Sviatlana Tsikhanouskaya, leader des forces démocratiques bélarusses, s'exprime face aux députés 

 
 

Partager cette page: 

Sviatlana Tsikhanouskaya, leader des forces démocratiques bélarusses  

Prenant la parole en plénière, Sviatlana Tsikhanouskaya a parlé de la répression incessante des voix dissidentes au Bélarus et a appelé l'UE à prendre des mesures fermes contre le régime.

Avant le discours de la cheffe de l’opposition bélarusse le 24 novembre, le président du Parlement européen, David Sassoli, a condamné les actions du régime et a appelé les autres institutions à défendre le respect des droits fondamentaux dans le pays.


« Le Bélarus continue de violer les droits de ses citoyens, de faire taire la voix de la société civile, d'utiliser quotidiennement la répression comme arme. Pour déstabiliser l'UE, le régime n'a pas hésité à utiliser des hommes, des femmes et des enfants qui avaient besoin de protection, mettant leur vie en danger, sans aucun respect pour les droits humains fondamentaux. »


Sviatlana Tsikhanouskaya a déclaré : « Le régime bélarusse s'est montré prêt à arrêter des individus sur des vols internationaux, à abuser des agences internationales pour punir les dissidents. À se servir des migrants pour délibérément fragiliser la stabilité et la sécurité de l'Europe ».


La cheffe de l’opposition a demandé l’aide de l'Union européenne pour résoudre la récente crise impliquant des migrants à la frontière entre l’UE et le Bélarus : « Le peuple bélarusse et les migrants sont désormais otages du régime et ces deux problèmes ne peuvent pas être résolus séparément ».


Sviatlana Tsikhanouskaya a souligné que l'Union européenne, les États-Unis et le Royaume-Uni devraient coordonner leurs sanctions contre le régime afin que ces dernières soient « efficaces et pas seulement symboliques ».

Les dictatures ne s’arrêtent pas aux frontières. Elles se propagent si elles ne sont pas arrêtées.

Sviatlana Tsikhanoskaya 
Partager cette citation: 

Le discours de Sviatlana Tsikhanouskaya intervient en pleine crise géopolitique à la frontière entre le Bélarus et la Pologne. Le régime bélarusse a fait converger des migrants issus principalement du Moyen-Orient à la frontière du pays avec l’UE, et notamment avec la Pologne. En réponse, l'UE a accepté d'étendre les sanctions existantes contre le Bélarus afin de cibler, entre autres, les compagnies aériennes et les responsables impliqués dans l’acheminement des migrants vers la frontière entre l’UE et le Bélarus.