Hausse des prix de l'énergie : « Il faut trouver des solutions communes » (interview) 

 
 

Partager cette page: 

Interview du député Morten Helveg Petersen  

Selon Morten Helveg Petersen, l'Union européenne devrait répondre à la flambée des prix de l'énergie par une action commune et ne pas abandonner ses objectifs climatiques.

Lors d'une interview réalisée en direct, le 12 octobre, le membre du groupe Renew Europe et vice-président de la commission de l'énergie du Parlement, Morten Helveg Petersen, s'est exprimé sur la hausse des prix de l'énergie.

 

Le député européen a décrit les factures énergétiques élevées auxquelles les particuliers et les entreprises sont confrontés comme « une crise grave » qui a surgi en raison à la dépendance excessive de l'UE vis-à-vis des importations en provenance de la Russie.

 

« C'est un signal d'alarme pour nous tous qui dépendons des importations bon marché en provenance de la Russie depuis des décennies. C'est fini, ça doit s'arrêter. Nous devons devenir réellement indépendants », a-t-il déclaré tout en ajoutant que la dépendance excessive à l'égard des approvisionnements énergétiques de la Russie s'est avérée être une erreur.

 

Morten Helveg Petersen a notamment abordé les choix difficiles que les pays de l'UE doivent faire. « Les gouvernements de toute l'Europe veulent aider leurs citoyens », mais cela peut conduire à des situations où les subventions au niveau national faussent le marché unique et profitent à certains au détriment de tous les autres.


« C'est l'une des nombreuses complications que nous devons résoudre tout en veillant à ce que les citoyens ne meurent pas de froid lorsqu'ils vont se coucher », a-t-il averti tout en plaidant pour des solutions communes. « Il y a beaucoup de problèmes qui appellent à une action collective. Nous sommes tous dans le même bateau ».

 

En septembre, les députés européens ont demandé que les énergies renouvelables atteignent une part de 45 % dans le mix énergétique de l'UE d'ici 2030, contre l'objectif actuel de 32 %. Au début du mois d'octobre, le Parlement a adopté une résolution prenant la forme de mesures d'urgence pour lutter contre la hausse des prix de l'énergie, y compris un plafond sur les importations de gazoduc.

 

Mesures sur le court terme pour atténuer la crise

La redistribution d'une partie des revenus générés par les entreprises énergétiques pourrait aider à faire face à la crise. Étant donné que les prix du gaz déterminent dans une large mesure le niveau des prix de l'électricité, tous les producteurs d'énergie qui utilisent d'autres sources énergétiques moins coûteuses finissent par réaliser de gros bénéfices à l'heure actuelle.

« Il est juste de dire que nous devons intervenir afin de redistribuer une partie de ces bénéfices », a déclaré Morten Helveg Petersen.

Cependant, il a souligné le risque qu'une refonte du marché de l'énergie décourage les investissements indispensables dans les énergies renouvelables. « Si [les investisseurs] sentent que les politiciens interviennent chaque année ou tous les deux ans pour réglementer et faire quelque chose de différent, alors je crains qu'ils ne manquent de stabilité dans leurs décisions à moyen terme ».

Selon lui, les Etats membres de l'UE devraient acheter du gaz ensemble au lieu de surenchérir les uns sur les autres, car cela « ne ferait qu'augmenter encore les prix ».

Morten Helveg Petersen a également souligné la nécessité d'améliorer l'efficacité énergétique. « Il y a beaucoup à dire sur les avantages de l'efficacité énergétique, de la rénovation des bâtiments, car on peut le faire à très court terme. Vous pouvez changer les fenêtres, vous pouvez isoler votre maison - vous pouvez le faire plus rapidement que, disons, construire un parc éolien en mer ».

Prix ​​de l'énergie et ambitions climatiques

La hausse des prix de l'énergie devrait être considérée comme une autre raison pour l'UE de poursuivre sa diversification des sources d'énergie loin des combustibles fossiles, a fait valoir Morten Helveg Petersen. « Ce sentiment d'urgence, cette crise ne devrait venir que renforcer nos ambitions [de politique climatique] étant donné que nous voulons devenir indépendants des approvisionnements en énergies fossiles de la Russie, mais nous voulons devenir indépendants des énergies fossiles en général », a-t-il déclaré.

« C'est un argument pour maintenir les ambitions et accélérer, tout en reconnaissant les vrais problèmes ». Il a également mis en garde contre la dépense de milliards d'euros dans des projets de combustibles fossiles qui pourraient bientôt devenir redondants avec l'avancée de la stratégie Green Deal de l'UE (Pacte vert).

« Je reconnais pleinement les problèmes d'approvisionnement à court terme qui sont réels, je suis également pragmatique en regardant ce qui existe et comment nous pouvons nous approvisionner, mais nous devons être très conscients de ne pas nous enfermer dans des infrastructures de combustibles fossiles dont nous finirons par ne plus en avoir besoin. Nous voulons sortir des fossiles à plus long terme ».

Pour regarder l'interview complète de Morten Helveg Petersen, cliquez ici (vidéo en anglais) !