étude d’impact réalisée par la Commission européenne. Néanmoins, cette loi cadre est essentielle afin d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 et maintenir ainsi le réchauffement climatique sous la barre de 1,5 degré. Suite à notre vote, nous entrons maintenant en négociation avec le Conseil, nous devons rester ambitieux dans les discussions à venir, mais nous devons également préserver la vitalité de notre économie. Pour cela, nous devons prendre toutes les mesures nécessaires afin d’accompagner nos industries, entreprises et nos artisans à devenir les acteurs de cette transformation. En effet, nos décisions auront des impacts dans de nombreux secteurs comme celui du bâtiment (rénovation énergétique) ou des transports (véhicules propres) car nous devons transformer profondément nos modèles économiques.

Objeção nos termos do artigo 112.º, n.ºs 2 e 3, e n.º 4, alínea c): Especificações para o dióxido de titânio (E 171) (B9-0308/2020) FR

07-10-2020
Declarações de voto escritas

J’ai voté en faveur de l’objection proposant de rejeter le projet de règlement de la Commission européenne modifiant l’annexe du règlement établissant les spécifications des additifs alimentaires en ce qui concerne les spécifications du dioxyde de titane (E 171), qui est un additif alimentaire ayant pour seul objet de rendre certains produits, comme le sucre par exemple, plus blanc. En effet, dans l’attente de la révision par la Commission des limites de cet additif alimentaire, ce projet autorisait les fabricants à mettre sur le marché leurs produits afin d’écouler les stocks existants répondant aux normes actuelles (mesures transitoires pour 6 mois). Or, notre agence nationale, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, a déclaré cet additif alimentaire dangereux (risque de cancer)interdit en France pour un an. De plus, il a été démontré que des alternatives moins toxiques existaient. D'ailleurs, de nombreux professionnels ont déjà annoncé qu'ils allaient retirer cette substance de leurs produits. Je ne pouvais donc en l’état justifier le maintien d’une substance sur le marché représentant un risque pour la santé des citoyens.

Contacto

Bruxelles

Strasbourg