Temps forts de la plénière : Covid-19, climat et culture 

 
 

Partager cette page: 

Le Parlement a débattu de la levée des brevets sur les vaccins et la plénière extérieure est parvenue à un accord avec le Conseil sur le certificat Covid de l'UE.

Covid-19


Jeudi, le Parlement et le Conseil ont négocié et conclu un accord provisoire sur le certificat numérique Covid de l’UE qui facilitera la liberté de circulation durant la pandémie. Le certificat attestera que son détenteur été vacciné contre le coronavirus, a récemment reçu un test négatif ou s'est remis de l’infection. Le Parlement devrait approuver l'accord lors de la prochaine session plénière de juin.


Lors d’un débat mercredi, les députés se sont montrés divisés sur une renonciation temporaire aux droits de brevet pour les vaccins contre le Covid-19. Certains ont déclaré que l'idée, récemment soutenue par les États-Unis, aiderait les pays les plus pauvres à avoir accès aux vaccins, tandis que d'autres ont rétorqué qu'elle n'apporterait pas de solution rapide.


Climat


Le Parlement a approuvé le Fonds pour une transition juste (FTJ) qui sera financé à hauteur de 17,5 milliards d'euros afin d'aider les régions de l'UE à s'adapter aux effets socio-économiques de la transition verte.

Pour amorcer la transition vers la neutralité carbone de l’Europe, les députés se sont prononcés sur une proposition de la Commission européenne  sur une stratégie sur l'hydrogène. Ils ont déclaré que seul l'hydrogène vert provenant de sources renouvelables pouvait être durable à long terme, ont appelé à une distinction claire entre l’hydrogène vert et l’hydrogène « à faible teneur en carbone » et à l'élimination progressive de l'hydrogène d'origine fossile.

Par ailleurs, les députés ont demandé des règles européennes plus strictes concernant la responsabilité environnementale des entreprises. Ils ont également appelé l'UE à condamner fermement toute forme de violence, de harcèlement ou d’intimidation à l’encontre des défenseurs des droits de l’homme liés à l’environnement.

Culture, jeunesse et éducation


Mardi, les députés ont adopté Erasmus +, la version 2021-2027 du programme phare de l’UE pour l’éducation, la formation, la jeunesse et les sports. Le programme disposera d’un budget presque deux fois plus élevé pour la période 2021-2027 (plus de 28 milliards d’euros) que les sept années précédentes (14,7 milliards d’euros).

Le Parlement a également adopté le programme "Corps européen de solidarité" qui soutient les activités de volontariat pour les jeunes dans l’UE et ailleurs. La nouvelle version du programme s’est voulue plus inclusive que les précédentes.

Mercredi, les députés européens ont adopté le programme Europe créative, dédié aux secteurs culturel et audiovisuel, le plus grand engagement financier de l’UE en la matière. En effet, 2,5 milliards d’euros seront investis pour 2021-2027, avec une attention particulière accordée au secteur de la musique, aux activités à valeur ajoutée européenne, à l’inclusion et à l’égalité des sexes.

Dans un rapport adopté le même jour, les députés ont présenté des propositions visant à lutter contre la diffusion illégale d'événements sportifs en direct, dont la suppression des contenus illégaux au plus tard 30 minutes après le début de l'événement.

Transformation numérique et intelligence artificielle


Dans une résolution sur l'avenir numérique de l'Europe, le Parlement a appelé à soutenir l'innovation numérique et les applications d'Intelligence Artificelle. Dans un second rapport sur l'utilisation de l'IA dans l'éducation, la culture et le secteur audiovisuel, les députés ont appelé à ce que les technologies de l'IA soient conçues de manière à éviter les préjugés sexistes, sociaux ou culturels et à protéger la diversité.


Affaires extérieures


Suite à la récente montée des violences entre Israël et la Palestine, les députés ont souligné la nécessité d’un cessez-le-feu immédiat pour éviter de nouvelles victimes civiles.Lors du débat de mardi, ils ont également souligné la nécessité de reprendre le dialogue et les négociations sur une solution à deux  États, et condamné les récentes vagues d’antisémitisme en Europe déclenchées par la reprise du conflit.

Ces dernières années, le gouvernement turc s’est délibérément éloigné des valeurs de l'UE. En conséquence, les relations UE-Turquie se sont détériorées à un tel point qu’elles doivent être réévaluées en profondeur, ont déclaré les députés dans un rapport adopté mercredi.

Les députés ont également reproché à la Commission et à certains États membres d’avoir utilisé de façon abusive les accords informels relatifs aux retours et à la réadmission des migrants irréguliers.

Le lendemain, ils ont appelé à la création d’un cadre de l’Union pour la migration légale afin d’encourager une migration plus ordonnée, d’attirer les travailleurs nécessaires, saper les passeurs et favoriser l’intégration.