Le Président Sassoli : les décisions que nous prendrons refaçonneront l’Union pour les décennies à venir 

 
 

Partager cette page: 

Le Président du Parlement David Sassoli lors du Conseil européen extraordinaire du 17 juillet 2020  

David Sassoli a déclaré que les dirigeants devaient se montrer ambitieux et les a prévenus que le consentement du Parlement sur le nouveau budget de l’UE n’était pas forcément acquis

Le 17 juillet, le Président du Parlement s’est exprimé à l’ouverture de sommet de l’UE, dédié à la poursuite d’un accord entre les gouvernements nationaux sur le prochain budget à long terme de l’UE, qui devrait inclure des mesures pour aider l’Europe à se remettre de la pandémie du coronavirus.


« Les discussions et les décisions que nous serons appelés à prendre seront cruciales pour reconstruire notre Union pour les décennies à venir » a-t-il expliqué, avant de souligner qu’il n’y avait plus de retour en arrière possible suite à la crise de la Covid-19.


« La pandémie nous donne de nouvelles responsabilités et de nouveaux devoirs, la responsabilité de décider et le devoir d'agir dans l'intérêt de tous, et pas seulement de quelques-uns. Dans ce contexte, les décisions concernant les domaines d'investissement sont claires : l'économie verte, la santé, l'éducation, la numérisation et les droits démocratiques et sociaux ».


Sassoli a déclaré que le plan de relance doit soutenir la transformation de l’économie et lutter contre les inégalités grandissantes : « Le plan de relance doit être à la hauteur de ces ambitions ».


Il a confirmé que le Parlement soutenait le montant des fonds proposés par la Commission européenne ainsi que les séparations entre les prêts et les subventions. Le Président a également appelé à l’instauration d’un panier de ressources propres et à l’abolition des rabais dont bénéficient certains États membres, qu’il a qualifié de « injustes et difficiles à justifier ».


Sassoli a aussi rappelé aux dirigeants de l’UE que le consentement du Parlement est nécessaire à l’adoption du budget : « Il serait inimaginable qu'une Europe qui a décidé d'une réponse commune à la crise exclue le Parlement ».


Le Président s’est dit « déçu » par la proposition du Conseil sur le budget présenté au sommet : « Pour qu'il y ait une reprise durable, il n'est pas possible d'agir sans des garanties de financement claires et à long terme. C'est une condition fondamentale pour le Parlement ».

Sassoli a souligné l’importance de rester solidaire face à la crise actuelle : « L'Europe a grandi sur la base de valeurs communes. Ne réduisons pas l'Union européenne à un distributeur de billets à l'échelle du continent ».

Il a d’ailleurs conclu que : « le Parlement ne donnera son accord au CFP que s'il répond aux priorités que j'ai mentionnées aujourd'hui ».