Nouvelle stratégie industrielle de l'UE: les défis à relever 

Mis à jour le: 
 
Créé le:   
 

Partager cette page: 

Les députés souhaitent que la stratégie industrielle de l'UE soit compétitive, propre et résiliente, et qu'elle contribue à la transition vers une économie plus numérique et environnementale

Les entreprises européennes ont été durement touchées par la pandémie de Covid-19, car nombre d'entre elles ont dû fermer ou réduire leurs effectifs tout en trouvant de nouvelles méthodes de travail pour accompagner les nécessaires transitions numérique et écologique.

En mai 2021, la Commission européenne a présenté une proposition actualisée pour la stratégie industrielle de l'UE, afin de refléter les nouvelles réalités.

La stratégie actualisée s'appuie sur les enseignements tirés de la crise de Covid pour stimuler la reprise et traiter les dépendances stratégiques de l'UE aux niveaux technologique et industriel. Elle souligne la nécessité de renforcer la résistance du marché unique aux perturbations et d'assurer la continuité de la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux ; la nécessité d'analyser et de traiter les dépendances stratégiques ; et la nécessité d'accélérer la transition verte et numérique.

Elle propose un instrument d'urgence du marché unique pour atténuer l'impact des futures crises du marché, préserver la libre circulation des services et des biens et maximiser la disponibilité des produits essentiels.

Le 13 juillet 2022, les députés de la commission de l'industrie ont adopté un rapport demandant que la stratégie actualisée garantisse une industrie compétitive, propre et résiliente pour les prochaines générations dans l'Union européenne. L'ensemble du Parlement devrait l'approuver lors de la plénière de septembre.

 

Le paysage industriel de l'UE en chiffres

 

L'industrie représente plus de 20 % de l'économie de l'UE. Elle crée et produit des innovations, des matériaux durables et les produits nécessaires à l'économie et à la société de demain. En outre, elle représente 80 % des exportations de marchandises. L'UE est également l'un des principaux fournisseurs et destinataires mondiaux d'investissements directs étrangers.

L'industrie manufacturière constitue la majeure partie de l'économie industrielle de l'UE, représentant plus des quatre cinquièmes (84,7 %) de la valeur ajoutée industrielle dans l'UE et 90,3 % de l'emploi industriel en 2019.

 

Découvrez le principal instrument de l'UE pour la relance économique.

 

Donner aux petites entreprises les moyens d'une croissance durable

 

En 2019, l'économie marchande non financière de l'UE comptait 23,2 millions d'entreprises, qui employaient 131,5 millions de personnes. La majorité (99,8 %) étaient des micro et petites et moyennes entreprises (PME), qui ont généré plus de la moitié du PIB de l'UE.

Avec les start-ups, les PME sont cruciales dans la numérisation de l'UE et une source essentielle d'innovation. Les députés veulent un meilleur accès au financement et une réduction de leur charge administrative.

La stratégie industrielle devrait se concentrer sur elles, car nombre d'entre elles ont contracté des dettes en raison des mesures nationales liées à la pandemie de Covid-19, réduisant ainsi leur capacité d'investissement, ce qui risque de provoquer une croissance molle à long terme.

 

Rendre l'industrie plus résiliente

 

L'UE peut se targuer de posséder des instituts de recherche, des entreprises et des personnes hautement qualifiées de premier plan et ses atouts doivent être préservés. Les députés européens veulent :

  • Veiller à ce que les transitions verte et numérique préservent les emplois, la compétitivité et la capacité à fabriquer des produits propres.
  • Un suivi et un rapport annuels sur la compétitivité et la résilience des écosystèmes industriels européens et sur les progrès accomplis sur les voies de transition
  • La création d'une boîte à outils défensive pour préserver le marché de l'UE des subventions étrangères perturbatrices, empêcher la concurrence déloyale des entreprises étrangères subventionnées par l'État et protéger les secteurs et technologies essentiels de l'UE
  • Un niveau ambitieux d'investissement dans la R&D, étant donné que l'objectif de 3 % du PIB investi dans la R&D n'a toujours pas été atteint dans la grande majorité des États membres
  • Un renforcement du "Made in EU" et une adoption plus rapide des technologies de l'industrie 4.0
  • Une nette réduction de la dépendance extérieure de l'UE à l'égard des matières premières critiques.

 

Investir dans des entreprises compétitives et propres

 

Dans le cadre de la stratégie industrielle, l'UE devrait permettre aux entreprises de contribuer aux objectifs de neutralité climatique - tels que prévus par la feuille de route sur le Pacte vert européen et figurant dans le paquet "Fit for 55" -, soutenir les entreprises, en particulier les petites et moyennes entreprises, dans la transition vers une économie numérique et neutre en carbone et contribuer à la création d'emplois de qualité.

Pour que le Pacte vert européen devienne une véritable stratégie de croissance, il doit aller de pair avec une politique industrielle ambitieuse. Les députés souhaitent que la Commission stimule la production d'énergies renouvelables et à faible teneur en carbone, abordables et abondantes, et qu'elle renforce la coordination de la planification et du financement des infrastructures nécessaires en matière d'électricité, d'énergie, d'hydrogène, de CO2 et de chauffage/refroidissement. Leurs autres propositions comprennent :


  •  la mise en œuvre accélérée d'instruments, y compris d'importants projets d'intérêt européen commun, et d'alliances industrielles qui développent des technologies innovantes de rupture nécessaires à la transition énergétique

 

Apprenez-en plus sur les réponses de l'UE face au changement climatique.