Débat en plénière sur la présidence slovaque du Conseil de l’UE : les attentes des eurodéputés slovaques 

Mis à jour le: 
 
Créé le:   
 

Partager cette page: 

Le logo de la présidence slovaque  

Depuis le 1er juillet, la Slovaquie a remplacé les Pays-Bas à la tête de la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne. Au cours des six prochains mois, le pays se penchera sur quatre priorités : une Europe économiquement forte, un marché unique moderne, une politique durable en matière de migration et d’asile et une Europe pleinement engagée sur la scène mondiale. Avant le début de la présidence, nous avions demandé à plusieurs députés slovaques de nous faire part de leurs attentes.

Le programme et les priorités de la présidence slovaque seront débattus en plénière avec le Premier ministre Robert Fico ce mercredi 6 juillet à partir de 9 heures. 


Cliquez ici pour suivre la session plénière en direct sur notre site web.


Anna Záborská, groupe du Parti populaire européen


« La présidence slovaque est une preuve tangible que nous sommes aujourd’hui des partenaires sur un pied d’égalité avec les grandes nations européennes. Si en plus de cela nos responsables et personnalités politiques parviennent à clore ou faire avancer les négociations sur des sujets importants qui ne profiteront pas uniquement aux citoyens slovaques mais à toute l’Union européenne, alors nous pourrons approfondir notre autorité et notre impact.


Notre présidence assistera au début des négociations sur le Royaume-Uni quittant l’Union européenne. Il s’agit d’un grand défi, pas seulement pour la diplomatie slovaque mais pour toute l’Union, car personne ne dispose encore d’une expérience en la matière. Il sera très difficile de conserver les avantages mutuels de la coopération économique d’une part, et de montrer que l’appartenance à l’Union européenne offre aux États et aux citoyens plus qu’un simple accord commercial bilatéral d’autre part. »


Vladimír Maňka, groupe de l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen

 

« L’Union européenne fait face à de nombreuses pressions : l’extrémisme, les courants nationalistes et l’euroscepticisme sont en hausse. La crise migratoire, le changement climatique, la sécurité de l’approvisionnement énergétique, l’évasion et la fraude fiscales, la politique de sécurité et de défense commune, l’union numérique, les frais d’itinérance, développer l’emploi et aider les régions moins développées et les jeunes : toutes ces thématiques ont besoin de solutions communes.


Notre ambition est d’améliorer la résistance de l’Union européenne aux crises, à la fois externes et internes, et de renouveler la confiance des citoyens dans le projet européen. Dans le contexte du résultat au référendum britannique, nous n’avons pas besoin de responsables politiques qui créent de la pression et de la haine, mais qui donnent la priorité aux intérêts de tous avant leur propre intérêt. »


Branislav Škripek, groupe des Conservateurs et Réformistes européens

 

« La présidence slovaque est pour moi une occasion historique, et pas seulement l'occasion de représenter notre pays. Elle nous offre l’opportunité de nous concentrer à nouveau sur l’objectif clé de l’Union européenne. L’ensemble du projet européen est une initiative émanant de responsables politiques chrétiens qui ne souhaitaient pas répéter les horreurs des guerres mondiales.

 

Le Brexit est une douche froide pour l’Union européenne. Il s’agit d’un précédent historique à partir duquel il faut tirer des leçons. L’objectif politique de mes collègues britanniques au sein du groupe des Conservateurs et Réformistes européens était de réformer l’Europe et je soutiens complètement cette idée. Il est déjà clair que le Brexit sera un grand mal pour le peuple britannique. La campagne du « Leave » a été particulièrement trompeuse et mensongère. Le Brexit n’est toujours pas mis en œuvre, et, en considérant de possibles référendums en Écosse et en Irlande du Nord sur une sécession avec la Grande-Bretagne, les choses peuvent encore prendre une tournante surprenante. »


La Slovaquie est représentée au Parlement européen par treize députés, appartenant à trois groupes politiques : le groupe du Parti populaire européen, le groupe de l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen et le groupe des Conservateurs et Réformistes européens.

 

Anna Záborská et Vladimír Maňka sont à la tête des délégations slovaques au sein de leurs groupes respectifs. Branislav Škripek a été désigné par Jana Žitňanská, à la tête de la délégation slovaque du groupe ECR, pour répondre à nos questions.


Cet article a initialement été publié le 30 juin 2016.